La Chine pour une enquête sur les soupçons d’armes chimiques en Syrie
Rechercher

La Chine pour une enquête sur les soupçons d’armes chimiques en Syrie

"La Chine est en faveur d'une enquête exhaustive, objective et juste" a déclaré le porte-parole de la diplomatie chinoise sur les soupçons d'utilisation d'armes chimiques en Syrie

Le president de la Republique populaire de Chine, Xi Jinping, devant le congrès brésilien le 16 juillet 2014 (Crédit : Edilson Rodrigues/Agência Senado/ Creative Commons Attribution 2.0 Generic)
Le president de la Republique populaire de Chine, Xi Jinping, devant le congrès brésilien le 16 juillet 2014 (Crédit : Edilson Rodrigues/Agência Senado/ Creative Commons Attribution 2.0 Generic)

La Chine s’est prononcée lundi pour une enquête sur les soupçons d’utilisation d’armes chimiques en Syrie lors d’une attaque qui aurait coûté la vie samedi à des dizaines de personnes dans la ville rebelle de Douma.

Les présidents américain Donald Trump et français Emmanuel Macron ont menacé le régime syrien d’une « réponse forte » après cette attaque imputée au pouvoir de Bashar el-Assad. Le Conseil de sécurité de l’ONU, dont la Chine est membre permanent, devait en discuter lundi.

« Nous sommes résolument opposés au recours à des armes chimiques par quelque pays, quelque organisation, quelque personne et quelque motif que ce soit, et ce en toutes circonstances », a martelé devant la presse le porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang.

« La Chine est en faveur d’une enquête exhaustive, objective et juste à propos de l’affaire en question », a-t-il ajouté, réclamant que l’enquête permette de déférer les responsables devant la justice.

Le Conseil de sécurité de l’ONU et l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) doivent rester « les principaux canaux » pour suivre le dossier, a estimé le porte-parole chinois.

Interrogé sur les frappes aériennes qui ont visé lundi une base de l’armée de l’air en Syrie, M. Geng a simplement appelé toutes les parties à promouvoir « un règlement pacifique » en Syrie.

Paris et Washington ont démenti toute responsabilité dans ce raid, imputé par la Syrie à Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...