Rechercher

Haïfa: la police condamnée par des élus après une rixe avec des supporters de foot

Le ministre de la Sécurité intérieure a ouvert une enquête après que des policiers ont frappé des supporters de l'Hapoel Tel Aviv

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Des policiers se bagarrant avec des supporters de football lors d'un match au stade Sammy Ofer de Haïfa, le 21 février 2022. (Capture d'écran Twitter)
Des policiers se bagarrant avec des supporters de football lors d'un match au stade Sammy Ofer de Haïfa, le 21 février 2022. (Capture d'écran Twitter)

Des policiers sont devenus violents envers des fans de football lors d’un match à Haïfa lundi, suscitant un tollé de la part des législateurs et une enquête.

Les échauffourées ont eu lieu au stade Sammy Ofer, le stade de l’équipe du Maccabi Haïfa, qui jouait contre Hapoel Tel Aviv. Haifa a remporté le match, 2-0.

De violentes confrontations ont éclaté entre les agents et les supporters après que la police de l’unité anti-émeute Yassam et les agents de sécurité soient entrés dans les tribunes. Plusieurs supporters de l’équipe de Tel Aviv ont été blessés.

Des vidéos ont montré des policiers se dirigeant vers les tribunes alors que les supporters semblaient vouloir partir, poussant un spectateur dans un siège, puis se bagarrant avec d’autres supporters, qui ont ensuite jeté des objets sur les policiers.

D’autres vidéos montrent la police bousculant des supporters à l’extérieur du stade sans raison apparente.

Deux personnes ont été arrêtées pour avoir prétendument jeté des objets sur la police et attaqué des agents. L’une d’entre elles étant mineure. Elles ont été relâchées sous réserve de certaines conditions, notamment l’interdiction d’aller voir des matches de football, selon la police.

« On ne peut plus aller aux matchs de foot. La police gâche tout le plaisir du jeu. Ce qui s’est passé aujourd’hui est une honte », a déclaré l’un des supporters au micro de Ynet.

« Il y avait des fans qui se faisaient tabasser dans leurs chaises. Un père qui se trouvait par hasard dans la zone a dû se faire brutaliser pour pouvoir faire sortir son enfant. C’est quoi, une guerre ou du foot ? »

Des supporté ont publié sur internet des images d’eux-mêmes avec quelques légères blessures, comme un nez en sang et un œil contusionné.

Selon Ynet, ces bagarres entre la police et les supporters sont devenues monnaie courante pour les supporters de l’équipe de Tel Aviv, qui quittent souvent les matchs avec des bleus et des éraflures. Il y a souvent des enfants dans le public pendant les bagarres, selon le site.

Le ministre de la Culture et des Sports, Chili Tropper, a déclaré que les images des bagarres « sont difficiles à voir et soulèvent des questions sur la conduite de la police sur place. J’ai fait appel au ministre de la Sécurité Publique pour que la question soit examinée de manière approfondie ».

Le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Barlev, qui supervise la police, a déclaré qu’il avait nommé un enquêteur « pour examiner en profondeur les récents incidents violents dans le sport, et ainsi nous serons en mesure de comprendre ce qui a provoqué les images diffusées depuis les terrains hier et ces dernières semaines. »

Gaby Lasky, une législatrice du parti de gauche Meretz, a critiqué la police lors d’une réunion du comité de sécurité interne du gouvernement.

« La police doit être là pour protéger les supporters. Pour que moi, et les filles, les mères et les jeunes enfants qui ont été blessés par la police hier puissent se rendre aux matchs en toute sécurité, et non l’inverse », a déclaré M. Lasky.

« Sans supporters, il n’y a pas de football, et sans supporters, il n’y a pas de cœur. La police doit changer », a-t-elle ajouté.

Le député Ahmad Tibi de la Liste arabe unie a qualifié les actions de la police de « brutales » et de « sadiques », et a déclaré que la Knesset devait se pencher sur cette question.

L’Hapoel Tel Aviv a condamné la conduite de la police et a décidé de déposer une plainte auprès de l’unité d’enquête de la police.

Le directeur de la société qui exploite le stade a déclaré que l’installation n’avait subi aucun dommage important. « Malheureusement, ce genre d’incident est presque devenu monnaie courante lors de ces matchs », a-t-il déclaré.

Il y a environ un mois, un incident violent similaire s’était produit à Haïfa contre des supporters du Beitar Jérusalem.

La police a déclaré en réponse que les fans avaient arraché des chaises, les avaient jetées vers le terrain et la tribune de l’équipe adverse, et avaient vandalisé le stade, ce qui avait nécessité l’intervention de la police. L’incident fera l’objet d’une enquête, a déclaré la police.

« Nous continuerons à prendre des mesures contre toute personne qui viole l’ordre public », a déclaré la police dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...