Héroïne surprise d’un Festival de BD: une rescapée de la Shoah âgée de 90 ans
Rechercher

Héroïne surprise d’un Festival de BD: une rescapée de la Shoah âgée de 90 ans

Au cours d’un colloque portant sur « l’art pendant l’Holocauste », Ruth Goldshmiedova Sax s’est adressée à un auditorium bondé lors du célèbre festival la semaine dernière

Ruth Goldschmiedova Sax. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Ruth Goldschmiedova Sax. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Une survivante de la Shoah a été l’héroïne du Festival de la Bande Dessinée qui s’est déroulé la semaine dernière dans le sud de la Californie.

Ruth Goldshmiedova Sax, 90 ans, survivante de trois camps de concentration nazis, fut le centre d’attraction d’un colloque sur l’art sous la Shoah au festival populaire de San Diego la semaine dernière.

Sax, habitante de Chula Vista, dans l’état de Californie, raconta à un auditorium bondé qu’elle avait été contrainte de se présenter nue devant le docteur Joseph Mengele à six reprises avant qu’il prenne la décision de la déclarer apte au travail ou l’envoyer à la chambre a gaz, rapporte le San Diego Times.

Elle a également survécu à l’internement dans les camps de Theresienstadt et Oederan.

Sa fille, Sandra Sheller, présenta un diaporama qui prouvait que la bande dessinée avait effectivement servi de support à la propagande anti juive.

Scheller est l’auteur des mémoires de sa mère Essayons de nous souvenir, n’oublions jamais.

Ruth Sax a confié avoir vu des bandes dessinées décrivant les juifs de manière antisémite dans le quotidien allemand Der Sturmer.

« La façon dont les juifs étaient dépeints était choquante et surprenante, » dit-elle. « Je me souviens être effrayée, incapable de comprendre comment cela était possible. Nous ne pouvions échapper à cette propagande antisémite. »

Selon un autre orateur, de nombreux juifs publièrent, aux Etats Unis, des bandes dessinées racontant la défaite des nazis.

Esther Finder, présidente et fondatrice de Générations Holocauste, expliqua que la propagande raciale initiée par les nazis a encouragé la création de héros comme Superman de Jerry Siegel et Joe Schuster de Cleveland, Ohio.

Elle mentionna les origines juives de Superman, d’abord nommé Kal-el, un nom composé d’un attribut divin en hébreu et la similitude entre l’arrivée de Superman et la naissance de Moise – ils furent tous les deux placés dans un vaisseau et envoyés à la dérive dans l’espoir que quelqu’un les remarquerait et se porterait à leur secours.

La star de télévision juive Mayim Bialik fit une apparition surprise au Festival de la Bande Dessinée après y avoir passé la journée incognito en compagnie de ses fils. Elle portait un masque de Spiderman et une casquette de base-ball. Bialik et sa co-star dans « Big bang theory » Kunal Nayyar se joignirent à un colloque avec les auteurs de la série.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...