Iran et Etats-Unis envisagent des négociations indirectes sur l’accord nucléaire
Rechercher

Iran et Etats-Unis envisagent des négociations indirectes sur l’accord nucléaire

L'Iran a accepté la présence d'une délégation américaine à Vienne, mais "aucune réunion entre l'Iran et les Etats-Unis", prévient le chef de la diplomatie iranienne M. Javad Zarif

Le président américain Joe Biden (à gauche) et le guide suprême iranien Ali Khamenei. (Crédit : Collage, AP)
Le président américain Joe Biden (à gauche) et le guide suprême iranien Ali Khamenei. (Crédit : Collage, AP)

Les États-Unis et l’Iran ont accepté vendredi d’entamer cette semaine à Vienne de premières négociations indirectes, par l’intermédiaire des Européens, pour tenter de sauver l’accord international sur le nucléaire iranien.

Le gouvernement américain « a accepté de participer à des discussions » à partir de mardi dans la capitale autrichienne avec les Européens, les Russes et les Chinois pour discuter d’un « retour mutuel » dans l’accord par Washington et Téhéran, a déclaré le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price.

« Nous ne nous attendons pas à des discussions directes entre les Etats-Unis et l’Iran à ce stade du processus, mais les Etats-Unis restent ouverts à cette possibilité », a-t-il précisé.

L’ex-président américain Donald Trump avait claqué la porte en 2018 de cet accord-clé conclu trois ans plus tôt, et avait rétabli toutes les sanctions contre Téhéran, qui en retour a commencé à s’affranchir des restrictions à son programme nucléaire.

Son successeur Joe Biden s’est dit prêt à revenir dans l’accord de 2015, à condition que l’Iran tienne à nouveau ses engagements nucléaires. Les dirigeants iraniens disent aussi vouloir revenir dans les clous, mais seulement si les Etats-Unis lèvent d’abord les sanctions qui asphyxient leur économie.

Groupes de travail

Depuis deux mois, la diplomatie semblait donc dans une impasse, les deux pays se renvoyant la balle pour savoir qui devait faire le premier pas.

C’est une visioconférence entre les signataires encore membres du texte censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique (Chine, Russie, Allemagne, France, Royaume-Uni et Iran), organisée vendredi par l’Union européenne en l’absence des Américains, qui a débloqué le processus.

La présence d’une délégation américaine mardi à Vienne a été acceptée par tous les participants, mais l’Iran a signifié les limites de l’exercice.

Il n’y aura « aucune réunion entre l’Iran et les Etats-Unis », a averti le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif. Les deux délégations ne seront donc jamais dans la même pièce.

La réunion de Vienne qui, comme vendredi, se tiendra au niveau technique mais cette fois « en présentiel », va permettre de lancer deux groupes de travail pour plancher sur les aspects pratiques de la levée des sanctions américaines et du retour de l’Iran à la mise en œuvre intégrale de ses engagements nucléaires.

« Pas de temps à perdre »

En parallèle, des discussions indirectes vont être menées entre les Etats-Unis et l’Iran par le truchement de l’équipe du chef de la diplomatie de l’UE Josep Borrel.

« L’objectif est un accord pour le retour des Etats-Unis dans les deux prochains mois, avant l’élection présidentielle en Iran », a commenté le représentant européen, assurant que la « volonté politique » était désormais présente.

« Nous n’avons pas de temps à perdre », a insisté le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas.

Tous ont prévenu que le chemin vers un accord serait encore long.

Tout en saluant une « avancée salutaire », Washington a dit ne pas s’attendre à une « percée immédiate » mais plutôt à des « discussions difficiles ». Interrogée sur les sanctions que le gouvernement américain était prêt à lever rapidement, une porte-parole américaine a refusé de se prononcer, mais a confirmé que le sujet serait sur la table à Vienne.

« Le sentiment est que nous sommes sur la bonne voie, mais que le chemin à parcourir ne sera pas facile et nécessitera des efforts intensifs », a abondé le représentant russe Mikhail Ulyanov. « Les parties prenantes semblent être prêtes pour cela. »

La solution, si elle se concrétise, devrait être une approche pas à pas avec des concessions mutuelles.

Mohammad Javad Zarif a évoqué vendredi « des mesures chorégraphiées », tandis que la diplomatie américaine s’était dite prête jeudi à des « mesures réciproques ».

Les défenseurs de l’accord signé à Vienne en juillet 2015 ont applaudi le compromis trouvé vendredi pour débloquer les négociations.

« Les responsables américains ne seront pas dans la salle de réunion, mais juste à côté », a commenté Suzanne DiMaggio, du cercle de réflexion Carnegie Endowment for International Peace, saluant une « solution créative ». Pour elle, la recherche d’une « feuille de route globale » pour qu’Américains et Iraniens reviennent dans les clous de l’accord « permet de résoudre le problème de qui fait le premier pas ».

Mais le terrain demeure miné pour chacun des deux pays ennemis, tant les oppositions internes à l’accord et au dialogue restent vives.

« Deux mois seulement après son arrivée, l’administration Biden veut si désespérément revenir dans un mauvais accord qu’elle renonce à tous ses moyens de pression pour offrir des concessions humiliantes », a dénoncé le sénateur républicain Tom Cotton, un des faucons anti-Iran à Washington.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...