La Banque d’Israël relève son taux directeur pour la première fois depuis 2011
Rechercher

La Banque d’Israël relève son taux directeur pour la première fois depuis 2011

De façon inattendue, la banque centrale relève son taux de 0,15 point de pourcentage à 0,25 %, après l'avoir maintenu à 0,1 % depuis 2015

Nadine Baudot-Trajtenberg, vice-gouverneur de la Banque d'Israël (Banque d'Israël)
Nadine Baudot-Trajtenberg, vice-gouverneur de la Banque d'Israël (Banque d'Israël)

De façon inattendue, la banque centrale israélienne a relevé son taux directeur pour la première fois depuis 2011, le portant de 0,15 point de pourcentage à 0,25 %, après l’avoir maintenu à 0,1 depuis 2015.

La décision a été prise par le comité monétaire de la banque, dirigé par la vice-gouverneur Nadine Baudot-Trajtenberg, qui exerce actuellement les fonctions de chef de la banque centrale. Le nouveau gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, prendra ses fonctions le 24 décembre.

« Après une hausse continue de l’inflation depuis le début de 2018, le taux d’inflation se stabilise légèrement au-dessus de la limite inférieure de la fourchette cible et devrait également y rester au cours des prochains mois », a déclaré la banque centrale dans un communiqué.

« L’analyse des données et des indicateurs actualisés de l’activité économique permet de conclure que l’économie converge vers son taux de croissance potentiel. Aux deuxième et troisième trimestres, le taux de croissance de l’économie s’est quelque peu ralenti, mais les indicateurs d’activité actuels confirment l’évaluation selon laquelle l’économie est en situation de plein emploi, et notamment les données ajustées du marché du travail indiquent un niveau élevé de la demande. »

Seuls deux des 12 économistes interrogés par Reuters avaient prévu une hausse des taux d’intérêt, tandis que 10 ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce que le taux reste inchangé à 0,1 %, selon Reuters.

L’agence de courtage Meitav Dash Brokerage, basée à Tel Aviv, avait également prévu que le taux resterait inchangé.

« C’est une surprise, d’autant plus que le nouveau gouverneur de la Banque d’Israël n’a pas encore pris ses fonctions », a déclaré par téléphone Saar Golan, trader à Meitav Dash. Les raisons de cette hausse, a-t-il dit, sont le fait que l’inflation se situe à l’intérieur de la fourchette cible de 1 % à 3 % fixée par la banque centrale et que l’économie connaît le plein emploi.

Les effets de la hausse se ressentent déjà à la Bourse de Tel Aviv, a déclaré M. Golan, les actions des banques gagnant du terrain. Les banques seront les entreprises qui bénéficieront le plus de la hausse des taux. Les actions d’entreprises à fort effet de levier, comme les sociétés immobilières et les sociétés de portefeuille, ont toutefois baissé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...