Rechercher

Kentucky: Trump soutient Thomas Massie, désavoué par la Coalition juive républicaine

L'homme, qui siège déjà actuellement au Congrès, s'est notamment opposé au financement de l'enseignement de la Shoah et à une résolution condamnant le boycott d'Israël

Sur cette photo d'archives du mardi 28 mai 2019, le représentant Thomas Massie, R-Ky, s'adresse aux journalistes au Capitole après avoir bloqué un vote par consentement unanime sur un projet de loi d'aide aux catastrophes de 19 milliards de dollars tant attendu dans la chambre. (Crédit : AP Photo/J. Scott Applewhite, File)
Sur cette photo d'archives du mardi 28 mai 2019, le représentant Thomas Massie, R-Ky, s'adresse aux journalistes au Capitole après avoir bloqué un vote par consentement unanime sur un projet de loi d'aide aux catastrophes de 19 milliards de dollars tant attendu dans la chambre. (Crédit : AP Photo/J. Scott Applewhite, File)

WASHINGTON (JTA) — Donald Trump a apporté son soutien à Thomas Massie, membre républicain du Congrès où il siège pour le Kentucky. Son opposition à un projet de loi sur l’enseignement de la Shoah lui avait, dans le passé, attiré les foudres de la Coalition juive républicaine (RJC) – une distinction étonnante dans la mesure où la Coalition ne critique pourtant que rarement les membres du Congrès en exercice.

Massie est l’un des politiciens que l’ancien président soutient dans les Primaires organisées en amont des élections de la mi-mandat, qui auront lieu cette année – une tentative de prouver qu’il a encore une influence sur le parti. Trump a également fait part de son appui à la candidature de Marjorie Taylor Greene, en Georgie, autre membre républicaine du congrès qui avait été désavouée par le comité d’action politique (PAC) affilié à la Coalition juive républicaine au cours d’une Primaire.

« Thomas se bat âprement pour Protéger vos Libertés, et pour protéger en particulier le Premier et le Second amendement, actuellement pris d’assaut par la Gauche Radicale », a fait savoir mardi un communiqué émis par le PAC de Trump, reprenant à son compte l’usage caractéristique des lettres majuscules par l’ancien président des États-Unis. « Fort sur la frontière et pour nos militaires et nos vétérans, Thomas Massie bénéficie de mon soutien complet et total ! »

La RJC avait aussi soutenu l’adversaire de Massie lors des Primaires en 2020 dans la mesure où ce dernier avait été le principal obstacle entre le gouvernement et une enveloppe de relance de deux milliards de dollars qui devait être distribuée dans le cadre de la pandémie. Cette dernière avait finalement été approuvée et Trump, qui était président à ce moment-là, avait alors qualifié Massie « d’orateur minable ».

La Coalition juive républicaine avait déjà Massie dans le collimateur : il s’était opposé à un financement en faveur de l’enseignement de la Shoah ainsi qu’à une résolution qui condamnait le boycott d’Israël. Plus récemment, il a été le seul républicain à être défavorable aux financements, à hauteur d’un milliard de dollars, qui devaient servir à reconstituer les réserves du système antimissile israélien du Dôme de fer qui avaient été épuisées pendant la guerre à Gaza, l’année dernière. Massie, qui dit être libertaire, cite son opposition à une éventuelle « surpuissance » gouvernementale pour justifier tous ses votes.

Le PAC de la coalition juive républicaine s’était aussi opposé à Greene en 2020 alors qu’elle ne siégeait pas encore en congrès et il l’avait critiquée après son élection parce qu’elle utilisait des tropes qui, selon les groupes juifs, étaient antisémites.

Le PAC doit encore faire savoir s’il soutiendra les adversaires de Massie ou de Greene pendant ce nouveau cycle électoral. Matt Brooks, directeur exécutif du groupe, n’a pas répondu à une demande de réaction. Jusqu’à présent, la liste des candidats soutenus par le PAC de la RCJ comprend des critiques de Trump comme les représentants Peter Meijer (Michigan) et Nancy Grace (Caroline du sud), ainsi que des soutiens ardents de l’ancien président comme la représentante Nicole Malliotakis (New York) ou le sénateur Ron Johnson (Wisconsin).

Trump s’est particulièrement concentré sur ses candidats favoris qui affrontent aujourd’hui dans les Primaires des personnalités soutenues par ceux qu’il avait écrasés au cours de son ascension au pouvoir au sein de l’establishment. Dans l’Ohio, le candidat qu’il soutient dans une Primaire pour le sénat, l’investisseur et auteur J.D. Vance, l’a emporté sur des candidats plutôt alignés sur la vieille garde ainsi que sur Josh Mandel, un Juif ancien trésorier de l’état qui avait épousé avec enthousiasme la doctrine de Trump mais qui n’a pas su obtenir le soutien de ce dernier.

Il est rare pour un groupe juif partisan de s’opposer à un membre du congrès en exercice lors d’une Primaire. Cas notable, des PACs affiliés aux groupes JDCA (Jewish Democratic Council of America) et Democratic Majority for Israel se sont alignés sur la représentante Haley Stevens dans ses Primaires au Michigan contre Andy Levin, qui est Juif. Tous les deux se présentent pour une réélection et ils s’affrontent dans cette course en raison d’un redécoupage électoral.

Stevens est proche de l’establishment pro-israélien de centre-droit, tandis que Levine s’identifie davantage aux groupes juifs libéraux qui revendiquent un soutien apporté à Israël susceptible de s’accompagner de critiques cinglantes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...