Rechercher

J Street retire son soutien à une élue soupçonnée de corruption

Le groupe politique juif libéral affirme avoir fondé sa décision sur des considérations principalement politiques, sans écarter la question déontologique

Archive- Marie Newman, à Chicago, le 9 mars 2020.  (AP Photo/Charles Rex Arbogast File)
Archive- Marie Newman, à Chicago, le 9 mars 2020. (AP Photo/Charles Rex Arbogast File)

JTA – Le comité d’action politique affilié à J Street ne soutiendra plus Marie Newman, membre démocrate du Congrès de l’Illinois, actuellement au centre d’une enquête déontologique pour de possibles faits de corruption.

Logan Bayroff, porte-parole du groupe libéral juif du Moyen-Orient, a déclaré mardi que la décision s’expliquait essentiellement par un redécoupage, opposant Newman à un autre partisan de J Street PAC, Sean Casten.

Bayroff a toutefois précisé que l’enquête déontologique en cours avait été prise en compte dans la décision.

« Nous les avons approuvés tous les deux en 2020 dans des circonscriptions différentes, mais une fois établi qu’ils se trouvaient face à face, nous avons dû faire un choix », a déclaré Bayroff dans une interview.

« Dans un pareil cas, nous examinons tous les éléments en présence, et [une] enquête sur un candidat en fait évidemment partie. »

Newman fait l’objet d’une enquête du Bureau déontologique du Congrès pour avoir vraisemblablement promis à Iymen Chehade, universitaire palestino-américain, un emploi dans son équipe au Congrès contre la promesse de ne pas se présenter contre elle lors d’une primaire. L’une des autres conditions à l’accord présumé était que Newman adopte des positions pro-palestiniennes.

Newman n’est pas parvenue à faire embaucher Chehade comme conseiller au Congrès, poste financé sur fonds gouvernementaux. Ce dernier a alors engagé des poursuites contre Newman en 2021, avant de s’entendre finalement avec elle dans le cadre d’un règlement privé et de s’engager à ses côtés comme conseiller aux « affaires étrangères ». Les conseillers de campagne sont rémunérés grâce aux dons faits aux candidats.

Newman a jusqu’ici nié toute irrégularité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...