Israël doit frapper Gaza avec force pour restaurer la dissuasion, dit Gantz
Rechercher

Israël doit frapper Gaza avec force pour restaurer la dissuasion, dit Gantz

Le chef de Kakhol lavan fera une déclaration à la presse depuis Sdérot, dimanche en début d'après-midi , pour recommander l'adoption "d'approches alternatives" vis-à-vis de Gaza

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz durant une conférence de presse au siège du parti à Tel Aviv, le 10 avril 2019 (Crédit : Flash90)
Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz durant une conférence de presse au siège du parti à Tel Aviv, le 10 avril 2019 (Crédit : Flash90)

Le numéro un de Kakhol lavan et ancien chef d’Etat-major Benny Gantz a indiqué samedi, après une journée de tirs de roquettes presque ininterrompus depuis l’enclave palestinienne vers le sud de l’Etat juif, qu’Israël devait frapper Gaza avec force.

« Nous devons riposter avec dureté et sans compromis, en suivant les recommandations de l’armée et à partir des réflexions livrées par les militaires et les services de renseignement », a commenté Gantz devant les caméras de la Treizième chaîne. « Nous devons restaurer la dissuasion qui s’est érodée de façon catastrophique depuis plus d’un an ».

« Nous sommes plus forts que le Hamas et aujourd’hui, nous devons faire en sorte que les terroristes le sentent », a ajouté Gantz.

L’armée israélienne a lancé samedi une série de frappes aériennes et terrestres dans la bande de Gaza en réponse au lancement d’environ 450 roquettes en direction du territoire israélien. Selon l’armée, des dizaines de projectiles ont été interceptés par le système du Dôme de fer.

Une photo prise depuis le village de Netiv Haasara dans le sud du pays montre des missiles lancés par le système de défense antiaérien du Dôme de fer intercepter des roquettes de la bande de Gaza, le 4 mai 2019 (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Le futur chef de l’opposition a également évoqué le prochain concours de l’Eurovision qui devrait se dérouler du 14 au 18 mai 2019. Le Jihad islamique a menacé de perturber l’événement, qui devrait attirer des dizaines de milliers de touristes.

« L’Eurovision n’est pas un objectif en soi : c’est seulement un point du calendrier. Aujourd’hui, c’est l’Eurovision et demain, ce sera un autre événement. En attendant, Netanyahu a permis au Hamas d’établir l’agenda d’Israël », a accusé Gantz.

Gantz a toutefois ajouté qu’il ne chercherait pas – dans les mêmes circonstances – à prendre le contrôle de Gaza, disant à la Douzième chaîne au cours d’un autre entretien : « Il n’y a aucune raison de conquérir Gaza. Mais si nécessaire, nous saurions très bien comment le faire ».

Yair Lapid, à gauche, alors ministre des Finances , et le Premier ministre Benjamin Netanyahu en 2013. (Crédit : Flash90)

Pour sa part, le numéro deux de Kakhol lavan, Yair Lapid, a fustigé les politiques appliquées à Gaza par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, l’accusant de négocier indirectement non seulement avec le Hamas mais également avec l’Iran.

« Nous ne faisons pas que nous entretenir avec le Hamas mais nous nous entretenons aussi avec l’Iran » de manière indirecte, via l’Egypte », a affirmé Lapid à la Douzième chaîne. « Ziad Nahala (leader du groupe terroriste du Jihad islamique) se trouve actuellement au Caire ».

Dans la mesure où le chef du Jihad islamique se trouve au sein de la capitale égyptienne pour les pourparlers de cessez-le-feu, a ajouté Lapid, « l’Etat d’Israël négocie avec l’Iran. L’homme est un émissaire de l’Iran… Bibi Netanyahu parle avec l’Iran ».

« On a tellement peur qu’ils puissent faire quelque chose à Gaza qu’on se prépare à négocier avec n’importe qui pour mettre en place un cessez-le-feu », a-t-il clamé.

Netanyahu a donné pour instruction samedi à l’armée israélienne de « donner un coup sévère » aux groupes terroristes de Gaza en réponse aux tirs de roquette, selon un responsable de la Défense qui a été cité par les médias en hébreu. Instruction réitérée dimanche matin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tient des consultations avec le chef d’état-major de Tsahal, le directeur du Shin Bet et des responsables de la sécurité à la Kiriya, à Tel Aviv, le 4 mai 2019 (Crédit : autorisation)

Un haut-responsable israélien a noté qu’un retour immédiat du calme sur la frontière sud semblait exclu pour le moment et qu’il fallait s’attendre à « au moins deux ou trois jours de combat ».

Gantz a déclaré que l’Etat juif payait actuellement le prix de « l’extorsion mafieuse » consentie en direction des groupes terroristes de la bande de Gaza, se référant à l’entrée des fonds alloués par le Qatar en échange d’une trêve.

Des objets sont dispersés dans une maison touchée par une roquette tirée depuis la bande de Gaza dans le village israélien de Netiv Haasara, dans le sud d’Israël, le 4 mai 2019. (Crédit : Jack Guez / AFP)

Au mois de novembre, l’Etat du Golfe, allié de longue date du Hamas, s’était engagé à verser environ 15 millions de dollars d’aides par mois sur six mois – ce qu’Israël aurait approuvé.

Gantz a néanmoins estimé qu’il autoriserait « certains transferts de fonds ciblés dans la bande de Gaza pour certains projets ».

« J’aurais fait différemment », a-t-il expliqué. « Je me serais imposé mais j’aurais par ailleurs utilisé les systèmes régionaux et globaux qui n’auraient pas nécessité l’emploi de cette forme d’escroquerie », a-t-il ajouté.

L’ex-chef militaire a aussi noté que si Israël devait se défendre, l’Etat juif devait également mettre en place des programmes pour l’avenir.

« Nous devons continuer à utiliser la diplomatie – c’est ça qu’il faut faire », a-t-il poursuivi.

Benny Gantz se rendra dans les communautés frontalières de Gaza dans la matinée de dimanche et il fera une déclaration à la presse depuis la ville de Sdérot, à 12h45, juste avant que le cabinet de sécurité ne se réunisse à Tel Aviv.

L’ancien chef d’Etat-major devrait évoquer « les approches alternatives qui doivent être mises en place par le gouvernement ». Cette rencontre avec les journalistes sera également une occasion offerte à Benny Gantz de « faire part de son soutien et de son attachement aux populations du sud du pays », a confié son porte-parole au Times of Israel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...