L’ADL s’associe à Paypal pour stopper le financement en ligne de l’extrémisme
Rechercher

L’ADL s’associe à Paypal pour stopper le financement en ligne de l’extrémisme

Les parties vont coopérer pour identifier et interrompre les canaux financiers qui, sur internet, soutiennent les mouvements extrémistes et de haine

Vue extérieure des bureaux d'eBay/PayPal à San Jose, en Californie. (Crédit : AP Photo/Paul Sakuma, File)
Vue extérieure des bureaux d'eBay/PayPal à San Jose, en Californie. (Crédit : AP Photo/Paul Sakuma, File)

L’Anti-Defamation League (ADL) a rejoint Paypal pour examiner la manière dont les extrémistes utilisent les plateformes financières pour rassembler l’argent nécessaire à leurs activités criminelles.

Ce partenariat va se concentrer sur « l’identification et l’arrêt des canaux financiers » qui soutiennent les mouvements de haine et extrémistes en ciblant « les acteurs et les réseaux qui se propagent et qui profitent de toutes les formes de haine et de fanatisme », selon un communiqué de presse qui a été publié lundi matin par l’ADL.

Les conclusions seront « largement partagées au sein de l’industrie financière et avec les décisionnaires politiques et les forces de l’ordre », a poursuivi le communiqué.

Le Centre sur l’extrémisme de l’ADL sera l’un parmi de multiples groupes partenaires de cette initiative pour PayPal, entreprise de San Jose devenue l’une des plus importantes plateformes de paiement en ligne à travers le monde. Le communiqué de presse a également cité l’organisation League of United Latin American Citizens.

L’ADL, organisation à but non-lucratif dont le siège se situe à New York City, est spécialisée dans la lutte contre l’antisémitisme et les autres formes de haine.

Le partenariat avec PayPal est le deuxième à avoir été annoncé la semaine dernière : l’ADL avait également fait part d’une nouvelle mise en relation avec l’Union du judaïsme réformé (URJ) concernant le lancement d’un outil de communication sur l’antisémitisme qui sera supervisé conjointement par les deux groupes. Cette annonce avait été faite dans un contexte de critiques émanant de membres de la gauche de l’échiquier politique, qui avaient estimé que l’organisation confondait trop souvent critique d’Israël et antisémitisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...