Ille-et-Vilaine : Une femme condamnée pour un message antisémite posté en ligne
Rechercher

Ille-et-Vilaine : Une femme condamnée pour un message antisémite posté en ligne

Une femme a été condamnée à Saint-Malo à 2 mois de prison avec sursis pour un message en ligne

Le Palais de justice de la ville de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). (Crédit : cours-appel.justice.fr)
Le Palais de justice de la ville de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). (Crédit : cours-appel.justice.fr)

La semaine dernière, une femme a été condamnée à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) à 2 mois de prison avec sursis pour avoir posté un message antisémite sur Facebook, a rapporté le journal local Le Pays Malouin.

« Tous ces fils de putes de juifs de merde (…) enfants du diable, vous êtes des pourritures (…) vous êtes même pas des humains mais l’armée du diable », avait-elle écrit en avril 2018 sur le réseau social.

Son message avait été posté sur son profil sous des images d’enfants syriens « massacrés ». Elle l’aurait écrit « sous le coup de la colère, par impulsivité » et parce qu’elle pensait qu’il s’agissait d’enfants palestiniens victimes de la « politique » d’Israël, a-t-elle expliqué au juge jeudi dernier. « J’aurais dû employer le mot ‘sionistes’ ou ne rien écrire du tout », a-t-elle ajouté.

Âgée de 28 ans, la jeune femme réside à Miniac-Morvan, près de Saint-Malo. Son message avait été signalé par sa cousine, qui a déclaré qu’elle se serait « radicalisée », postant des images d’armes, se vantant de porter le voile et demandant à un de ses enfants de dire « Allah Akbar ».

« J’apprends des mots portugais, espagnols ou arabes à mes enfants… ‘Allah  Akbar’ veut dire Dieu est grand, ce n’est pas un cri de guerre », s’est-elle justifiée à la barre. « Je ne me suis pas convertie à l’islam, je n’ai jamais porté de voile ni mis les pieds dans une mosquée », a-t-elle ajouté, expliquant ne pas avoir vu sa cousine depuis 15 ans.

Elle a nié les accusations de racisme et d’antisémitisme, affirmant avoir un « fils métis », des amis « de toutes les religions » et avoir eu « un petit ami juif ».

Elle a été condamnée pour « provocation publique à la haine ou à la violence, en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...