Rechercher

Friedman lève son verre à la nouvelle faculté de médecine en Cisjordanie

La toute première promotion de 70 étudiants a commencé son semestre à la faculté de médecine d'Ariel, après des années d'obstacles juridiques et de pression internationale

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

De gauche à droite, l'ambassadeur américain en Israël David Friedman., le président du comité d'administration de l'université d'Ariel Marc Zell et le professeur  Yehuda Danon portent un toast lors de la cérémonie marquant le début de l'année universitaire pour la première promotion de la faculté de médecine de l'université d'Ariel, en Cisjordanie, le 27 octobre 2019 (Crédit :  Josef Photography)
De gauche à droite, l'ambassadeur américain en Israël David Friedman., le président du comité d'administration de l'université d'Ariel Marc Zell et le professeur Yehuda Danon portent un toast lors de la cérémonie marquant le début de l'année universitaire pour la première promotion de la faculté de médecine de l'université d'Ariel, en Cisjordanie, le 27 octobre 2019 (Crédit : Josef Photography)

L’ambassadeur américain David Friedman a salué dimanche l’ouverture de la toute première faculté de médecine israélienne en Cisjordanie, après des années de batailles juridiques et de pression internationale.

« Une nouvelle faculté de médecine a ouvert ses portes en Samarie. Cela vaut le coup de le répéter encore une fois : Une nouvelle faculté de médecine en Samarie ! », s’est-il exclamé.

« Combien de personnes auraient pu penser que ces mots pourraient être prononcés un jour ? », s’est interrogé Friedman lors d’une cérémonie marquant le début de l’année universitaire pour la toute première promotion de 70 étudiants qui feront leur entrée à l’université d’Ariel, dans le nord de la Cisjordanie.

« La vie des populations, partout dans cette région – que vous soyez Juif, musulman, chrétien – ces vies seront dorénavant meilleures et elles continueront à l’être davantage de tant de manières profondes », a poursuivi l’envoyé, connu pour ses liens étroits avec le mouvement pro-implantation.

« L’ambassade des Etats-Unis entretient des relations chaleureuses avec l’université d’Ariel. Ses contributions pour la société israélienne et le monde scientifique représentent des sources d’inspiration pour nous », a-t-il poursuivi.

Au mois d’avril dernier, le Conseil pour l’enseignement supérieur israélien avait définitivement approuvé l’établissement de cette faculté de médecine lors du troisième vote organisé par l’instance sur le dossier.

De gauche à droite : Le professeur Yehuda Danon, Sheldon Adelson, Miriam Adelson et l’ambassadeur américain en Israël David Friedman lors d’une cérémonie marquant le lancement de l’année scolaire pour la première promotion de la faculté de médecine de l’université d’Ariel, le 27 octobre 2019 (Crédit : Josef Photography)

Cette approbation finale survenait après le rejet par le Conseil d’une décision destinée à ouvrir la faculté en raison de questions liées à son financement. Le procureur-général Avichai Mandelblit avait ordonné un scrutin supplémentaire après avoir découvert que l’un des votants était dans une situation de conflit d’intérêt.

Il existe cinq autres facultés de médecine au sein de l’Etat juif, ce qui, selon les partisans du programme de l’université d’Ariel, est largement insuffisant pour pouvoir former le nombre de médecins nécessaires dans le pays.

En 2017, le magnat du casino et philanthrope juif américain Sheldon Adelson avait fait un don de 20 millions de dollars à la faculté de médecine qui portera son nom et celui de son épouse, Miriam, née en Israël et elle-même médecin.

Tous deux étaient présents lors de l’inauguration de dimanche. C’était également le cas du député Naftali Bennett qui, en tant que ministre de l’Education, avait joué un rôle déterminant dans l’adoption par la Knesset, en février dernier, d’une législation plaçant les établissements universitaires et les facultés en Cisjordanie sur un même pied d’égalité avec les institutions situées sur le territoire israélien, et sous les auspices du Conseil de l’éducation supérieur.

Cette loi avait entraîné la dissolution du Conseil de l’Éducation supérieure en Judée et Samarie qui était alors chargé de superviser les universités situées au-delà de la Ligne verte.

Les critiques, au sein de l’opposition, avaient affirmé que ce texte de loi normalisait encore davantage la présence d’Israël dans les territoires de Cisjordanie. A l’époque, l’Autorité palestinienne (AP) avait appelé les Parlements du monde entier à boycotter les membres de la Knesset ayant soutenu le projet de loi de Bennett.

Cela fait des années que l’université d’Ariel se bat pour être considérée comme un établissement d’enseignement supérieur à part entière.

Elle a dû faire face à l’opposition des autres universités publiques israéliennes, qui redoutaient que les fonds gouvernementaux ne soient encore plus divisés, et à une hausse des appels au boycott universitaire de tous les professeurs israéliens en raison de sa localisation en Cisjordanie.

Depuis qu’elle se trouve sur un même pied d’égalité avec les autres universités israéliennes, Ariel doit faire face à divers boycotts menés depuis l’étranger et ses enseignants déplorent être discriminés par les autres établissements en Israël qui, selon eux, refusent de reconnaître sa légitimité.

Le ministre-adjoint à la Santé Yaakov Litzman, dont la police a recommandé la poursuite devant les tribunaux pour avoir utilisé son bureau dans le but de prévenir l’extradition de la pédophile Malka Leifer, était aussi présent lors de la cérémonie.

« La position professionnelle adoptée par le ministère de la Santé a toujours été qu’il ne faut pas mélanger politique et médecine », a-t-il dit en référence aux pressions exercées pour empêcher l’ouverture de la faculté de médecine au sein de l’implantation de Cisjordanie.

« L’Etat d’Israël investit dans son système de soins de santé qui figure parmi les meilleurs du monde », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...