Israël en guerre - Jour 193

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Karin Vernikov, 22 ans : Une festivalière connue pour son gâteau au chocolat

Assassinée par le Hamas alors qu'elle tentait de fuir le Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 7 octobre 2023

Karin Vernikov, assassinée par des terroristes du Hamas alors qu'elle tentait de fuir le Festival Supernova à proximité du kibboutz Reïm le 7 octobre 2023. (Crédit : Facebook)
Karin Vernikov, assassinée par des terroristes du Hamas alors qu'elle tentait de fuir le Festival Supernova à proximité du kibboutz Reïm le 7 octobre 2023. (Crédit : Facebook)

Karin Vernikov, 22 ans, originaire de Rishon Lezion, a été assassinée par des terroristes palestiniens du Hamas alors qu’elle tentait de fuir le Festival Supernova, à proximité du kibboutz, Reïm le 7 octobre 2023.

Elle participait à la rave-party avec ses amis Sapir Bilmes et Amit David, qui y ont également été assassinés.

Après une semaine de recherches et d’attente désespérée, son corps a été retrouvé et sa famille a été prévenue. Elle a été enterrée le 15 octobre à Rishon Lezion.

Elle laisse derrière elle ses parents, Leonid et Luba, et sa sœur Maria.

Sa famille a indiqué qu’elle venait de terminer son service obligatoire au sein du Directorat des Ressources humaines de l’armée israélienne et qu’elle était revenue d’un grand voyage en Amérique du Sud quelques semaines seulement avant d’être tuée. Elle avait fait la connaissance de Sapir et d’autres amis avec lesquels elle avait participé au festival au cours de sa longue escapade en Amérique du Sud. Elle aimait également cuisiner et faire des gâteaux, et préparait toujours son fameux gâteau au chocolat le week-end.

« Karin aimait la vie, faire la fête, cuisiner, être heureuse, elle était pleine de positivité », a déclaré sa sœur Maria à un média local de Rishon Lezion. « Elle avait une vision unique de la vie, elle acceptait tout le monde quelle que soit la situation, elle faisait en sorte que tous ceux qui l’entouraient se sentent intéressants et importants. Elle avait une curiosité sans limites, elle aspirait toujours à apprendre et à acquérir des connaissances auprès de tout le monde. »

Maria a ajouté que « Karin aimait vraiment la cuisine, elle préparait d’incroyables poissons épicés, une excellente matbucha [salade cuite orientale] et des viandes. Elle aimait aussi beaucoup cuisiner et son gâteau au chocolat était sa signature (…) Chaque fois qu’elle était invitée à un événement, les gens savaient qu’elle apporterait son gâteau. Depuis que nous l’avons perdue, plein de gens autour de moi l’ont préparé, la famille, les amis et même la personne qui s’occupe de mon fils. Le gâteau nous relie à elle ».

Son petit ami, David Azrad, a écrit sur Facebook qu’il devait assister à Supernova avec Karin et qu’il lui avait dit à la dernière minute qu’il ne viendrait pas : « Je suis désolé de ne pas avoir été là pour toi dans ces moments-là, tu étais tout pour moi, tu étais toute ma vie », a-t-il écrit, rappelant qu’il l’avait rencontrée au Brésil sur un hamac. « Et depuis lors, nous n’avons jamais été séparés, nous avions déjà un nom, ‘le couple qui dormait dans le hamac’. »

« Tu étais tout pour moi. Je n’ai jamais cru que je pouvais aimer quelqu’un, surtout que je m’étais promis de ne pas tomber amoureux pendant le voyage, et finalement tu es venue à moi et tu as changé tout ça (…) Après une semaine de séparation, tu me manquais déjà tellement », a-t-il ajouté.

« Je t’aime tellement que je ne peux plus supporter cette douleur. »

Un mois après sa mort, sa mère Luba a écrit sur Facebook : « Karin, mon amour, ma petite, ma chérie, ma vie, j’entends encore tes rires, tes pas dans la maison, la porte s’ouvrir. Tu me manques tellement. »

« Tu venais à peine de commencer à vivre, et ils t’ont pris ta vie de manière si cruelle », a-t-elle poursuivi.

Deux jours plus tard, Luba a ajouté : « Tu fais partie de moi, ma petite Karini, tu es tout mon monde, mon cœur et mon souffle. Tu es mon air, mon soleil et mon bonheur. Tu es partie sans revenir et sans dire un mot. »

« Ma petite fille ne reviendra pas, je ne peux pas te serrer dans mes bras. Tu me manques tellement ma chère fille, tu es devenue un ange qui veille sur moi. Comment puis-je continuer, comment puis-je respirer sans toi ???  »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.