Israël envoie des secours au Guatemala suite à l’éruption volcanique meurtrière
Rechercher

Israël envoie des secours au Guatemala suite à l’éruption volcanique meurtrière

Netanyahu a appelé le président Morales alors que le bilan est de 75 morts et près de 200 disparus, offre une assistance médicale et logistique ; les médecins s'envoleraient jeudi

Aperçu des dégâts causés par l'éruption du volcan Fuego dans le village de San Miguel Los Lotes, dans le département d'Escuintla, à environ 35 km au sud-ouest de Guatemala City, le 5 juin 2018. (AFP PHOTO / Johan ORDONEZ)
Aperçu des dégâts causés par l'éruption du volcan Fuego dans le village de San Miguel Los Lotes, dans le département d'Escuintla, à environ 35 km au sud-ouest de Guatemala City, le 5 juin 2018. (AFP PHOTO / Johan ORDONEZ)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu mardi soir avec le président guatémaltèque Jimmy Morales et lui a présenté ses condoléances pour les morts causés par l’éruption volcanique catastrophique du pays.

Netanyahu a également offert une aide médicale et logistique israélienne à la nation d’Amérique centrale. Netanyahu et Morales se sont rencontrés pour la dernière fois lorsque ce dernier s’est rendu à Jérusalem en mai pour y inaugurer l’ambassade de son pays, deux jours après l’ouverture de la mission américaine dans la ville.

Selon la chaîne de télévision Hadashot, une équipe de médecins israéliens se rendra dans la zone sinistrée jeudi. L’organisation d’aide d’urgence israélienne IsraAid a également annoncé l’envoi d’une équipe.

Entre-temps, l’ambassade d’Israël et une équipe du service d’urgence israélien de Zaka ont lancé des opérations au Guatemala pour fournir de l’aide et des produits de première nécessité aux personnes touchées, notamment des couvertures, des médicaments, des trousses de premiers soins et des tablettes de purification de l’eau.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le président guatémaltèque Jimmy Morales assistent à une réception à l’hôtel King David à Jérusalem le 16 mai 2018. (Amos Ben-Gershom/GPO)

Près de 200 personnes sont portées disparues et au moins 75 ont été tuées depuis que le volcan guatémaltèque Fuego a commencé à entrer en éruption ce week-end, ont déclaré des responsables mardi.

Sept communautés situées dans des zones déjà dévastées ont été évacuées à mesure que l’activité du volcan augmentait et que les opérations de sauvetage ont été interrompues.

Dans la ville d’Escuintla, près du sommet, les habitants paniqués se sont précipités vers leurs voitures pour s’échapper, provoquant des embouteillages anarchiques.

Un photographe de l’AFP a vu un grand panache de cendres s’élever dans le ciel, ce qui a incité les autorités à évacuer tout le monde avant que la police, les militaires et les sauveteurs n’aient reçu l’ordre de se retirer.

Et un total de 192 personnes sont toujours portées disparues depuis les éruptions du week-end, a déclaré le chef de l’agence de secours Sergio Cabanas aux journalistes.

La population évacue la zone sinistrée alors qu’une colonne de fumée et de cendres s’élève de la zone où la lave a coulé le long du volcan Fuego, dans le département d’Escuintla, à environ 35 km au sud-ouest de Guatemala City, le 5 juin 2018. (AFP PHOTO / Johan ORDONEZ)

La recherche des corps dans les villages de montagne détruits par l’éruption progresse lentement, ont indiqué les responsables, étant donné la nature du terrain et la façon dont le volcan a libéré de grandes quantités de boue en ébullition, de roches et de cendres en bas de la montagne.

« Nous continuerons jusqu’à ce que nous trouvions la dernière victime, bien que nous ne sachions pas combien il y en a. Nous allons sonder la zone autant de fois que nécessaire », a déclaré M. Cabanas à l’AFP.

Cependant, les chances de trouver d’autres survivants sont faibles, a-t-il précisé.

« Si vous êtes piégé par une coulée de lave, il est difficile d’en sortir vivant », a-t-il dit, ajoutant que si les gens sont pris dans la coulée, ils risquent de ne jamais être retrouvés.

Un pompier bénévole pleure après avoir quitté le village d’El Rodeo dans le département d’Escuintla, à 35 km au sud de Guatemala City le 3 juin 2018, suite à l’éruption du volcan Fuego. (AFP PHOTO / ORLANDO ESTRADA)

Le volcan de 3 763 mètres d’altitude est entré en éruption tôt dimanche, crachant des panaches de cendres et une pluie de fragments de roches enflammées avec de la boue brûlante.

Selon les autorités, plus de 1,7 million de personnes ont été touchées par la catastrophe, dont plus de 3 000 ont été évacuées, dont un bon nombre vivent dans des abris à Escuintla, Sacatepequez et Chimaltenango depuis l’éruption de dimanche.

La rapidité de l’éruption a pris la population locale par surprise, et pourrait s’expliquer par la production de coulées pyroclastiques, d’émissions soudaines de gaz et de fragments de roche, plutôt que de lave, a déclaré le volcanologue David Rothery de l’Open University of Britain’s Open University.

Le président Morales, qui a déclaré trois jours de deuil national, s’est rendu dans la zone sinistrée.

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré qu’il était profondément attristé par les « pertes tragiques en vies humaines et les dégâts importants causés par l’éruption » et a déclaré que l’ONU était prête à soutenir les efforts nationaux de sauvetage et de secours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...