Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Georges Bensoussan revient sur l’opération à al-Shifa et dénonce les propos de de Villepin

Face aux critiques de l’opération militaire sur l’hôpital à Gaza, l’historien a rappelé que "l’ONU, en 2009, avait déjà dénoncé que l'hôpital al-Shifa servait à cacher des armes"

L'historien français Georges Bensoussan. (Crédit : capture d'écran YouTube)
L'historien français Georges Bensoussan. (Crédit : capture d'écran YouTube)

L’historien Georges Bensoussan était l’invité jeudi 16 novembre de « La Grande interview » d’Europe 1-CNews.

Lors de cet entretien, l’auteur de l’ouvrage Les origines du conflit israélo-arabe est revenu sur l’opération militaire israélienne à l’hôpital al-Shifa, à Gaza, et sur les récents propos de Dominique de Villepin, qu’il a jugé « ineptes ».

Face aux critiques de l’opération militaire sur l’hôpital, l’historien a rappelé que « l’ONU, en 2009, avait déjà dénoncé que l’hôpital al-Shifa servait à cacher des armes, notamment sous les salles d’opération et sous les salles de pédiatrie. Mahmoud Abbas avait dit la même chose en 2014 ».

« Depuis longtemps, c’est un secret de polichinelle en Israël, mais comme dans tous les états-majors, que l’hôpital al-Shifa, c’est le centre de commandement » du Hamas, a-t-il poursuivi. « La vraie question pour Israël était la suivante : faut-il ou non s’attaquer au centre de commandement du Hamas alors qu’il est situé sous un hôpital ? », a-t-il ajouté.

Depuis des années, différentes sources appuient la théorie que le Hamas occupe l’hôpital al-Shifa, comme soutenu par le gouvernement israélien.

En 2008, un journaliste du New York Times a observé des militants armés du Hamas se promener en civil dans l’enceinte de l’hôpital al-Shifa et a vu le Hamas y exécuter un Palestinien accusé de collaboration avec Israël.

Amnesty International avait conclu qu’en 2014, le Hamas avait utilisé certaines parties d’al-Shifa « pour arrêter, interroger, torturer et maltraiter des suspects, alors que d’autres zones de l’hôpital continuaient de fonctionner comme centre médical ».

Le Hamas a un long historique d’opérations dans les hôpitaux, les mosquées et d’autres zones civiles, de sorte qu’Israël a dû systématiquement prendre le risque de tuer des innocents – et ainsi nuire à sa réputation – pour attaquer les agents du Hamas.

« J’ai moi-même vu ces choses », a déclaré Steven Erlanger, correspondant de longue date du New York Times, dans le podcast « The Daily ».

Le photographe de presse Laurent Van der Stockt a lui récemment déclaré au Monde qu’à Gaza, « un type dans la rue peut toujours vous dénoncer au Hamas après vous avoir vu sortir votre appareil, surtout si l’on s’avise de photographier les militaires et leurs mitraillettes installés dans les cours d’hôpitaux, pour mieux se protéger des attaques israéliennes ».

Dans son interview sur Europe 1, Georges Bensoussan a ainsi déclaré que l’armée israélienne avait pris des précautions dans ses opérations à l’hôpital.

« L’armée israélienne a pris l’hôpital sans donner l’assaut. Elle n’a pas détruit. Souvenez-vous de l’hôpital de Mossoul, quand les Américains l’ont pris, ils ont rasé, littéralement. On peut y lire, on a vu les images, ils n’ont rien détruit, ils sont entrés par le service des urgences, puis ils ont gagné les souterrains », a-t-il expliqué.

Selon lui, on est ainsi « en présence, dans ce conflit, d’une inversion des réalités, d’un retournement de l’agresseur en agressé qui stupéfie et qui, je crois, stupéfiera les historiens dans 20 ans ».

Il cite ainsi l’ancien ministre des Affaires étrangères français Dominique de Villepin, qui exhorte Israël à ne pas répéter les erreurs du passé, et en particulier celles des États-Unis qui, « en luttant contre le terrorisme, ont fini par nourrir la bête immonde du terrorisme ».

« Effectivement, réagir comme les États-Unis, c’est nourrir la haine, nourrir le ressentiment, nourrir et les élever les nouvelles générations de terroristes », a déclaré Georges Bensoussan. Mais selon lui Israël n’agit pas ainsi. « Ils ne détruisent pas tout systématiquement sur leur passage. Ils avancent lentement, progressivement », dit-il, « conscients qu’il faut préparer l’avenir, qu’un jour ou l’autre, il faudra vivre avec ces populations ».

« Si Israël n’avait eu qu’une stratégie militaire, ils auraient détruit Gaza City en 48 heures. Donc, les propos de Villepin sont ineptes », conclut-il.

De Villepin, connu pour sa proximité avec le monde arabe et la Chine, avait dénoncé le 7 novembre sur France Info la riposte d’Israël contre le Hamas, « ni ciblée ni proportionnée ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.