Rechercher

La coalition fête l’adoption des budgets 2021 et 2022

"Ce soir nous avons remis Israël sur les rails", a écrit Bennett ; Tamar Zandberg a mis en garde contre les divisions internes qui pourraient provoquer l'éclatement de la coalition

Le Premier ministre Naftali Bennett s'adresse aux journalistes à la Knesset le 4 novembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Naftali Bennett s'adresse aux journalistes à la Knesset le 4 novembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les membres de la coalition ont salué vendredi leur approbation des budgets pour 2021 et 2022, les premiers budgets nationaux à être approuvés en plus de trois ans après une crise politique prolongée.

« Ce soir, nous avons remis Israël sur les rails », a écrit le Premier ministre Naftali Bennett sur Twitter peu après l’adoption du budget 2022 aux premières heures du vendredi matin. Le budget 2021 a été adopté jeudi matin à l’aube, tous deux après des séances marathon de vote sur des centaines de clauses de chaque budget.

« Nous avons pris nos responsabilités. Nous avons tenu notre promesse », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, après l’approbation des budgets.

Ces votes rapprochent Lapid de son accession au poste de Premier ministre en août 2023, comme convenu dans l’accord de partage du pouvoir avec Bennett.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, dont le gouvernement, également caractérisé par un accord de partage de pouvoir avec l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, a été dissous l’année dernière en raison de son incapacité à adopter un budget, a revendiqué la victoire après le vote des budgets.

Le ministre de la Défense Benny Gantz (G) et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid à la Knesset, le 4 novembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« L’adoption du budget est une victoire pour le pays, mais aussi une victoire personnelle », a tweeté Gantz. « Ceux qui ont agi par intérêt personnel et ont causé de grands dommages au pays et à ses citoyens sont dans l’opposition, et ceux qui veillent sur les citoyens israéliens sont dans la coalition. »

Netanyahu, désormais chef de l’opposition, est largement soupçonné d’avoir bloqué le dernier budget dans le but de dissoudre la coalition avec Gantz et d’éviter de lui céder le poste de Premier ministre comme convenu. Cette lutte a conduit directement à l’effondrement du dernier gouvernement et aux dernières élections, à l’issue desquelles Netanyahu a été détrôné en juin.

Le leader de l’opposition Benjamin Netanyahu passe derrière le Premier ministre Naftali Bennett lors du vote du budget de l’État, le 4 novembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« La conspiration de l’opposition visant à entraîner Israël vers de cinquièmes élections a échoué », a déclaré le ministre de la Justice, Gideon Saar. « Nous nous sommes éloignés de l’abîme et avons remis Israël sur la voie de la stabilité et du travail pour les citoyens. »

La ministre de la Protection de l’environnement, Tamar Zandberg, a déclaré que la coalition pouvait désormais reprendre une « vie normale », tout en attirant l’attention sur les divisions internes qui pourraient provoquer son éclatement.

« Toute la question des relations avec les Palestiniens et des implantations est au cœur des divisions de la coalition », a déclaré Zandberg, membre du parti de gauche Meretz, à la radio publique Kan. « Nous nous attendons à ne pas être surpris et à ce qu’il n’y ait pas de construction qui mette en péril la solution à deux États. »

Du côté de l’opposition, l’adoption du budget a été dénoncée par le député Uri Maklev du parti Yahadout HaTorah. Les législateurs ultra-orthodoxes ont déclaré que certaines des hausses d’impôts prévues dans le budget affecteront leurs communautés.

« Ce budget est l’achat du pouvoir à un coût inégalé », a-t-il déclaré, estimant que le budget « impose des coupes économiques au public et nuit à l’identité juive du pays ».

« Ce gouvernement est voué à l’effondrement. Il n’a pas le droit d’exister », a ajouté Maklev.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...