Israël va accélérer la mise en place d’un fonds d’urgence pour les startups
Rechercher

Israël va accélérer la mise en place d’un fonds d’urgence pour les startups

Quatre startups sur dix disparaîtront dans le monde dans les trois prochains mois si elles ne lèvent pas suffisamment de fonds, selon un rapport

Image d'un développeur informatique (scyther5; iStock par Getty Images)
Image d'un développeur informatique (scyther5; iStock par Getty Images)

L’Autorité israélienne de l’Innovation, en charge de mettre en place les politiques en matière de nouvelles technologies pour le pays, a indiqué qu’elle allait débloquer en urgence 500 millions de shekels (130 millions d’euros) pour les start-ups de petite et moyenne taille qui ont été affectées par l’épidémie de coronavirus.

L’autorité investira ces subventions en association avec des sociétés spécialisées dans les investissements à risques et d’autres investisseurs. L’objectif est de soutenir des startups avec un fort potentiel à long terme, mais qui sont limitées en termes de fonds et qui ont besoin d’une aide immédiate, a indiqué l’autorité.

« L’objectif est de mettre rapidement en place un canal pour investir dans des entreprises exceptionnelles avec des atouts importants et de grandes chances de succès à long terme, mais avec peu de réserves financières », a indiqué Aharon Aharon, le président de l’Autorité israélienne de l’Innovation, dans un communiqué mercredi. Le fonds leur apportera des « garanties et un flux d’argent frais » afin de les maintenir à flot pendant la crise. Cela leur permettra de continuer à se développer une fois que la crise sera passée.

Le secteur israélien de la technologie a été « fortement affecté » par le confinement dû au coronavirus et devrait voir une baisse de 25 % des investissements de capitaux privés et d’environ un quart des revenus complets, a expliqué Aharon Aharon.

Aharon Aharon, directeur de l’Autorité israélienne de l’ Innovation Authority (Autorisation)

En conséquence, des nombreuses entreprises ont cessé de recruter des nouveaux collaborateurs, ont mis des employés en congé sans solde et/ou prévoient des licenciements massifs, a-t-il ajouté.

Depuis que le gouvernement a mis en place des restrictions sanitaires imposant à presque tous les Israéliens de rester chez eux, sauf pour mener des activités essentielles, le taux de chômage a grimpé en flèche. Il est passé d’environ 4 % au début du mois de mars à 26,5 % à la mi-avril, avec plus d’un million de chômeurs.

Le taux moyen de chômage pour cette année devrait probablement se situer autour de 11,5 %, et 360 000 à 400 000 personnes resteront sans emploi à la fin de l’année 2020, a indiqué le groupe de réflexion Institut israélien de la démocratie (IDI). Le chiffre est presque trois fois plus haut que le taux de chômage d’avant la crise, quand 140 000 Israéliens étaient sans emploi.

Quatre startups sur dix disparaîtront dans le monde dans les trois prochains mois si elles ne lèvent pas suffisamment de fonds, selon un rapport de l’entreprise de recherche Startup Genome qui a analysé l’impact du Covid-19 sur l’éco-système des start-ups dans le monde.

Des start-ups qui avaient une feuille de route avec des investisseurs avant l’apparition de la crise, près de 20 % ont vu leur feuille de route retirée par les investisseurs, et 53 % ont observé un ralentissement important de la procédure ou ont fait face à la réticence des investisseurs pour poursuivre leur partenariat, selon le rapport. Seulement 28 % ont soit poursuivi le processus normalement ou réussi à sécuriser les fonds. Une feuille de route est un accord non contraignant définissant les conditions de l’investissement.

L’industrie de la technologie dépend des investisseurs internationaux plus que n’importe quel autre secteur de l’économie israélienne. Ces investisseurs internationaux représentent la plus grande partie du capital investi dans le secteur, a rappelé Aharon Aharon.

« Dans un moment comme celui-là, il y a un risque réel que le filet de sécurité de l’industrie soit fortement affecté, a-t-il souligné. Une politique gouvernementale immédiate, intelligente et raisonnable permettra d’éviter des dégâts critiques au niveau de l’exportation, de la production et des revenus des centaines de milliers d’employés du secteur technologique et différentes entreprises qui font tourner cette industrie ».

Le gouvernement israélien a été durement critiqué pour ne pas en avoir fait suffisamment pour soutenir les entreprises locales et les propriétaires de petites entreprises. Certains ont vu leurs revenus chuter à zéro alors que les clients sont restés chez eux pour limiter la propagation du virus.

Des auto-entrepreneurs israéliens propriétaires de petites entreprises participent à une manifestation afin de demander une aide financière au gouvernement israélien devant le parlement israélien à Jérusalem, le 19 avril 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le canal de financement rapide de l’Autorité de l’innovation va permettre de soutenir des programmes de recherche et de développement d’entreprises en phase précoce de croissance et en phase avancée de développement, mais qui disposent d’une piste – que l’on définit comme le montant de liquidités disponibles de la startup divisé par la somme qu’elle consomme chaque mois – qui est inférieure à 12 mois et qui ont un besoin urgent en financement, précisait le communiqué.

Dans le cadre de la procédure de sélection, l’autorité va évaluer les technologies développées par la startup et calculer son flux de liquidités, sa situation financière, et les mesures qu’elle a prises pour surmonter la crise, notait le communiqué.

Les réponses aux demandes de financement seront données sous quatre semaines. Un acompte de financement allant jusqu’à 50 % ou la totalité de la subvention approuvée seront versés en cas de réponse positive, complétant ainsi les financements obtenus par la startup auprès d’investisseurs privés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...