La Cellule de crise de la communauté répond aux questions des Juifs de France
Rechercher

La Cellule de crise de la communauté répond aux questions des Juifs de France

En cette période de crise sanitaire, l'ECUJE organise des conférences en ligne afin d'éclaircir les différentes interrogations et problèmes soulevés au sein de la communauté

Ce dimanche midi, l’Espace culturel et universitaire juif d’Europe (ECUJE) a, pour le second dimanche consécutif, organisé une conférence sur les plateformes Zoom et Facebook afin de répondre aux interrogations de la communauté juive de France face à l’épidémie de coronavirus.

Après avoir donné la parole aux présidents des institutions juives la semaine dernière (Francis Kalifat du CRIF, le grand rabbin de France Haïm Korsia, Ariel Goldmann du FSJU, et Jean-François Guthmann, président de l’OSE), le webinaire de cette semaine rassemblait les membres, directeurs et experts de la Cellule de crise de la communauté juive.

Interrogée par Gad Ibgui, directeur de l’ECUJE, et Jean-François Strouf, directeur adjoint, la Cellule de crise s’est penché sur « les moyens et les actions pour gérer les situations d’urgence dans les domaines du social, du médical, du religieux, etc ».

La conférence d’aujourd’hui rassemblait : Richard Odier, directeur du FSJU ; Patricia Sitruk, directrice de l’OSE ; Karêne Fredj, directrice de la Fondation CASIP-COJASOR ; Robert Ejnes, directeur exécutif du CRIF ; Marc Abensour, directeur du Consistoire de Paris ; Moshé Lewin, conseiller spécial du Grand Rabbin de France ; Eric Ghozlan, responsable pôle Psychologie de la cellule de crise ; Marc Cohen, responsable du pôle Médical ; Johan Zittoun, co-directeur de la fondation OPEJ ; et Noémie Madar, présidente de l’UEJF.

#covid-19 : Les membres de la Cellule de crise de la communauté juive répondent à l'ECUJE et à vos questions.

פורסם על ידי ‏‎Espace Culturel et Universitaire Juif d'Europe‎‏ ב- יום ראשון, 12 באפריל 2020

Marc Cohen a expliqué « qu’aucun chiffre ne permet d’affirmer que la communauté juive de France est davantage atteinte que l’ensemble de la population ». Le médecin, également directeur du pôle Prévention Santé Autonomie de l’Œuvre de secours aux enfants (OSE), a ajouté que cette idée pourrait être née du fait que les membres de la communauté juive de France sont proches les uns des autres, et que chaque décès est ainsi davantage connu et rapporté. Il estime néanmoins que les communautés de l’est de la France et d’Île-de-France ont été particulièrement touchées – régions où l’épidémie a frappé le plus durement.

Richard Odier a lui indiqué que le combat de son institution, le FSJU, depuis début mars, était « de faire en sorte de sauver des vies » et d’œuvrer afin de promouvoir les mesures officielles de confinement et de prévention face à la pandémie. Il a également rappelé les aides – notamment financières – apportées aux membres de la communauté juive.

Patricia Sitruk de l’OSE a rappelé l’activité du réseau Beteavon, qui répond aux premiers besoins des personnes isolées et âgées, et qui permet de maintenir du lien social. Elle est également revenue sur les violences faites aux femmes durant la période de confinement.

Le rabbin Moshe Lewin a lui annoncé le report des cérémonies de Brit Mila en raison de la crise sanitaire. Il est également revenu sur les mesures nécessaires prises quant aux décès, et rapporté des délais plus longs pour les inhumations des corps. Il a néanmoins rassuré sur une quelconque « pénurie de cercueil », annonçant qu’un tel phénomène n’avait pas eu à être déploré en France, selon ses informations. Il a ajouté qu’il n’y avait aucune obligation d’incinération concernant les corps des personnes malades du coronavirus décédées – une pratique qui serait contraire au rite juif.

Robert Ejnes du CRIF est lui revenu sur la recrudescence des propos antisémites liés à l’épidémie sur les réseaux sociaux. Il a rappelé la nécessité de signaler tout message haineux aux plateformes sur lesquelles ils se trouvent. À ce sujet, Noémie Madar a également rappelé l’action de l’UEJF et de ses bénévoles face aux questions de racisme et d’antisémitisme.

En introduction de la conférence, Gad Ibgui avait expliqué que l’objet du direct était « d’informer et d’appréhender les mesures de confinement », ajoutant que la cellule de crise a au départ été créée afin de « s’unir face à l’urgence d’une situation quelle qu’elle soit et susceptible de troubler la quiétude de la communauté ».

Le responsable associatif a également rapporté les numéros de téléphone mis à disposition de la communauté en cette période de crise sanitaire.

Pour être tenu informé des prochaines conférences et évènements de l’ECUJE, il est possible de suivre la page Facebook de l’institution.

Jeudi 16 avril, à 22h, sera organisée « la plus grande Mimouna du monde » sur la plateforme Zoom. L’inscription est disponible à l’adresse suivante.

« Au programme, un événement animé par David Gordon, avec des lives d’artistes, des visites de personnalités publiques et surtout, un tour dans vos maisons pour faire la fête tous ensemble », promet l’institution.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...