La Cour permet à El Al de puiser dans le fonds de pension pour couvrir ses frais
Rechercher

La Cour permet à El Al de puiser dans le fonds de pension pour couvrir ses frais

Les employés en congé sans solde affirment que propriétaires et direction de l'entreprise les obligent à porter le fardeau après que le virus a décimé le secteur du voyage

Des employés d'El Al protestent contre l'intention de l'entreprise de retirer des fonds des caisses d'indemnisation des salariés, devant le tribunal régional de Bat Yam, le 30 avril 2020. (Flash90)
Des employés d'El Al protestent contre l'intention de l'entreprise de retirer des fonds des caisses d'indemnisation des salariés, devant le tribunal régional de Bat Yam, le 30 avril 2020. (Flash90)

Le tribunal du travail de la région de Bat Yam a donné son feu vert dimanche à la compagnie aérienne El Al pour prélever 105 millions de shekels (26,5 millions d’euros) de son fonds de pension et d’indemnisation des employés afin de l’aider à couvrir ses frais et éviter qu’elle ne s’effondre dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

Le tribunal a considéré que ce montant n’était pas destiné aux employés et qu’il pouvait donc être utilisé face à l’urgence actuelle dans laquelle se trouve l’entreprise.

El Al avait initialement demandé que 354 millions de shekels (88,5 millions d’euros) de son fonds de 413 millions de shekels (103 millions d’euros) soient libérés afin de pouvoir être utilisés.

Le montant final est le résultat d’un compromis entre El Al, le ministère des Finances et la Histadrout, le principal syndicat de travailleurs israéliens.

Des avions d’El Al à l’aéroport international Ben Gurion, le 12 avril 2020. (Flash90)

Cette décision intervient alors que les employés d’El Al, dont la plupart sont désormais en congé sans solde après que la compagnie a cessé presque tous ses vols à partir du mois de mars, ont protesté contre le fait que les propriétaires et la direction de l’entreprise forçaient les salariés à porter le fardeau de la crise.

« Les employés d’El Al ne sont pas des victimes du coronavirus, ce sont les travailleurs les plus loyaux de la nation, de la société et de leur employeur », a déclaré dimanche la responsable du syndicat d’El Al, Sharon Ben Yitzhak. « Alors qu’on nous demande de donner notre argent, les propriétaires et la direction refusent de faire preuve d’efficacité, et viennent ici au tribunal pour prendre notre argent. »

Dimanche, une centaine d’employés ont manifesté devant le tribunal en portant des t-shirts noirs sur lesquels on pouvait lire « Sauvez-nous ! »

Des pancartes lors de la manifestation avertissaient : « Nous allons mourir de faim avant de mourir du coronavirus. »

Un agent de sécurité porte un masque de protection par crainte du coronavirus à l’aéroport international de Ben Gurion, le 11 mars 2020. (Flash90)

Le nombre de voyages aériens internationaux s’est effondré dans le monde entier à la suite de la pandémie de coronavirus. Un rapport publié fin avril par l’Association internationale du transport aérien a annoncé une réduction de 80 % et prédit des pertes de plus de 300 milliards de dollars pour le secteur aérien en raison de la crise sanitaire.

En Israël, on ne compte qu’une poignée de vols hebdomadaires, dont une liaison quotidienne vers Newark, New Jersey, assurée par United Airlines. United est sur le point de réintroduire les vols Tel Aviv-San Francisco, a rapporté Globes ce week-end.

Depuis le 12 avril, toutes les personnes arrivant en Israël en provenance de l’étranger doivent être logées dans des hôtels de quarantaine gérés par l’État à leur arrivée dans le pays, et ce pendant 14 jours.

El Al devrait reprendre ses vols à la mi-mai, a récemment déclaré la compagnie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...