Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

France : Des rescapés de la Shoah et des jeunes se mobilisent contre l’antisémitisme

Esther Senot, 96 ans, déclare que le massacre du 7 octobre par le Hamas a ravivé des souvenirs de la Shoah. Elle se joint à d'autres personnes pour tirer la sonnette d'alarme

Le chasseur de nazis français Serge Klarsfeld, à droite, sa femme Beata, deuxième à partir de la droite, et les survivants français de la Shoah Edith Senot, troisième à partir de la gauche, et Ginette Kolinka, cinquième à partir de la gauche, assistent à un rassemblement au Mémorial de la Shoah de Paris sur la résurgence de l'antisémitisme liée à la guerre Israël-Hamas de 2023, à Paris, le 18 novembre 2023. (Crédit : Thibault Camus/AP)
Le chasseur de nazis français Serge Klarsfeld, à droite, sa femme Beata, deuxième à partir de la droite, et les survivants français de la Shoah Edith Senot, troisième à partir de la gauche, et Ginette Kolinka, cinquième à partir de la gauche, assistent à un rassemblement au Mémorial de la Shoah de Paris sur la résurgence de l'antisémitisme liée à la guerre Israël-Hamas de 2023, à Paris, le 18 novembre 2023. (Crédit : Thibault Camus/AP)

Des survivants des atrocités nazies ont rejoint de jeunes militants juifs devant le Mémorial de la Shoah à Paris samedi pour tirer la sonnette d’alarme face à la résurgence des discours de haine, des graffitis et des insultes antisémites liée à la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

L’impact du conflit suscite une inquiétude croissante en France et au-delà. Des milliers de pro-palestiniens se sont rassemblés samedi à Paris et en Grande-Bretagne pour demander à Israël de cesser le feu, dernière manifestation de ce type organisée dans les grandes villes du monde depuis le début de la guerre.

La France abrite la plus grande population juive en dehors d’Israël et des États-Unis, et la plus grande population musulmane d’Europe occidentale. La guerre a ravivé les sentiments anti-juifs dans un pays où la collaboration avec les nazis pendant la guerre a laissé de profondes cicatrices. Quelque 100 000 personnes ont par ailleurs défilé à Paris la semaine dernière pour dénoncer l’antisémitisme.

Esther Senot, 96 ans, a déclaré que l’attaque barbare du groupe terroriste Hamas en Israël le 7 octobre a fait remonter en elle des souvenirs de la Seconde Guerre mondiale.

« J’ai vécu des massacres comme celui-là », a-t-elle déclaré au Mémorial de la Shoah à Paris. « J’ai vu des gens mourir devant moi.’

Sa sœur était parmi eux.

« Ils l’ont amenée à la chambre à gaz sous mes yeux », a-t-elle raconté.

Le chasseur de nazis français Serge Klarsfeld, au centre à droite, et la survivante du camp de concentration d’Auschwitz Esther Senot, à gauche, assistent à un rassemblement au Mémorial de la Shoah de Paris sur la résurgence de l’antisémitisme liée à la guerre Israël-Hamas de 2023, à Paris, le 18 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Thibault Camus)

La plupart des membres de la famille de Senot sont morts. Elle a survécu à 17 mois à Auschwitz-Birkenau et dans d’autres camps de la mort et est rentrée en France à l’âge de 17 ans, alors qu’elle ne pesait que 32 kilos.

Esther Senot s’exprimait lors d’une manifestation organisée par l’organisation de jeunesse juive Hashomer Hatzaïr, au cours de laquelle des adolescents militants ont établi des parallèles entre ce qui se passe aujourd’hui et la période qui a précédé la Seconde Guerre mondiale. Ils tenaient une pancarte disant « Nous ne laisserons pas l’histoire se répéter ».

Le ministère français de l’Intérieur a déclaré cette semaine que 1 762 actes antisémites avaient été signalés cette année, ainsi que 131 actes anti-musulmans et 564 actes anti-chrétiens. La moitié des actes antisémites sont des graffitis, des affiches ou des banderoles de protestation portant des symboles nazis ou des messages anti-juifs violents. Il s’agit également d’attaques physiques contre des personnes et des sites juifs, ainsi que de menaces en ligne. La plupart ont été enregistrés après l’attaque dévastatrice du Hamas en Israël le 7 octobre, selon le ministère.

L’antisémitisme a explosé dans le monde entier depuis que le Hamas a pris d’assaut, le 7 octobre, les communautés du sud d’Israël sous le couvert de milliers de roquettes. Des milliers de terroristes ont alors tué environ 1 200 personnes, pour la plupart des familles et des participants à un festival de musique, et pris au moins 240 otages. Israël a alors lancé une offensive aérienne et terrestre dans le but d’éliminer le groupe terroriste.

Serge Klarsfeld, chasseur de nazis renommé et responsable des Fils et filles des déportés juifs de France, a noté que la colère contre les actions du gouvernement israélien se mêle souvent à un sentiment antijuif. Bien qu’il soit préoccupé par l’atmosphère actuelle en France, il s’est efforcé de la relativiser.

« Il y a certainement des actes antisémites (en France), mais ils n’ont pas atteint un niveau d’urgence », a-t-il déclaré. Il a exprimé son espoir dans « la sagesse des deux communautés, qui savent la chance qu’elles ont de vivre dans ce pays exceptionnel ».

La France compte des citoyens directement touchés par la guerre : le premier massacre perpétré par le Hamas a tué 40 Français, ce qui fait de la France le pays le plus touché, et le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, a fait la navette au Moyen-Orient cette semaine pour tenter de négocier la libération de huit citoyens français retenus en otage par le Hamas.

Des policiers évacuent des manifestants pro-palestiniens qui ont participé à un sit-in à la gare de Waterloo pour demander un cessez-le-feu à Gaza, à Londres, le 18 novembre 2023. (Crédit : Stefan Rousseau/PA via AP)

Deux enfants français ont également été tués lors de l’offensive israélienne sur Gaza, selon le ministère français des Affaires étrangères, qui fait pression pour obtenir une aide humanitaire pour les civils de Gaza.

Dimanche, des centaines de stars françaises du spectacle prévoient une marche silencieuse dans le centre de Paris pour appeler à la paix entre Israéliens et Palestiniens. Ils marcheront depuis l’Institut du monde arabe au Musée d’art et d’histoire du judaïsme.

À l’instar de la France et d’autres pays, la Grande-Bretagne a connu des manifestations pour demander un cessez-le-feu chaque week-end depuis le début de la guerre. Des organisateurs d’organisations palestiniennes et de groupes de gauche ont déclaré que des rassemblements et des marches avaient eu lieu dans des dizaines de villes du Royaume-Uni samedi.

Certains ont organisé des sit-in de protestation dans des gares très fréquentées, tandis que des centaines de personnes ont manifesté devant le bureau du leader du parti travailliste de l’opposition, Keir Starmer, dans le nord de Londres. Son refus d’appeler à un cessez-le-feu et son plaidoyer en faveur d’une « pause humanitaire » ont suscité la colère de certains membres du parti de centre-gauche.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.