Italie: Une vieille synagogue marque son premier mariage juif depuis des siècles
Rechercher

Italie: Une vieille synagogue marque son premier mariage juif depuis des siècles

Le couple dont les ancêtres étaient contraints de cacher leur foi se sont mariés sur les ruines d'une ancienne shul de Calabre

Roque Pugliese et Ivana Pezzoli se marrient à la synagogue Bova Marina en Calabre, le 4 juin 2019. (Crédit : autorisation Shavei Israel via JTA)
Roque Pugliese et Ivana Pezzoli se marrient à la synagogue Bova Marina en Calabre, le 4 juin 2019. (Crédit : autorisation Shavei Israel via JTA)

JTA — Un couple italien dont les ancêtres étaient contraints de cacher leur foi se sont mariés sur les ruines d’une ancienne synagogue de Calabre, accordant au site son premier mariage depuis des siècles.

Roque Pugliese et Ivana Pezzoli se sont passés la corde au cou cette semaine en présence d’environ 100 convives, dont des responsables de la communauté juive italienne, à la synagogue Bova Marina dans la région calabraise, dans le sud du pays.

C’est le Rabbi Umberto Piperno, ancien grand-rabbin de Naples, qui a célébré l’union juive orthodoxe du couple. Les ancêtres de la femme et de son époux étaient des Anoussim – des Juifs contraints de se convertir ou de pratiquer leur religion en secret par crainte des persécutions.

Les mariés, tous les deux médecins, se sont rencontrés à l’hôpital où ils travaillaient.

« C’était incroyablement émouvant de voir un couple juif s’unir là où le judaïsme a pratiquement cessé d’exister pendant très longtemps », selon Michael Freund, le fondateur de l’association Shavei Israel, qui aide les descendants d’Anoussim, entre autres, à revenir au judaïsme.

Des dizaines de ces descendants se sont rendus sur le site archéologique de Bova Marina, dont des éléments de la synagogue ont été découverts lors de chantiers de construction dans les années 80.

Représentant plusieurs symboles juifs dont l’etrog — l’agrume que les agriculteurs calabrais font aujourd’hui pousser et exportent aux Juifs du monde entier pour Souccot — les ornements découverts à Bova Marina remontent à une époque située entre les 4e et 6e siècles de l’ère commune, moment où la synagogue commençait à ne plus être utilisée.

En plus de ces descendants était également présente Noemi Di Segni, la présidente de l’Union des communautés juives italiennes (UCEI).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...