Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

Israël s’attend à une vague d’olim d’Occident après un afflux inédit depuis la Russie

Dans un contexte de montée de l'antisémitisme,15 500 immigrants d'Amérique du Nord et d'Europe occidentale sont attendus cette année, soit plus double de l'an dernier, selon l'Agence juive.

Ariel Kandel (debout) écoute un candidat à l'alyah parler avec le maire de Jérusalem Moshe Lion lors d'un salon de l'alya à Paris, France, le 19 mai 2024. (Crédit : Qualita)
Ariel Kandel (debout) écoute un candidat à l'alyah parler avec le maire de Jérusalem Moshe Lion lors d'un salon de l'alya à Paris, France, le 19 mai 2024. (Crédit : Qualita)

Alors que les responsables et les militants israéliens se préparent à un afflux d’immigrants en provenance des pays occidentaux, ce sont près de 8 000 Russes qui ont fait le grand saut depuis janvier, et qui représentent la majorité des nouveaux arrivants au cours du premier trimestre de cette année.

Sur les 11 361 nouveaux immigrants qui sont arrivés en Israël en vertu de la Loi du retour pour les Juifs et leurs proches entre le 1er janvier et le 15 mai, plus de 70 %, soit 7 999, étaient originaires de Russie, selon un rapport provisoire du ministère de l’Alyah et de l’Intégration présenté lundi à la commission de la Knesset pour l’immigration, l’intégration et les affaires de la diaspora.

À titre de comparaison, seuls 700 nouveaux arrivants en provenance d’Europe occidentale se sont installés en Israël au cours de cette période, dont environ la moitié de France et 165 du Royaume-Uni. Depuis les États-Unis, où vivent environ 7 millions de Juifs, Israël a accueilli encore moins d’immigrants : 564 d’entre eux au cours des 135 premiers jours de 2024, la période étudiée dans le rapport intermédiaire.

Sur cette même période, environ 300 immigrants, ou olim, provenant d’Ukraine, pays qui mène une guerre défensive contre la Russie, ont été accueillis.

Les données relatives à l’immigration en Israël, ou alyah, en provenance de Russie sont conformes aux tendances observées en 2023. Cette année-là, les Russes représentaient près de 70 % des 46 590 immigrants annuels. En Russie, les sanctions internationales liées à la guerre contre l’Ukraine paralysent l’économie locale, tandis que les autorités répriment la liberté d’expression et les libertés civiles en raison de la guerre.

C’est pourquoi de nombreux Russes quittent le pays par crainte d’un nouveau rideau de fer.

Le député Oded Forer, président de la commission de l’Immigration, de l’Intégration et des Affaires de la diaspora, lors d’une réunion de la commission, le 18 janvier 2023. (Crédit : Noam Moskowitz/Knesset)

Cette année-là, seuls 2 170 olim étaient originaires d’Ukraine. Ce pays a fourni à Israël moins de 20 000 olim depuis que la Russie l’a envahi en 2022. La Russie, quant à elle, a vu près de 84 000 de ses citoyens immigrer en Israël depuis que la guerre a éclaté. En 2020, la Russie comptait quelque 590 000 personnes susceptibles de faire leur alyah, contre environ 190 000 en Ukraine, selon l’Institute for Jewish Policy Research. L’alyah des deux pays a augmenté de façon spectaculaire après 2022.

À première vue, les données peuvent sembler en deçà des attentes de beaucoup, qui s’attendaient à une vague d’olim occidentaux après la multiplication des incidents antisémites recensés en Europe occidentale et en Amérique du Nord au lendemain des attaques terroristes perpétrées par le Hamas le 7 octobre.

Mais l’Agence juive pour Israël, qui gère l’alyah pour le gouvernement, s’attend à ce que 15 500 olim occidentaux arrivent cette année, selon le rapport. Cela représente près de 2,5 fois le chiffre de 6 220 immigrants en provenance des pays développés en 2023.

L’alyah occidentale atteindra son pic en été, avec environ 8 000 olim en provenance des pays développés attendus en septembre, ont écrit les fonctionnaires du ministère dans une réponse à une question du président de la commission, Oded Forer.

De nouveaux immigrants d’Amérique du Nord arrivant sur un vol spécial d’alyah organisé par l’organisation Nefesh BeNefesh, à l’aéroport international Ben Gurion, le 14 août 2019. (Crédit : Flash90)

« Nous assistons à des vagues d’antisémitisme sans précédent dans le monde entier, y compris des cas de mise en danger physique des Juifs de la diaspora, des Israéliens vivant à l’étranger, et nous avons tous vu ce qui se passe sur les campus universitaires », a déclaré Forer.

À la suite de l’assaut du Hamas le 7 octobre, au cours duquel des terroristes ont tué quelque 1 200 personnes en Israël et en ont enlevé 252 autres, Israël a lancé sa manœuvre militaire, toujours en cours, dans la bande de Gaza, dans le but de démanteler le Hamas et de récupérer des dizaines d’otages qui y seraient retenus.

Les villes et les campus occidentaux ont été le théâtre de nombreuses manifestations anti-israéliennes à la suite de la guerre. Certaines de ces manifestations ont donné lieu à des actes de violence et à une rhétorique antisémites. Le nombre d’incidents antisémites enregistrés dans les pays occidentaux, notamment en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique, est monté en flèche depuis le 7 octobre.

Capture d’écran de la vidéo d’un rassemblement pro-palestinien et anti-Israël à l’université d’Amsterdam, le 6 mai 2024. (Crédit : X ; utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

« Cette situation secoue les communautés juives et fait prendre conscience à beaucoup qu’en dépit de toutes les difficultés, c’est le seul endroit où nous pouvons, devons et allons nous assurer que nous pouvons vivre en sécurité en tant que Juifs et Israéliens », a déclaré Forer au sujet d’Israël lors de la réunion de la commission. « Si nous agissons correctement, cette crise peut devenir une opportunité. »

Shay Felber, directeur de l’unité de l’alyah et de l’intégration à l’Agence juive, a déclaré lors de la réunion que la prévision de 15 500 olim occidentaux en 2024 « est basée sur le nombre de personnes qui ont ouvert des dossiers d’immigration et qui ont déjà soumis une date d’arrivée future ». Le nombre réel d’olim sera plus élevé, a-t-il ajouté, et au total, au moins 30 000 olim du monde entier devraient s’installer en Israël en 2024.

La France à elle seule fournira à Israël plus de 3 200 olim d’ici 2024, a déclaré Felber. C’est plus de trois fois le nombre d’olim français en 2023. Trois salons de l’alyah organisés en France cette semaine ont attiré des milliers de participants, a ajouté Felber.

Loin de dissuader les olim de France, la guerre d’Israël contre le Hamas et ses combats avec le Hezbollah à la frontière nord galvanisent le sentiment sioniste déjà fort de nombreux juifs français, a souligné Ariel Kandel, directeur de l’organisation Qualita qui promeut l’alyah de France et qui a organisé les salons de l’alyah en collaboration avec l’Agence juive et la municipalité de Jérusalem.

L’intérieur d’une synagogue à Rouen, France, qu’un homme a tenté d’incendier, 17 mai 2024. L’homme a été abattu par la police française. (Crédit : AP)

« La guerre en Israël, le climat d’antisémitisme et les milliers d’incidents visant les Juifs français suscitent chez les Juifs français un désir sans précédent de faire leur alya et de participer à l’effort de guerre », a déclaré Kandel dans un communiqué publié lundi. « C’est une opportunité et nous ne devons pas perdre de temps : L’Etat d’Israël doit mettre en place des plans pour faire venir des olim et les aider à s’intégrer ».

Eric Michaelson, du ministère de l’Alyah et de l’Intégration, a déclaré lors de la réunion que « depuis le début de la guerre, d’importantes réformes ont été mises en œuvre afin de renouveler et d’adapter les réponses apportées aux immigrants dans les années à venir ». Une direction spéciale a été créée pour faire progresser l’immigration des médecins en Israël, a-t-il ajouté.

En février, le gouvernement a déclaré qu’il allouerait une enveloppe de 170 millions de shekels pour faciliter l’intégration des olim vivant dans des communautés éloignées.

De nouveaux immigrants originaires de pays russophones portant un toast lors d’une activité de renforcement de la communauté, en Israël. (Crédit : Shishi Shabbat Yisraeli)

Dans le cadre de ce programme, les olim vivant dans le Néguev, dans le nord et en Cisjordanie pourront bénéficier des quelque 50 000 shekels auxquels ils ont droit au titre de l’aide au loyer sur une période de deux ans au lieu de cinq.

Dan Illouz, un législateur du Likud, a déclaré qu’il était possible d’en faire davantage pour mettre à profit le potentiel de l’alyah.

« En tant que société, nous n’avons pas bien compris les vagues que la guerre a créées au sein de la diaspora juive », a-t-il déclaré lors de la réunion, lui-même originaire du Canada. « Il existe un potentiel pour une énorme vague d’alyah de la diaspora vers Israël, et elle ne s’exprime pas dans le nombre d’immigrants venant en Israël. Il n’y a pas de déclaration gouvernementale ici qui comprenne la portée de la situation ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.