Jérusalem : la Turquie accuse Israël, l’UE et Paris appellent à la « retenue »
Rechercher

Jérusalem : la Turquie accuse Israël, l’UE et Paris appellent à la « retenue »

Plus de 300 émeutiers palestiniens ont été blessés, selon le Croissant-Rouge palestinien ; 16 policiers israéliens ont été blessés et des civils israéliens, dont un bébé de 7 mois

Affrontements entre policiers et manifestants arabes à Jérusalem pendant le Ramadan, le 9 mai 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Affrontements entre policiers et manifestants arabes à Jérusalem pendant le Ramadan, le 9 mai 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

« Israël doit cesser d’attaquer les Palestiniens à Jérusalem et empêcher les occupants et les colons d’entrer dans la sainte Mosquée (d’al-Aqsa) », a déclaré sur Twitter le porte-parole de la présidence turque Ibrahim Kalin, faisant porter aux autorités israéliennes « toute la responsabilité pour les violences ».

« Le monde doit agir pour mettre fin à cette agression israélienne interminable contre des civils non armés sur leur propre terre », a-t-il ajouté.

Le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, a renchéri en appelant la communauté internationale à « remettre (Israël) à sa place ». « Nous lançons un appel au monde musulman : il est temps de dire ‘stop’ aux attaques lâches et tyranniques d’Israël (…) Que l’enfer brûle pour les tyrans ! », a-t-il ajouté sur Twitter.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait qualifié samedi Israël d’Etat « terroriste cruel ». Lundi, il Il a réitéré ces affirmations lors d’entretiens téléphoniques séparés avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le chef du mouvement terroriste islamiste du Hamas au pouvoir à Gaza Ismaïl Haniyeh, Erdogan a « condamné dans les termes les plus forts les attaques israéliennes abominables à Jérusalem », affirmant qu’elles constituaient des actes de « terrorisme », selon la présidence turque.

Des centaines de personnes ont manifesté en soutien aux Palestiniens dimanche soir aux abords du consulat israélien à Istanbul, en dépit d’un confinement en vigueur en Turquie pour endiguer la propagation de la pandémie de coronavirus.

Des centaines de personnes ont manifesté en soutien aux Palestiniens dimanche 9 mai 2021 aux abords du consulat israélien à Istanbul (Crédit : OZAN KOSE / AFP)

L’envoyé de l’Union européenne (UE) auprès des Palestiniens a déclaré que cette dernière était « extrêmement préoccupée » par les affrontements en cours près du mont du Temple de Jérusalem et a appelé toutes les parties à ne pas recourir à la violence.

« Nous appelons au calme immédiat, tous doivent s’abstenir de recourir à la violence », a déclaré la mission de l’Union européenne.

Plus de 300 émeutiers palestiniens ont été blessés depuis le début des affrontements avec la police israélienne ce matin, selon le Croissant-Rouge palestinien. L’organisation de premiers secours a également affirmé que les forces israéliennes ont empêché leurs équipes médicales d’atteindre les zones de conflit.

Selon la police israélienne, au moins 16 policiers ont été blessés, dont un nécessitant une hospitalisation. En outre, des civils israéliens, dont un bébé de sept mois, ont été blessés par des pierres lancées sur des voitures près de la Vieille Ville.

Les forces de sécurité israéliennes « doivent faire preuve d’un maximum de retenue et permettre aux secouristes d’entrer pour prodiguer des soins médicaux aux blessés. Nous demandons à tous de maintenir et de respecter le statu quo sur les lieux saints », a ajouté l’UE.

« La France exprime une nouvelle fois sa grave préoccupation face aux affrontements et aux violences qui ont lieu depuis plusieurs jours à Jérusalem, qui ont déjà fait plusieurs centaines de blessés et qui font désormais peser le risque d’une escalade de grande ampleur. La France condamne fermement les tirs de roquette depuis la bande de Gaza qui ont visé la nuit dernière le territoire israélien, en violation du droit international. La France appelle l’ensemble des acteurs à faire preuve de la plus grande retenue et à s’abstenir de toute provocation pour permettre un retour au calme dans les plus brefs délais. Toutes les actions qui concourent à l’escalade sur le terrain doivent cesser. Dans ce contexte, la France est vivement préoccupée par les menaces d’évictions forcées visant des résidents du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, qui relèvent de la politique de colonisation, illégale en droit international, et exacerbent les tensions. La France rappelle également son attachement à la préservation du statu quo historique sur l’Esplanade des Mosquées. Toutes les déclarations provocatrices et tous les appels à la violence et à la haine sont inacceptables et doivent cesser immédiatement, » lit-on dans un communiqué du Quai d’Orsay.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...