Rechercher

Francis Kalifat répond aux propos d’Eric Zemmour sur les victimes de Toulouse

Le responsable communautaire est revenu "sur l'amalgame ignoble, celui de confondre bourreaux et victimes" fait par le polémiste

L'idéologue d'extrême droite français Eric Zemmour lors d'une séance photo à Paris, le 22 avril 2021. (Crédit : JOEL SAGET / AFP)
L'idéologue d'extrême droite français Eric Zemmour lors d'une séance photo à Paris, le 22 avril 2021. (Crédit : JOEL SAGET / AFP)

La semaine dernière, Francis Kalifat, président du CRIF, a dénoncé à l’antenne de Radio J « les propos monstrueux, qui ne peuvent inspirer que le dégoût » d’Eric Zemmour.

Le responsable communautaire est ainsi revenu « sur l’amalgame ignoble, celui de confondre bourreaux et victimes » d’Eric Zemmour après que celui-ci a évoqué l’attaque terroriste à l’école juive de Toulouse, et le choix d’établir les sépultures des victimes à l’étranger.

Invité le 11 septembre dans l’émission « On est en direct » sur France 2, le chroniqueur avait estimé que les victimes juives de l’attaque « n’appartenaient pas à la France » car ils ont été enterrés en Israël et non en France, comme leur bourreau terroriste qui a lui été enterré en Algérie.

Eric Zemmour a récemment sorti un nouveau livre, La France n’a pas dit son dernier mot, n°1 des ventes sur le site Amazon France, et pourrait prochainement annoncer sa candidature à l’élection présidentielle française de 2022.

La semaine dernière, Charline Vanhoenacker, chroniqueuse de France Inter, présentée comme humoriste et qui se décrit comme « journaliste satirique », a créé la polémique en invitant à taguer « Zob » sur les affiches d’Eric Zemmour, collées notamment à Paris. Elle avait grimé le chroniqueur en Adolf Hitler, avec une moustache similaire à la sienne.

Sur les réseaux, elle a dit vouloir lancer un « mouvement national de LOL activisme ».

Plusieurs internautes ont dénoncé sa vidéo, fustigeant un humour « potache » de bas niveau, certains s’insurgeant également contre un geste à connotation antisémite, en raison de la religion et des origines du polémiste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...