Israël en guerre - Jour 287

Rechercher

« Juifs et en colère » : à Lyon, un millier de personnes défilent contre l’antisémitisme

"Il n'y a quasiment que des juifs" dans la manifestation, a remarqué la rabbin de la synagogue libérale Keren Or à Villeurbanne, y voyant le signe de l'isolement de sa communauté

Rassemblement pour condamner le viol collectif antisémite d'une jeune fille de 12 ans, sur la place des Terreaux à Lyon, le 19 juin 2024. (Crédit : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)
Rassemblement pour condamner le viol collectif antisémite d'une jeune fille de 12 ans, sur la place des Terreaux à Lyon, le 19 juin 2024. (Crédit : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Un rassemblement contre l’antisémitisme dans le centre de Lyon a mobilisé mardi environ 1 000 personnes, selon la préfecture, dix jours après le viol à caractère antisémite d’une fille de 12 ans à Courbevoie (Hauts-de-Seine).

« On est forts, on est fiers, on est juifs et en colère », ont scandé les manifestants en remontant de la place des Jacobins à la place des Terreaux en brandissant des drapeaux aux couleurs de la République et des pancartes « juive violée, République en danger ».

Mi-juin, une enfant de 12 ans a été violée par des adolescents qui l’ont traitée de « sale juive » et menacée de mort dans cette ville de banlieue au nord-ouest de Paris.

« Ce qui est arrivé à cette petite fille, c’est une infamie », a déploré la députée Renaissance de la 13e circonscription du Rhône, Sarah Tanzilli, qui tenait en tête de cortège une banderole « non à l’antisémitisme, oui à la République ».

« L’antisémitisme et le racisme, ce ne sont pas des opinions, ce sont des délits » a-t-elle déclaré, déplorant que « certains ne cessent de souffler sur les braises ».

Dans le cortège, Nathalie Levy est venue manifester pour « montrer notre soutien en tant que juifs à l’ensemble de la communauté, en France, mais pas seulement », face à « l’antisémitisme et l’importation d’un conflit à des milliers de kilomètres ».

« Il n’y a quasiment que des juifs » dans la manifestation, a remarqué Daniela Touati, rabbin de la synagogue libérale Keren Or à Villeurbanne, y voyant le signe de l’isolement de sa communauté.

Marchant un drapeau français à la main, elle a dit avoir « peur des deux extrêmes », « à la veille d’une élection si cruciale ».

« Même si l’extrême droite ne parle pas trop de juifs, on sait très bien que ça va venir s’ils sont au pouvoir, » a-t-elle prédit.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.