Rechercher

Israël confirme le premier cas de contamination locale de la variole du singe

Le ministère de la Santé signale 3 nouveaux cas de la maladie rare, dont un homme qui l'a contractée en Israël, portant le total à 9

Cette image de microscope électronique de 2003 mise à disposition par les Centers for Disease Control and Prevention montre des virions de variole du singe matures et de forme ovale, à gauche, et des virions immatures sphériques, à droite, obtenus à partir d'un échantillon de peau humaine associé à l'épidémie de chiens de prairie de 2003. Un éminent médecin qui préside un groupe d'experts de l'Organisation mondiale de la santé a décrit l'épidémie sans précédent de la maladie rare qu'est la variole du singe dans les pays développés comme "un événement aléatoire" qui pourrait s'expliquer par un comportement sexuel à risque lors de deux événements populaires récents en Europe. (Crédit : Cynthia S. Goldsmith, Russell Regner/CDC/AP)
Cette image de microscope électronique de 2003 mise à disposition par les Centers for Disease Control and Prevention montre des virions de variole du singe matures et de forme ovale, à gauche, et des virions immatures sphériques, à droite, obtenus à partir d'un échantillon de peau humaine associé à l'épidémie de chiens de prairie de 2003. Un éminent médecin qui préside un groupe d'experts de l'Organisation mondiale de la santé a décrit l'épidémie sans précédent de la maladie rare qu'est la variole du singe dans les pays développés comme "un événement aléatoire" qui pourrait s'expliquer par un comportement sexuel à risque lors de deux événements populaires récents en Europe. (Crédit : Cynthia S. Goldsmith, Russell Regner/CDC/AP)

Le ministère de la Santé a annoncé lundi trois nouveaux cas de variole du singe, dont le premier cas confirmé de contamination locale en Israël.

Selon un communiqué du ministère, les trois cas concernent tous des hommes du centre d’Israël, âgés de 30 à 60 ans.

Le ministère n’a pas donné de détails supplémentaires sur le cas de l’homme infecté en Israël ni précisé dans quels pays les deux autres hommes auraient contracté la maladie.

Avec les nouveaux cas diagnostiqués, on compte au total neuf cas confirmés de cette maladie rare en Israël, le premier cas ayant été confirmé le 20 mai.

« Le ministère de la Santé rappelle que toute personne présentant de la fièvre ou des ampoules après son retour de l’étranger ou ayant été en contact étroit avec une personne soupçonnée d’être atteinte de la variole du singe doit consulter un médecin », indique le communiqué du ministère de la Santé.

L’annonce de ces nouveaux cas intervient alors que l’Organisation mondiale de la santé doit tenir le 23 juin une réunion d’urgence pour déterminer s’il convient de classer l’épidémie mondiale de variole du singe comme une urgence de santé publique de portée internationale.

Cette désignation est la plus haute alarme que l’agence des Nations unies puisse lancer.

Jusqu’à ces quelques mois, la variole du singe était généralement confinée à l’Afrique occidentale et centrale. Elle est désormais présente sur plusieurs continents.

La majorité – 84 % – des cas confirmés proviennent de la région européenne, suivie par les Amériques, l’Afrique, la région de la Méditerranée orientale et la région du Pacifique occidental.

L’OMS estime que le nombre réel de cas est probablement plus élevé.

Les responsables israéliens de la Santé ont minimisé le risque du virus, un haut responsable de la Santé ayant appelé au calme lors d’un briefing le mois dernier et déclaré que les cas récents ne représentaient pas un risque grave pour la santé publique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...