Il ne faut pas obéir à la décision de la Cour suprême, affirme un élu Yamina
Rechercher

Il ne faut pas obéir à la décision de la Cour suprême, affirme un élu Yamina

Matan Kahane et d'autres députés de droite ont exhorté le président de la Knesset Yuli Edelstein à ne pas procéder au vote pour le remplacer ordonné par la Haute Cour

Matan Kahane, membre du nouveau parti de droite Yamina, prend la parole lors d'une conférence organisée par Israel Democracy Institute à Tel Aviv, le 14 mars 2019. (Crédit : Yossi Zeliger)
Matan Kahane, membre du nouveau parti de droite Yamina, prend la parole lors d'une conférence organisée par Israel Democracy Institute à Tel Aviv, le 14 mars 2019. (Crédit : Yossi Zeliger)

Matan Kahane, député du parti Yamina, s’est joint à d’autres députés de droite pour demander au président de la Knesset, Yuli Edelstein, de ne pas tenir compte d’une décision de la Cour suprême qui l’oblige à procéder à un vote sur l’élection d’un nouveau président de la Knesset.

« Il n’y a rien de tel que de ne pas obéir aux décisions de la Haute Cour », a tweeté Kahane. « J’ai des critiques à l’égard de la Cour suprême et du ministère public… Et pourtant, il n’y a rien de tel que de ne pas obéir aux décisions de la Haute Cour. »

Le président du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, a pris plus tôt la parole à la Knesset lors du vote sur la création de la commission des Arrangements.

« Même en cette période, nous allons nous réunir et agir de manière démocratique », a-t-il déclaré. « Ce n’est pas de la petite politique », a ajouté Gantz, qualifiant de « primordiale » la création des commissions de la Knesset.

Il a accusé Netanyahu d’avoir tenté de « paralyser » la Knesset, « ce qui ne s’est jamais produit dans une véritable démocratie ».

Gantz a exhorté Netanyahu à condamner les appels des ministres du Likud pour qu’Edelstein n’obéisse pas à la décision de la Cour suprême.

« Vous avez déraillé », a-t-il dit.

Pendant que Gantz s’exprimait, la ministre de la Culture, Miri Regev, l’a constamment interpellé, accusant Kakhol lavan de violer sa promesse de campagne de ne pas former un gouvernement avec le soutien de la Liste arabe unie.

« Nous allons gagner. Nous vaincrons le coronavirus et sauvegarderons la démocratie », a-t-il ajouté.

Lapid accuse le Likud d’essayer de « détruire la démocratie »

Yair Lapid, le numéro 2 de Kakhol lavan, a aussi accusé le Likud de ne pas se soucier de la démocratie.

« Monsieur le président provisoire, admettez la vérité, vous ne voulez pas de la démocratie. Le Premier ministre a compris que s’il y a une démocratie, il va en prison, alors vous avez décidé qu’il n’y en aurait pas », a déclaré Lapid à l’assemblée plénière, en faisant référence à l’inculpation de Netanyahu pour corruption.

A LIRE : Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Il a accusé le Likud d’utiliser les restrictions pour contenir le coronavirus comme couverture pour mener des actions qui lui sont politiquement bénéfiques.

« Quand les gens sont chez eux, c’est le moment de détruire la démocratie », a déclaré M. Lapid.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...