Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

GB : Le Conservateur Daniel Korski accusé d’attouchements sur une femme

La productrice Daisy Goodwin a porté plainte contre l'étoile montante des Tories pour des faits qui seraient arrivés il y a une décennie, faisant allusion à d'autres victimes

Danirel Korski, candidat à la nomination du parti conservateur à la mairie de Londres, au mois de juin 2023. (Capture d'écran : YouTube. Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
Danirel Korski, candidat à la nomination du parti conservateur à la mairie de Londres, au mois de juin 2023. (Capture d'écran : YouTube. Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

LONDRES — Daniel Korski, le seul candidat juif dans la course à la mairie de Londres, personnalité politique qui commençait tout juste à attirer l’attention du public britannique, est aujourd’hui accusé d’avoir agressé une femme pendant une rencontre à Downing Street, il y a une décennie.

La productrice de télévision Daisy Goodwin a écrit dans le journal britannique The Times que Korski lui avait attrapé les seins suite à une réunion. Korski, qui était alors conseiller spécial auprès du Premier ministre de l’époque, David Cameron, a nié ces accusations.

« Dan dément catégoriquement et dans les termes les plus forts toute allégation portant sur un comportement inapproprié de sa part », a affirmé un porte-parole.

Mercredi, Goodwin a annoncé sur son compte Instagram qu’elle avait officiellement porté plainte auprès du Cabinet Office.

Elle a indiqué au micro de la BBC Radio qu’elle l’avait fait parce qu’il lui avait été dit qu’aucune enquête ne serait ouverte suite à ces accusations si elle ne portait pas plainte.

« J’ai été choquée – je ne peux pas dire que je suis une victime, mais ça m’a choquée », a-t-elle déclaré à la station de radio, des propos qui ont été rapportés par Sky News.

« Et depuis que j’ai écrit ma tribune, j’ai été contactée par d’autres femmes dont les histoires sont très intéressantes pour certaines – je ne peux pas en parler pour des raisons juridiques mais j’ai le sentiment que le fait d’avoir écrit cette tribune et d’avoir nommé mon agresseur a été totalement justifié », a-t-elle poursuivi.

Daisy Goodwin, scénariste de la série « Victoria » , pose pour un portrait au Beverly Hilton, à Beverly Hills, en Californie, le 18 juillet 2016. (Crédit : Willy Sanjuan/Invision/AP)

Alors que le Travailliste Sadiq Khan, maire de Londres, devrait largement remporter un troisième mandat l’année prochaine, Korski a lancé une campagne qui a créé la surprise par sa force et il était considéré comme le candidat favori, au sein du parti Conservateur, dans la course à la nomination. L’idée que sa campagne puisse dorénavant durer jusqu’à l’élection du mois de juillet qui aura lieu au sein des Tories reste indéterminé. Robert Halfon, membre juif du Parlement, l’un des ministres de l’Éducation et soutien de Korski, a déjà dit qu’il « suspendait » l’appui qu’il apportait à Korski.

La ministre des Enfants et des Familles, Claire Coutinho, a indiqué à Sky News qu’elle avait pris la même décision.

« S’il y a une plainte, alors elle doit rapidement être suivie de manière à ce que nous puissions avoir connaissance des faits et voir ce qui s’est produit – mais je pense que cette accusation est très grave et qu’elle est inquiétante », a dit Coutinho.

Goodwin, qui avait déjà évoqué cette agression présumée il y a six ans sans nommer son agresseur, a écrit dans The Times qu’il « s’est avancé vers moi, posant soudainement sa main sur ma poitrine ».

Goodwin a ajouté dans sa tribune qu’elle avait décidé de donner le nom de son agresseur parce que Korski « se présente pour devenir le candidat du parti Conservateur à la mairie de Londres ».

« S’il y a d’autres femmes qui ont vécu une expérience similaire avec lui, j’espère que cette tribune les encouragera à se faire connaître », a-t-elle ajouté dans le journal. « Parce que s’il s’agit d’un modèle de comportement, alors la population de Londres a le droit de le savoir ».

Dans le passé, Korski a évoqué sa fierté d’être Juif et il est profondément impliqué dans les activités communautaires. Il est vice-président du Jewish Leadership Council — une organisation-cadre des groupes et organisations caritatives juives, qui a une forte influence – et il a été membre du conseil d’administration du musée juif de Londres avant de démissionner pour pouvoir se concentrer sur sa campagne.

Le Jewish Leadership Council n’avait pas répondu à une demande de commentaire au moment de la rédaction de cet article.

Korski, fils d’immigrants juifs polonais et né au Danemark, était parti au Royaume-Uni en 1997. Sa famille avait fui la Pologne dans les années 1960 pendant une vague d’émigration juive entraînée par une campagne antisémite alimentée par des factions au sein du parti Communiste polonais qui était alors au pouvoir.

Korski a évoqué la manière dont son grand-père avait survécu à la Shoah en prétendant être catholique polonais et en adoptant un nom de famille « plus polonais à l’évidence » (il s’appelait Finkel), et comment il avait finalement quitté la Pologne aux côtés de milliers d’autres Juifs du pays.

Le parti Conservateur a indiqué qu’il n’enquêterait pas contre Korski, disant que s’il a « un code de conduite et des procédures officielles » pour lancer des investigations suite à une plainte, il « ne mène pas d’enquête quand le parti ne dispose pas d’une compétence plus élevée par rapport à une autre autorité ». Korski était employé du gouvernement au moment de l’agression présumée.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.