Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Israël a interdit à 3 chefs de la diplomatie européens de se rendre dans la Zone C

Selon le ministère des affaires étrangères, la décision d'interdire l'accès à certaines parties de la Cisjordanie a été prise "après consultation des responsables de la sécurité"

Un soldat israélien à un poste de contrôle, à l'entrée sud - fermée- de la ville d'Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, le 22 août 2023. (Crédit : Hazem Bader/AFP)
Un soldat israélien à un poste de contrôle, à l'entrée sud - fermée- de la ville d'Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, le 22 août 2023. (Crédit : Hazem Bader/AFP)

Ces dernières semaines, le ministère des Affaires étrangères a empêché trois ministres des Affaires étrangères de pays européens en visite d’entrer dans certaines villes palestiniennes de Cisjordanie.

Les ministres des Affaires étrangères de l’Irlande, du Royaume-Uni et de la Norvège se sont tous rendus sur place ces dernières semaines et ont demandé à visiter des villes palestiniennes de la zone C de la Cisjordanie, qui est entièrement contrôlée par Israël, mais l’accès leur a été refusé.

« Après avoir consulté les responsables des services de sécurité, nous avons décidé de ne pas les autoriser à se rendre à certains endroits, pas dans toute la zone C », a déclaré mardi un porte-parole du ministère des Affaires étrangères au Times of Israel, confirmant de facto l’information.

Mais l’armée israélienne a déclaré au site d’information Walla, qui a été le premier à rapporter la décision de refuser aux ministres des Affaires étrangères l’accès aux zones de Cisjordanie, qu’elles n’avaient pas conseillé au ministère des Affaires étrangères d’agir de la sorte, tandis que l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet a déclaré qu’il n’avait pas tenu de consultations avec le ministère des Affaires étrangères à ce sujet.

Le service de liaison militaire avec les Palestiniens, communément appelé COGAT (Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires), a déclaré que le ministère des Affaires étrangères ne l’avait contacté qu’au sujet du ministre irlandais des Affaires étrangères, Micheál Martin, mais qu’il n’avait pas recommandé d’empêcher sa visite pour des raisons de sécurité.

Les diplomates européens cités dans le rapport ont contesté le fait que les préoccupations en matière de sécurité aient joué un rôle. Les fonctionnaires anonymes ont déclaré qu’ils pensaient que cette décision s’inscrivait dans le cadre d’un changement de politique du gouvernement de droite radicale du Premier ministre Benjamin Netanyahu, dont la grande majorité s’oppose à la création d’un État palestinien et à l’élargissement de l’autonomie palestinienne dans la zone C.

Un manifestant palestinien bloqant la route devant des soldats israéliens dans la zone de Masafer Yatta en Cisjordanie, qui est au centre d’une longue bataille juridique, le 1er juillet 2022. (Crédit : Mosab Shawer/AFP)

Le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, s’est rendu en Israël à la mi-septembre, environ une semaine après Martin, et tous deux ont rencontré Netanyahu. La ministre norvégienne des Affaires étrangères, Anniken Huitfeldt, qui critique fréquemment Israël, a rencontré son homologue israélien, Eli Cohen, à Jérusalem à la mi-septembre, mais n’a pas rencontré Netanyahu.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, s’est rendu en Israël à la mi-septembre, une semaine après la visite de son homologue irlandais Martin, lequels se sont entretenus avec le Premier ministre  Netanyahu.

Les trois diplomates se sont rendus au siège du gouvernement de l’Autorité palestinienne, à Ramallah, en Cisjordanie, pour rencontrer de hauts responsables de l’Autorité palestinienne (AP), et Cleverly et Martin se sont entretenus avec le président de l’AP, Mahmoud Abbas.

En vertu des Accords d’Oslo de 1993, la Cisjordanie a été divisée en trois divisions administratives, la zone A étant contrôlée par l’AP, la zone B étant divisée et la zone C – la plus grande section, constituant environ 60 % du territoire – restant sous le contrôle civil et sécuritaire d’Israël.

La zone C, qui est la seule partie contiguë de la Cisjordanie et qui contient les terres les plus fertiles et les ressources naturelles les plus précieuses, était censée être progressivement transférée à la juridiction palestinienne, conformément aux accords, mais cela ne s’est pas produit. Les implantations israéliennes sont situées dans la zone C.

Quelques jours avant l’entrée en fonction du gouvernement à la fin de l’année dernière, un document détaillant un plan élaboré par l’Union européenne (UE) pour protéger les revendications palestiniennes dans la zone C a fait l’objet d’une dénonciation enflammée, dont une accusation de « diffamation de sang » par 40 législateurs de droite.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.