Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

La grève du SAG met sa présidente juive, Fran Drescher, sous les feux de la rampe

L'actrice juive s'inscrit dans la tradition des femmes juives qui militent pour le droit du travail - et ses rôles à la télé et au cinéma montrent qu'elle les admire depuis longtemps

  • Fran Drescher, présidente du SAG-AFTRA, interviewée lors d'un rassemblement de la Writers Guild of America devant le studio Paramount Pictures, à Los Angeles, le 8 mai 2023,. (Crédit : AP Photo/Chris Pizzello)
    Fran Drescher, présidente du SAG-AFTRA, interviewée lors d'un rassemblement de la Writers Guild of America devant le studio Paramount Pictures, à Los Angeles, le 8 mai 2023,. (Crédit : AP Photo/Chris Pizzello)
  • La présidente du SAG-AFTRA, Fran Drescher, à gauche, et le directeur exécutif national et négociateur en chef du SAG-AFTRA, Duncan Crabtree-Ireland, s'exprimant lors d'une conférence de presse annonçant une grève de la Screen Actors Guild-American Federation of Television and Radio Artists, à Los Angeles, le 13 juillet 2023. C'est la première fois depuis 1960 que des acteurs et des scénaristes bloquent en même temps des productions cinématographiques et télévisuelles. (Crédit : AP Photo/Chris Pizzello)
    La présidente du SAG-AFTRA, Fran Drescher, à gauche, et le directeur exécutif national et négociateur en chef du SAG-AFTRA, Duncan Crabtree-Ireland, s'exprimant lors d'une conférence de presse annonçant une grève de la Screen Actors Guild-American Federation of Television and Radio Artists, à Los Angeles, le 13 juillet 2023. C'est la première fois depuis 1960 que des acteurs et des scénaristes bloquent en même temps des productions cinématographiques et télévisuelles. (Crédit : AP Photo/Chris Pizzello)
  • Fran Drescher, à gauche, présidente du SAG-AFTRA, et Meredith Stiehm, présidente de Writers Guild of America West, posant ensemble lors d'un rassemblement de scénaristes en grève devant le studio Paramount Pictures, à Los Angeles, le 8 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Chris Pizzello)
    Fran Drescher, à gauche, présidente du SAG-AFTRA, et Meredith Stiehm, présidente de Writers Guild of America West, posant ensemble lors d'un rassemblement de scénaristes en grève devant le studio Paramount Pictures, à Los Angeles, le 8 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Chris Pizzello)
  • Fran Drescher, au centre, présidente du SAG-AFTRA, rejoignant les participants au rassemblement de la Writers Guild of America devant le studio Paramount Pictures, à Los Angeles, le 8 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Chris Pizzello)
    Fran Drescher, au centre, présidente du SAG-AFTRA, rejoignant les participants au rassemblement de la Writers Guild of America devant le studio Paramount Pictures, à Los Angeles, le 8 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Chris Pizzello)

(JTA) – Dans la deuxième saison de « Une nounou d’enfer », la sitcom que Fran Drescher a écrite et dans laquelle elle joue le personnage de Fran Fine, refuse d’entrer dans un hôtel où les serveurs sont en grève.

« Je suis désolée, mais les Fine ne franchissent pas les piquets de grève », dit-elle à M. Sheffield son binôme de scène, le père de la famille pour laquelle elle travaille. « C’est contraire à notre religion. »

Cette réplique est l’un des nombreux moments où Drescher a servi son mélange caractéristique d’effronterie, de judéité et de politique libérale tout au long de sa série du début des années 1990 et au-delà.

Aujourd’hui, trente ans plus tard, Drescher est l’une des plus éminentes défenseures du syndicalisme, et ce n’est pas une blague. Le syndicat qu’elle dirige depuis 2021, le Screen Actors Guild (SAG), a lancé la semaine dernière une grève pour protester contre le traitement que leur réservent les studios à l’ère du streaming numérique. En se joignant au syndicat représentant les scénaristes, qui est également en grève, le SAG a effectivement provoqué l’arrêt d’Hollywood – et Drescher est à la tête de ce mouvement.

« Ce que nous avons finalement reçu d’eux est ce que ma mère appellerait ‘un leck et un schmeck‘ », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse la semaine dernière, utilisant l’expression yiddish « une léchouille et un reniflage » – qui signifie une quantité si faible qu’on peut à peine la sentir ou la goûter – pour faire référence à l’offre de l’Alliance de la production cinématographique et télévisuelle (AMPTP).

En menant le syndicat de 160 000 membres à travers la grève, Drescher rejoint une longue liste de femmes juives militant pour le droit du travail. En 1909, Clara Lemlich, une ouvrière juive de la confection âgée de 23 ans, avait prononcé un discours passionné – également en yiddish – qui avait déclenché une grève générale de 20 000 personnes, composée essentiellement de femmes, remodelant son secteur d’activité et renforçant le pouvoir des syndicats.

La « Grande Révolte », qui fait référence à une grève distincte de 50 000 personnes, majoritairement des hommes, qui a suivi, est considérée comme un moment décisif dans l’histoire du travail. « C’est vraiment l’élément essentiel : les femmes ont lancé la Grande Révolte », a déclaré Pamela Nadell, directrice du programme d’études juives à l’American University et auteure de America’s Jewish Women : A History from Colonial Times to Today (« Les femmes juives d’Amérique : Une histoire de l’époque coloniale à nos jours »).

Rose Schneiderman, assise à l’extrême gauche, avec des dirigeants syndicaux à Washington, le 25 octobre 1934. (Crédit : AP Photo)

Lemlich n’était pas la seule. À peu près à la même époque, Rose Schneiderman, vice-présidente de la section new-yorkaise de la Women’s Trade Union League à partir de 1908, a joué un rôle déterminant dans l’adoption par l’État d’une législation sur la sécurité incendie à la suite de l’incendie de la Triangle Shirtwaist Factory en 1911. Bessie Abramowitz est devenue l’une des fondatrices de l’Amalgamated Clothing Workers Union, lançant une grande grève contre le magasin de prêt-à-porter pour hommes Hart Schaffner and Marx.

Plus récemment, l’American Federation of Teachers, le deuxième syndicat d’enseignants des États-Unis et l’un des dix plus grands syndicats au monde, a été dirigé à deux reprises par des femmes juives, dont son actuelle présidente, Randi Weingarten.

« Ce que l’on constate, c’est que les femmes juives sur le marché du travail, lorsqu’elles ont été confrontées à l’injustice, l’ont défendue », a déclaré Nadell. « L’histoire de l’activisme des femmes juives en faveur de la justice sociale se transmet de génération en génération. »

La salle de travail carbonisée de la Triangle Shirtwaist Company dans l’immeuble Asch, à New York, après l’incendie qui a ravagé le bâtiment, en 1911. (Crédit : AP Photo)

Drescher est née et a grandi dans le Queens, à New York, de Sylvia, consultante en mariage, et de Morty Drescher, analyste de systèmes navals. (Elle avait déclaré à un intervieweur que son père lui avait appris à « affiner ce qui existe, et non à accepter ce qui est »).

L’identité juive de Drescher est depuis longtemps au cœur de ses personnages à l’écran. Tout au long de la série, Fran Fine enseigne à la famille Sheffield des termes yiddish et les rudiments des fêtes juives. La série a été critiquée pour avoir perpétué les stéréotypes de femmes juives pleurnichardes, obsédées par l’idée d’épouser un médecin et toujours à la recherche d’une « bonne occasion », mais elle a aussi des fans juifs fidèles, notamment la scénariste et actrice Ilana Glazer, qui a choisi Drescher pour incarner sa tante dans « Broad City ».

Dans la comédie romantique de 1997 « L’esthéticienne et la bête », le personnage de Drescher, Joy Miller, esthéticienne à New York, se retrouve dans un pays fictif d’Europe de l’Est dirigé par un dictateur nommé Boris Pochenko. Dans l’une des scènes, elle visite une usine avec le dictateur et discute avec un ouvrier qui se dit consterné de devoir rester tard au travail et de manquer le dîner. Elle tente de l’apaiser en lui rappelant qu’il peut toujours faire des heures supplémentaires.

Lorsqu’il lui répond qu’il n’est pas familier avec ce concept, elle prend un air rêveur. On la voit ensuite s’adresser avec fougue aux travailleurs.

Lorsque Pochenko et Miller se retrouvent à l’extérieur, il lui reproche d’avoir agi à contretemps.

« Vous savez, peut-être ai-je prononcé le mot ‘grève’. Je dis beaucoup de choses ! Qui écoute ? », répond-elle.

Fran Drescher, au centre, présidente du SAG-AFTRA, rejoignant les participants au rassemblement de la Writers Guild of America devant le studio Paramount Pictures, à Los Angeles, le 8 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Chris Pizzello)

Drescher a été critiquée pour sa position contre la vaccination obligatoire dans l’industrie du cinéma et de la télévision lorsqu’elle était présidente du SAG-AFTRA, bien qu’elle affirme avoir reçu toutes les doses du vaccin COVID-19.

Quelques jours avant l’expiration du contrat avec l’AMPTP, Drescher a fait l’objet de nouvelles critiques lorsque la star de la télé-réalité et femme d’affaires Kim Kardashian – dont la valeur nette s’élève à environ 1,2 milliard de dollars, selon Forbes – a partagé une photo d’elles deux dans les Pouilles, en Italie, au beau milieu des négociations avec le SAG. Kardashian compte plus de 362 millions d’abonnés sur Instagram.

Drescher a précisé par la suite qu’elle se trouvait en Italie pour un événement professionnel lié à son poste d’ambassadrice de la marque Dolce and Gabbana – affirmant qu’elle n’avait pas rencontré Kardashian avant que la photo ne soit prise – et que le comité de négociation était au courant de sa présence.

Ce n’est pas la première fois qu’elle s’oppose aux studios. En 2020, lors d’un podcast pour un magazine de Los Angeles, elle avait déclaré qu’une chaîne l’avait d’abord pressée de rendre le personnage de « Miss Fine » italienne au lieu de juive. Dans un premier temps, elle avait envisagé de faire ce changement pour faciliter sa percée, mais elle avait finalement décidé de ne pas le faire.

Fran Drescher, à gauche, présidente du SAG-AFTRA, et Meredith Stiehm, présidente de Writers Guild of America West, posant ensemble lors d’un rassemblement de scénaristes en grève devant le studio Paramount Pictures, à Los Angeles, le 8 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Chris Pizzello)

« Je n’aime pas vivre avec des regrets, et je ne veux pas me précipiter pour faire quelque chose afin d’obtenir un travail, puis lorsque cela ne va pas ou que cela échoue, je m’en veux parce que je me dis ‘Pourquoi n’avons-nous pas suivi notre instinct ? Pourquoi ne les avons-nous pas écoutés ?' », a-t-elle déclaré dans le podcast.

« Je me suis dit que je ne pouvais pas vivre avec ce regret. Je sais que ce personnage doit être écrit à mon image et à celle de tous les personnages riches et merveilleux avec lesquels j’ai grandi. »

« Peter et moi avons un style de comédie riche en spécificités, et non seulement nous n’aurions pas pu l’écrire de cette manière – si le personnage était italien – mais je n’aurais pas pu l’interpréter de cette manière. Nous avons donc rassemblé nos forces et dit : « Non, Fran Fine doit être juive », a-t-elle expliqué, en faisant référence à son co-scénariste et mari de l’époque, Peter Marc Jacobson.

Aujourd’hui, Drescher espère que cette même audace se traduira par un meilleur accord pour les acteurs qui affirment ne pas être rémunérés équitablement pour leur travail diffusé en ligne. Selon le site internet du SAG-AFTRA, les négociations portent principalement sur « l’équité économique, les droits résiduels, la réglementation de l’utilisation de l’intelligence artificielle et l’allègement des charges liées au passage à l’auto-enregistrement dans l’ensemble de l’industrie ». La proposition de l’AMPTP relative à l’IA a particulièrement inquiété les membres du SAG.

« Ils proposent que nos artistes de fond puissent être scannés, qu’ils soient payés pour une journée de travail et que leur société soit propriétaire du scan de leur image, de leur ressemblance, et qu’elle puisse l’utiliser pour le reste de l’éternité », a déclaré le négociateur en chef du SAG-AFTRA, Duncan Crabtree-Ireland. « Si vous pensez qu’il s’agit d’une proposition révolutionnaire, je vous suggère d’y réfléchir à deux fois. »

La présidente du SAG-AFTRA, Fran Drescher, à gauche, et le directeur exécutif national et négociateur en chef du SAG-AFTRA, Duncan Crabtree-Ireland, s’exprimant lors d’une conférence de presse annonçant une grève de la Screen Actors Guild-American Federation of Television and Radio Artists, à Los Angeles, le 13 juillet 2023. C’est la première fois depuis 1960 que des acteurs et des scénaristes bloquent en même temps des productions cinématographiques et télévisuelles. (Crédit : AP Photo/Chris Pizzello)

En juin, près de 98 % des membres du SAG ont voté en faveur d’une grève, qui a débuté vendredi. Non seulement les membres du syndicat n’ont pas le droit de tourner, mais il leur est également interdit de promouvoir des films et des émissions de télévision déjà tournés, notamment par le biais de messages sur les réseaux sociaux, de participer à des interviews dans la presse écrite et à la radio, et de faire des apparitions dans des talk-shows de fin de soirée pour parler de leur travail. La grève des acteurs fait suite à celle du syndicat des écrivains Writers Guild (WGA), qui a débuté au mois de mai. Les studios et l’AMPTP estiment que cette grève se poursuivra jusqu’en octobre.

« L’objectif final est de laisser les choses s’éterniser jusqu’à ce que les syndiqués commencent à perdre leurs appartements et leurs maisons », a déclaré la semaine dernière un cadre du studio à Deadline à propos de la grève des scénaristes.

Drescher est elle-même membre du WGA et, en mai, elle a exprimé sa solidarité avec les deux syndicats.

« Nous avons sérieusement prolongé la grève, en espérant qu’ils feraient des percées plus profondes, qu’ils nous donneraient un peu de matière pour que nous puissions vraiment avoir une conversation sérieuse », a déclaré Drescher à l’AP concernant la grève des acteurs.

« Ils se sont enfermés derrière des portes closes, ils n’ont cessé d’annuler nos réunions et nous nous sommes dit qu’ils étaient peut-être en train de se battre là-dedans », a-t-elle ajouté.

« Peut-être qu’ils vont revenir avec quelque chose qui nous permettrait d’avoir une discussion sérieuse. Mais nous avons obtenu bupkis », a-t-elle déclaré, en utilisant le mot yiddish pour « zéro ».

« Je pense que nous avons été dupés. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.