Rechercher

Kara fustigé pour s’être opposé à une loi sur l’indemnisation des indépendants

L'opposition s'en est vivement prise à l'élu Yamina, qui était à la tête du groupe 'Ani Shulman', supposé justement représenter les travailleurs indépendants

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Abir Kara, député du parti Yamina, à la Knesset le 5 avril 2021. (Olivier Fitousi/Flash90)
Abir Kara, député du parti Yamina, à la Knesset le 5 avril 2021. (Olivier Fitousi/Flash90)

Le vice-ministre Abir Kara a fait l’objet de vives critiques mercredi après avoir voté contre un projet de loi visant à accorder des allocations de chômage aux Israéliens indépendants, une disposition qu’il a défendue par le passé.

Le projet de loi, parrainé par le député de l’opposition Sami Abu Shehadeh (Balad), a été rejeté lors d’un vote à la Knesset par 55 à 54, le vote défavorable de Kara ayant été déterminant.

Avant d’entrer à la Knesset, Kara s’est fait connaître pour son rôle de chef d’un mouvement de protestation représentant les propriétaires d’entreprises indépendantes et les travailleurs indépendants israéliens, faisant pression pour que le gouvernement apporte une aide plus importante pendant la crise du COVID-19.

Avant les élections de mars, Kara a annoncé qu’il rejoignait le parti Yamina et qu’il emmenait avec lui les dizaines de milliers de membres du groupe, ce qui a donné un coup de pouce au leader du parti, Naftali Bennett, qui est devenu Premier ministre.

Lorsque le vote de Kara a été annoncé lors d’un décompte public des voix des députés en plénière, l’opposition a éclaté, déversant son mépris sur le législateur, – un vice-ministre du bureau du Premier ministre l’appelant à « vendre » les propriétaires d’entreprises indépendantes qu’il prétendait représenter.

Le député Yinon Azoulay, du parti Shas, a crié à Kara « les Shulman sont aujourd’hui en train de te regarder et de rire de toi, ils sont embarrassés par toi », une référence au nom du mouvement de protestation « Shulman » de Kara, un mot pour désigner les « pigeons » qui doivent payer l’addition.

Le président du parti Yahadout Hatorah, le député Yitzhak Pindrus, a déclaré après le vote que Kara « a fait tout le chemin jusqu’à la Knesset sur le dos des travailleurs indépendants et les a poignardés dans le dos ».

Kara a ensuite répondu aux critiques en disant que le projet de loi proposé n’aurait fait que créer un monstre bureaucratique qui n’aurait été d’aucun bénéfice pour les propriétaires d’entreprises indépendantes, alors que le gouvernement a prévu de fournir un soutien efficace.

« Nous apporterons une vraie solution pour un filet de sécurité, avec un vrai choix pour les Shulman et non un système bureaucratique de fonctionnaires et de taxes que le Likud propose – parce que c’est tout ce qu’ils savent faire », a écrit Kara en faisant référence aux leaders de l’opposition du parti Likud.

LAHAV, la Chambre israélienne des organisations et entreprises indépendantes, a déclaré dans un communiqué que « le vice-ministre Kara ne représente que lui-même et le parti Yamina, et non les propriétaires d’entreprises indépendantes en Israël. Nous allons travailler de toutes nos forces pour que les droits des indépendants soient égaux à ceux des salariés. »

Des travailleurs indépendants et des propriétaires de petites entreprises participent à un rassemblement à Jérusalem, le 30 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le Forum des travailleurs indépendants, un groupe de coordination des organisations de travailleurs indépendants, a réagi au vote en critiquant le gouvernement, affirmant qu’il avait « révélé son vrai visage, laid et déconnecté, en rejetant le projet de loi sur les prestations de chômage pour les indépendants. »

En votant contre le projet de loi, Kara a « abandonné les indépendants et les entreprises en Israël », a déclaré le forum dans un communiqué.

Les partis d’opposition auraient adopté une stratégie consistant à proposer des projets de loi qui sont personnellement soutenus par les membres du gouvernement afin de les mettre dans l’embarras lorsqu’ils votent contre les motions, conformément à la discipline de la coalition.

Les entreprises indépendantes et les travailleurs indépendants ont été durement touchés par la pandémie de coronavirus et demandent que le gouvernement leur accorde une aide, en soulignant les allocations de chômage prolongées qui ont été accordées à des centaines de milliers d’employés israéliens qui ont été mis en congé sans solde en raison des mesures de confinement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...