Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

La guerre à Gaza a brisé « tout sentiment d’humanité partagée », affirme le CICR

La présidente du Comité international de la Croix-Rouge réclame la cessation des hostilités, la libération des otages et l'accès aux détenus palestiniens

Un véhicule de la Croix-Rouge traversant le point de passage de Rafah avec l'Égypte, lors de la libération d'otages, le 29 novembre 2023. (Crédit : AFP)
Un véhicule de la Croix-Rouge traversant le point de passage de Rafah avec l'Égypte, lors de la libération d'otages, le 29 novembre 2023. (Crédit : AFP)

La guerre à Gaza a brisé « tout sentiment d’humanité partagée », a déploré samedi la présidente du Comité international de la Croix-Rouge, réclamant la cessation des hostilités, la libération des otages et l’accès aux détenus palestiniens.

Après cinq mois de guerre entre Israël et le Hamas, « la situation dans la bande de Gaza se dégrade d’heure en heure. Il n’y a aucun endroit sûr où se rendre. Le nombre de morts parmi les civils et la détention des otages sont choquants et inacceptables », a déclaré la présidente du CICR, Mirjana Spoljaric, dans un communiqué. « Cette guerre brutale a brisé tout sentiment d’humanité partagée », a-t-elle ajouté.

Face à ces « profondes souffrances », le CICR lance trois appels urgents. L’organisation basée à Genève demande « une cessation des hostilités » pour faciliter le travail des humanitaires. Le CICR réitère par ailleurs sa demande d’être autorisé à rendre visite aux otages pris lors de l’attaque sans précédent du groupe terroriste palestinien sur le sol israélien le 7 octobre, ainsi que leur libération « sans condition ». Mme Spoljaric appelle aussi au respect de leur dignité, de leur sécurité et de leurs besoins médicaux. Enfin, indique-t-elle, « les détenus palestiniens doivent être traités avec humanité et autorisés à communiquer avec leur famille. Le CICR doit être informé [de leur détention] et autorisé à rendre visite aux Palestiniens détenus par Israël ».

La présidente du CICR rappelle « qu’en tant que puissance occupante, Israël doit répondre aux besoins fondamentaux de la population ou faciliter l’acheminement sûr et sans entrave de l’aide humanitaire ».

« Un flux régulier et solide d’aide humanitaire pour répondre aux besoins n’est qu’une partie de la solution » à Gaza, souligne toutefois la présidente du CICR qui appelle les parties à « mener leurs opérations militaires de manière à épargner les civils qui sont pris au milieu de tout ça » et respecter le droit international humanitaire. « C’est la ligne de démarcation entre l’humanité et la barbarie », a-t-elle insisté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.