Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

La France réaffirme son mandat de protection des chrétiens à Jérusalem

Le consul général de France à Jérusalem a souligné l'engagement français à protéger les communautés chrétiennes latines d'origine française dans la région

Nicolas Kassianides (au centre), consul général de France à Jérusalem, à l'église du Saint-Sépulcre, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 11 janvier 2024. (Crédit : Menahem Kahana / AFP)
Nicolas Kassianides (au centre), consul général de France à Jérusalem, à l'église du Saint-Sépulcre, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 11 janvier 2024. (Crédit : Menahem Kahana / AFP)

Le consul général de France à Jérusalem a fait son entrée solennelle à la basilique du Saint-Sépulcre jeudi, en vertu d’une tradition séculaire, et souligné l’engagement français à protéger les communautés chrétiennes latines d’origine française en Israël et dans les Territoires palestiniens. Depuis les Capitulations de 1535, signées entre François Ier et le souverain ottoman Soliman le magnifique, la France est la protectrice de ces communautés.

« Cette responsabilité est particulièrement sollicitée alors que des chrétiens subissent des attaques et des menaces au quotidien », a commenté Nicolas Kassianides, arrivé en fonction en septembre, dans un discours dans la basilique Sainte-Anne, dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Devant des représentants des communautés religieuses et diplomatiques, il avait auparavant été accueilli par les trois communautés gardiennes du Saint-Sépulcre (grecque-orthodoxe, arménienne apostolique, et custodie franciscaine), considéré par les chrétiens comme le lieu du tombeau de Jésus.

« Nous formulons tous nos voeux (…) pour que Dieu soit votre force », a déclaré le recteur de la basilique Sainte-Anne, Laurent Balas.

Cette église fait partie de l’une des quatre domaines nationaux de Jérusalem – des territoires français – et abrite l’une des dizaines de congrégations religieuses d’origine françaises protégées par le Quai d’Orsay.

Le consul a insisté sur le caractère « concret » qu’il souhaitait donner à la protection française, évoquant « un soutien matériel, juridique, sécuritaire ».

Le patriarche latin de Jérusalem, Pierbattista Pizzaballa, arrive à la procession qui a lieu à l’église de la Nativité la veille de Noël, à Bethléem, en Cisjordanie, le 24 décembre 2023. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Le 21 septembre, le patriarche latin de Jérusalem Pierbattista Pizzaballa, s’était ému d’une hausse des attaques contre les chrétiens dans la Vieille Ville.

« À chaque fois qu’il y a des risques, des menaces, des attaques, notamment à Jérusalem, c’est une France qui immédiatement réagit », a commenté M. Kassianides. Il a adressé « une pensée spéciale à tous les civils réfugiés dans la paroisse latine de Gaza, pris au milieu de l’enfer dans la guerre ».

À l’avant-veille de Noël, Emmanuel Macron avait aussi exprimé « sa vive préoccupation » face à « la situation dramatique » de cette paroisse, où deux paroissiennes ont été tuées le 16 décembre. Le pape François avait déploré la mort de ces femmes, et l’armée israélienne a affirmé après avoir enquêté sur ces tirs, ne pas en être à l’origine.

Selon divers décomptes d’autorités religieuses locales, il y aurait environ 1,5 million de chrétiens répartis entre Israël et l’ensemble des Territoires palestiniens.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.