Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

France : Plusieurs cas d’agressions antisémites contre des femmes

Ce mardi, un individu a pénétré dans une crèche juive de Champigny-sur-Marne, menaçant sa directrice avec un couteau

Cette photo prise le 20 septembre 2016 montre l'entrée de la prison de Fresnes, près de Paris. (Crédit : AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK)
Cette photo prise le 20 septembre 2016 montre l'entrée de la prison de Fresnes, près de Paris. (Crédit : AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK)

Un homme armé d’un couteau de 15 centimètres s’est introduit dans une crèche juive de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), ce mardi 12 décembre, et a menacé sa directrice, de confession juive, a rapporté Valeurs actuelles ce mercredi. La victime, très choquée, va déposer plainte. Le suspect a pris la fuite.

« Je vais te violer, je vais te tuer, sale juive, sale sioniste, je vais revenir avec des personnes et te faire comme à Gaza », aurait notamment dit le suspect, de type « nord-africain », à sa victime.

La porte de l’établissement n’était pas verrouillée. Neuf enfants ont été confinés pendant les faits, bien qu’aucun d’entre eux n’ait été en contact avec l’agresseur. Aucun blessé n’est à déplorer.

Autre affaire très récente : lundi 11 décembre, un homme a été interpellé et placé en garde à vue dans le 17e arrondissement de Paris après avoir agressé un peu plus tôt une femme. Muni d’un couteau de cuisine d’une longueur d’environ 40 centimètres, il aurait brandi son arme en criant « Allah Akbar » et en demandant à une passante si elle était Juive. Après la réponse négative de celle-ci, il lui aurait dit : « Tu as de la chance sinon tu aurais pris ça dans le bide ! », a rapporté Le Figaro. Une enquête pour « violences avec arme commises en raison de l’appartenance vraie ou supposée à une origine ou une religion » a été ouverte.

Le 11 décembre également, deux mineurs de 16 ans suspectés d’une « extorsion commise avec arme » à Paris ont été mis en examen et placés en détention provisoire, a déclaré le parquet de Pontoise au Figaro. Une information judiciaire a été ouverte.

Les deux individus sont suspectés de s’en être pris à une femme juive de 26 ans, enceinte de quatre mois, le 23 novembre dernier. La victime se trouvait dans son appartement du 19e arrondissement de Paris avec son bébé d’un an et demi quand, vers 11h30, l’un des deux suspects se faisant passer pour un livreur a sonné à la porte. Après que la victime a ouvert, le faux livreur est entré de force avec son complice. Ils ont saisi leur victime par la gorge, en la menaçant avec une arme de poing. Les agresseurs ont subtilisé des bijoux et de l’argent dans l’appartement, et la mère a fini par perdre connaissance alors qu’elle était étranglée de plus en plus fort, alors que son bébé, effrayait, hurlait. Les agresseurs sont finalement repartis avec environ 6 000 euros de bijoux, 400 euros et 150 dollars en liquide. La victime, hospitalisée, a reçu quatre jours d’ITT.

Les suspects ont été interpellés mercredi 6 décembre dans le Val-d’Oise. « Les deux suspects sont de nationalité française. L’un est de type africain, l’autre de type maghrébin. Ils sont très défavorablement connus des services de police », a précisé une source proche du dossier au Figaro. L’enquête, confiée au 2e district de police judiciaire, a révélé que les suspects étaient arrivés au domicile de la victime en métro, puis qu’ils étaient repartis dans le Val-d’Oise avec un VTC qu’ils ont commandé.

Ils ont pu être identifiés grâce à la téléphonie. Ils ont reconnu les faits en garde à vue et ont déclaré avoir agi pour un mystérieux commanditaire, qu’ils n’ont pas nommé. Selon le Figaro, les suspects ont expliqué que la victime avait été ciblée par ce commanditaire « car elle est juive donc riche ».

Le mois dernier, le 8 novembre, une autre femme juive, âgée d’une quarantaine d’années, avait été victime d’une agression antisémite à son domicile de Six-Fours-les-Plages (Var), a rapporté le journal Var-Matin. Elle avait été giflée et menacée de mort après avoir été suivie jusque chez elle. Le suspect lui aurait notamment dit « Sale juive, je vais te tuer », lui aurait ordonné de décrocher les mezouzas accrochées à l’entrée de son domicile puis de piétiner les photos de ses enfants, avant de la faire tomber à terre. L’individu a ensuite pris la fuite et une enquête a été ouverte.

Ces agressions contre des femmes entrent dans le contexte d’une forte hausse de l’antisémitisme à travers le monde, constatée depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre, quand l’organisation terroriste palestinienne a tué 1 200 personnes, dont une majorité de civils, dans le sud d’Israël.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.