La note d’Israël n’est aucunement menacée de dégradation dans « l’immédiat » : S&P
Rechercher
Exclusif

La note d’Israël n’est aucunement menacée de dégradation dans « l’immédiat » : S&P

Même si le pays lutte contre le virus, travaille sans budget d'État et pourrait retourner aux urnes, un responsable affirme que l'économie est solide et les institutions crédibles

Des manifestations contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu aux abords de sa résidence officielle à Jérusalem, le 25 juillet 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des manifestations contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu aux abords de sa résidence officielle à Jérusalem, le 25 juillet 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La cote de crédit d’Israël n’est pas menacée de dégradation dans l’immédiat, même si le pays lutte pour contenir le coronavirus, travaille sans budget et est confronté à la perspective d’un quatrième scrutin en deux ans.

C’est le message qui ressort d’une interview exclusive du Times of Israel avec l’analyste de crédit de Standard & Poor’s chargé de fixer la notation souveraine d’Israël.

Les fondamentaux économiques et macroéconomiques d’Israël sont « solides » et ses institutions, dont la Banque d’Israël, sont « crédibles », a déclaré Karen Vartapetov, directeur de la notation globale de S&P basé à Francfort et analyste du crédit souverain pour la société de notation. Vartapetov, docteur en philosophie diplômé de l’université d’Oxford, est un ancien employé du ministère russe des Finances.

« Nous avons vraiment besoin de constater une faiblesse persistante et prolongée des performances économiques et budgétaires avant de commencer à modifier la note », a déclaré M. Vartapetov dans l’interview.

La performance budgétaire d’Israël cette année est « probablement très, très faible », a-t-il déclaré, avec des déficits à deux chiffres de plus de 14 % du PIB, contre 3,7 % en 2019.

Mais ce n’est « pas unique » à Israël, a-t-il souligné, et d’autres nations souffriront d’un malaise similaire.

Karen Vartapetov, directeur des notations mondiales de S&P et analyste du crédit souverain. (Autorisation)

« Aux États-Unis, nous nous attendons à ce que les déficits budgétaires se creusent jusqu’à 17 % du PIB, au Japon et en Italie jusqu’à 14 %-15 % du PIB et ainsi de suite, ce n’est donc pas inhabituel », a-t-il déclaré.

L’“arrêt soudain exceptionnel” de l’activité économique mondiale aura un impact sur les notations de crédit souverain des économies de marché principalement émergentes, ces pays moins avancés qui ont des politiques fiscales et monétaires moins crédibles, a déclaré M. Vartapetov.

« Ils ont déjà subi le coup », a-t-il dit. « Regardez l’Amérique latine, l’Afrique, les pays asiatiques – nous avons en fait pris un grand nombre de mesures de notation négative juste parce que la crise actuelle a révélé des faiblesses » qui existaient avant la COVID-19.

Mais pour les pays avancés, a ajouté M. Vartapetov, y compris Israël, qui ont « des institutions relativement efficaces, des revenus relativement élevés et des politiques économiques crédibles », il n’y a pas eu de déclassement.

« Regardez les États-Unis, le Japon, la zone euro, aucune des notes n’a bougé. Nous avons changé certaines perspectives, mais pas les notations elles-mêmes », a-t-il déclaré. « Et cela parce que nous pensons que ces pays ont une flexibilité exceptionnellement élevée, principalement en termes de politiques monétaires, pour soutenir leurs économies avec des mesures de relance extraordinaires. Cette flexibilité permet aux gouvernements de gagner du temps, qu’ils peuvent utiliser pour se concentrer sur les réformes favorisant la croissance et l’assainissement budgétaire après la COVID-19 ».

« Ce que nous pensons, c’est qu’au fond, étant donné les fondamentaux relativement solides du marché de nombreux pays avancés, et en particulier ceux qui émettent des monnaies de réserve mondiales, comme l’euro ou le dollar, le yen et ainsi de suite, ils ont la possibilité d’utiliser des politiques monétaires pour freiner les efforts budgétaires de leurs gouvernements respectifs », a déclaré M. Vartapetov.

« Cela signifie que les banques centrales peuvent en fait acheter de la dette publique pour contrôler les coûts d’emprunt, et c’est ce qui se passe dans le monde entier, et en Israël. Et cela empêche une détérioration significative du profil de la dette du gouvernement – ce qui signifie que les taux d’intérêt, ou le coût de la nouvelle dette, restent très bas. Et même si la dette publique augmentera considérablement en 2020, si la croissance économique se redresse plus tard dans l’année et si les autres fondamentaux du crédit restent solides, les répercussions négatives sur la solvabilité des États pourraient être évitées.

« La combinaison de la reprise économique, rendue possible en partie par la relance politique actuelle, et de l’assainissement budgétaire devrait permettre de remettre la dette publique sur la voie de la diminution », a-t-il déclaré.

Et c’est pourquoi, pour la plupart des pays avancés, S&P peut « regarder à travers cette faiblesse temporaire des performances budgétaires » et se concentrer sur les tendances à moyen terme, a déclaré M. Vartapetov. C’est la même approche que S&P adopte pour Israël, a-t-il ajouté.

Des Israéliens protestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 8 août 2020. ( Yonatan Sindel/Flash90)

La pandémie de coronavirus a fait grimper le chômage en Israël à des niveaux records cette année, et devrait déclencher la plus forte contraction de l’économie jamais enregistrée.

L’économie israélienne devrait se contracter en 2020 de 6,2 à 8,3 % par rapport à l’année dernière, selon un rapport de l’OCDE publié en juin. Le chômage, qui était inférieur à 4 % avant le début de la crise, pourrait, dans le pire des cas, atteindre 15 % à la fin de cette année, selon une prévision du ministère des Finances pour 2020-2023, basée sur des données qui incluent les travailleurs en congé sans solde.

Israël comptait 88 554 cas confirmés de COVID-19 et 639 décès dus à la maladie à la date de jeudi matin. Avec une deuxième vague de la pandémie qui entrave la reprise économique, les chiffres du chômage qui ont atteint plus d’un million en avril, étaient d’environ 22 % le 12 août, selon l’Agence nationale pour l’emploi.

Le ratio de la dette israélienne au PIB, qui était de 60 % à la fin de 2019, devrait passer à 76 % cette année et à 78 % en 2021, selon la banque centrale. Un faible ratio dette/PIB indique une économie qui produit et vend des biens et des services suffisants pour rembourser les dettes.

Pour contrer la crise, le gouvernement israélien a mis en place un plan de sauvetage qui a atteint 135 milliards de NIS (33,75 milliards d’euros), selon les données budgétaires de janvier-juillet publiées par le ministère des Finances en août, à partir d’un plan initial de 80 milliards de NIS (20 milliards d’euros) annoncé en mars.

Mais les entreprises et les économistes ont dénoncé ce qu’ils considèrent comme un manque de leadership économique, alors qu’Israël fait face aux retombées de la pandémie de coronavirus.

Le soutien économique que le pays a apporté au moment de la crise était trop faible et trop tardif, ont-ils déclaré.

Aujourd’hui, alors que la seconde vague du virus frappe la nation, entraînant avec elle la menace de nouveaux confinements, et que les rues grouillent de colère et de mécontentement face à la gestion de la crise par le gouvernement, Netanyahu, dans ce qui semble être une réaction de panique, distribue simplement de l’argent dans une tentative encore infructueuse d’apaiser les masses : En juillet, le gouvernement a approuvé un programme de subventions controversé d’un montant total de 6,7 milliards de NIS (1,675 milliard d’euros) qui est distribué aux citoyens, en fonction du nombre d’enfants dans une famille.

Pas seulement un gâchis économique, un gâchis politique aussi

Pendant ce temps, les leaders politiques du pays et les partenaires de la coalition, Netanyahu du parti Likud et Benny Gantz, le dirigeant du parti Kakhol lavan, sont impliqués dans des luttes intestines qui font planer le spectre d’une quatrième élection. Netanyahu et Gantz ont convenu de créer un gouvernement d’unité d’urgence dans un contexte de pandémie, après que trois cycles électoraux consécutifs – en avril 2019, septembre 2019 et mars 2020 – n’eurent pas permis de dégager un vainqueur indiscutable.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Défense Benny Gantz lors du conseil de cabinet hebdomadaire à Jérusalem, le 7 juin 2020. (Menahem Kahana/AFP)

La Knesset a adopté, en lecture préliminaire mercredi, un projet de loi visant à accorder au gouvernement plus de temps pour adopter le budget national. Le projet de loi proposé donne au gouvernement 100 jours supplémentaires pour approuver le budget au-delà de l’échéance actuelle du 25 août. Si le budget n’est pas approuvé avant la date limite, le gouvernement tombera automatiquement et des élections seront convoquées.

Le projet de loi nécessite encore trois lectures pour être adopté.

Tous ces bouleversements augmentent les risques de voir les sociétés de notation internationales dégrader la note d’Israël, ont averti les entreprises, les économistes et les fonctionnaires du ministère des Finances.

Pourquoi les notations sont-elles importantes ?

Une notation de crédit souverain est la note donnée aux nations par les sociétés de notation – comme S&P, Moody’s Investors Service et Fitch Ratings – et indique le niveau de risque pour les investisseurs qui achètent des obligations émises par ces gouvernements, et la possibilité qu’ils ne puissent pas effectuer de paiements futurs. Plus le risque est élevé, plus les intérêts que les nations doivent payer sont importants, lorsqu’elles cherchent à obtenir des fonds des investisseurs par l’émission d’obligations d’État.

Une faible notation rend plus difficile et plus coûteux pour un pays de lever des fonds sur les marchés internationaux pour financer ses dépenses. S&P est considérée comme la plus grande de ces trois grandes agences de notation.

La note de crédit de S&P pour Israël est de AA- avec une perspective stable. La note de crédit de Moody’s Investors Service pour Israël est de A1 avec une perspective positive, tandis que la note de crédit de Fitch Ratings pour Israël est de A+ avec une perspective stable. Ce sont toutes des notations de qualité investissement, ce qui signifie que la probabilité qu’Israël manque à ses obligations de paiement envers les investisseurs est très faible.

S&P a relevé la note d’Israël à AA-, avec une perspective stable en août 2018, la plus haute note jamais attribuée à Israël, et la quatrième plus haute note de S&P. Le 15 mai de cette année, S&P a réaffirmé sa notation et ses perspectives, alors que le pays était déjà en pleine pandémie de coronavirus.

Cedric Berry, directeur associé des notations souveraines chez Fitch Ratings, a déclaré à Reuters plus tôt ce mois-ci qu’un retard budgétaire « augmenterait les inquiétudes sur la capacité d’Israël à mettre en œuvre une politique fiscale prudente et éroderait (son) bilan en matière de réduction de la dette ». Cela pourrait mettre la pression sur les notations d’Israël, a-t-il dit.

Israël obtient un score « très, très élevé »

Le message de Vartapetov, de S&P, est bien plus rassurant.

« Même si les résultats budgétaires de cette année et de l’année prochaine seront plus faibles que prévu, cela ne va pas automatiquement et immédiatement conduire à une action de notation négative », a déclaré M. Vartapetov dans l’interview. Une notation plus faible « impliquerait que cette faiblesse est plus persistante ».

Les critères de notation souveraine ne se concentrent pas uniquement sur les indicateurs budgétaires et de la dette publique, a-t-il déclaré.

« Il y a beaucoup d’autres facteurs de crédit que nous reflétons dans nos notations et les indicateurs fiscaux ne comptent que pour moins de 20 % de la note finale », a déclaré M. Vartapetov.

Ces autres « facteurs encore plus importants » sont le PIB par habitant ; le profil extérieur, c’est-à-dire la solidité de la balance des paiements du pays et de son bilan extérieur ; et aussi la crédibilité des politiques monétaires d’Israël.

« Ces trois facteurs pris ensemble, comptent pour environ la moitié de la note », a-t-il déclaré. « Et sur tous ces facteurs, Israël obtient une note très, très élevée. »

Le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, assiste à une conférence de presse, le 31 mars 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Israël a un « profil extérieur exceptionnellement fort, ce qui signifie que les actifs extérieurs dépassent largement les passifs extérieurs de l’économie israélienne. De plus, le niveau de revenu – le PIB par habitant est très élevé – et la crédibilité et l’efficacité des politiques de la Banque d’Israël sont également très élevées », a déclaré M. Vartapetov.

Le PIB par habitant d’Israël était de 43 700 dollars en 2019 ; le pays a enregistré un excédent des comptes courants au cours des 17 dernières années, ce qui lui a donné une position extérieure nette d’environ 40 % du PIB, l’un des niveaux les plus élevés parmi les pays non exportateurs de matières premières, a déclaré S&P dans son rapport de mai 2020 lorsqu’il a réitéré la note AA- d’Israël et ses perspectives stables.

Une certaine pression peut-être, mais « les fondamentaux restent solides »

« La perspective actuelle de S&P sur les notations est stable, ce qui signifie que nous n’attendons pas d’actions négatives ou positives immédiates sur les notations au cours des deux prochaines années, cette perspective stable parle d’elle-même », a déclaré M. Vartapetov.

Cela pourrait changer « si les événements s’écartent réellement de notre scénario de base de manière substantielle, et le scénario de base est maintenant que l’économie va se redresser l’année prochaine, que les déficits budgétaires vont se réduire et qu’il y aura un gouvernement en place – donc notre attente de base est que ce gouvernement survive dans les 12 prochains mois.

« Mais s’il y a une nouvelle série de turbulences politiques et qu’il n’y a pas de visibilité sur ce qui se passe avec la trajectoire budgétaire – et si la pandémie dure plus longtemps, ce qui signifie que la performance économique sera beaucoup plus faible que nous le prévoyons, alors bien sûr il pourrait y avoir une pression qui s’accumule sur les notes », a-t-il ajouté. « Mais là encore, pour le moment, les fondamentaux du crédit d’Israël restent solides ».

Israël a également « un historique » de fonctionnement sans gouvernement dans le passé, en particulier au cours de la dernière année et demie, et « les fondamentaux macroéconomiques sont restés solides », a déclaré M. Vartapetov.

Des manifestants contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant sa résidence officielle à Jérusalem, le 8 août 2020. (Yonatan Sindel / Flash90)

Ce que S&P attend avec impatience, c’est le budget d’Israël pour 2021, « pour obtenir une certaine visibilité concernant les plans budgétaires à moyen terme du gouvernement », a-t-il déclaré. « Nous aimerions voir comment le gouvernement envisage la trajectoire budgétaire à moyen terme, c’est-à-dire quel type de mesures de recettes et de dépenses le gouvernement prendra pour remettre le ratio de la dette publique au PIB sur la voie de la diminution ».

Concernant le débat en Israël sur la question de savoir si un budget d’un an vaut mieux qu’un budget de deux ans – un point clé de discorde entre Netanyahu et Gantz – M. Vartapetov a déclaré que le rôle d’une agence de notation n’est pas de conseiller sur les politiques, mais d’évaluer le risque du crédit.

S’il y a de nouvelles élections, a-t-il dit, cela pourrait entraver la visibilité des politiques à moyen terme du gouvernement.

Mais même s’il y a une autre élection, les partis politiques en lice pourraient donner un aperçu de leur vision des finances publiques après la crise COVID-19.

La prochaine évaluation de crédit de S&P sur Israël aura lieu à la mi-novembre, a-t-il dit. « Et d’ici là, nous espérons avoir une certaine visibilité sur le budget de l’année prochaine. »

Personnel médical dans le service coronavirus du centre médical Sheba à Ramat Gan, le 20 juillet 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)

M. Vartapetov a déclaré que S&P suppose qu’un vaccin contre le virus sera disponible au cours du second semestre de l’année prochaine.

« Si cela ne se produit pas, les blocages se poursuivront et, bien sûr, la croissance pourrait être insuffisante et le gouvernement pourrait devoir dépenser davantage pour soutenir l’économie. Dans ce scénario, nous pourrions voir un impact beaucoup plus négatif sur les finances publiques ». Dans son rapport de mai, S&P prévoit une croissance du PIB de 6,5 % pour 2021.

« Mais le fait est qu’Israël a la capacité de soutenir l’économie, et qu’il a un certain temps pour décider de la manière de revenir à la croissance en renforçant les réformes et la consolidation fiscale après la pandémie », a-t-il déclaré.

Si la reprise économique de l’année prochaine se produit comme prévu, a-t-il dit, cela augmentera les recettes fiscales du gouvernement et pourrait réduire le déficit budgétaire de l’année prochaine.

Concernant les critiques sévères des acteurs locaux contre la gestion de la crise par le gouvernement et les protestations, M. Vartapetov a déclaré qu’il est trop tôt pour juger, et que ce genre de préoccupation existe dans la plupart des pays.

« En tant qu’agence de notation mondiale, nous avons le privilège d’offrir une perspective mondiale », a-t-il déclaré. « Nous travaillons avec 135 gouvernements à travers le monde et… ces préoccupations existent dans la plupart d’entre eux ».

« Les acteurs locaux ne sont pas toujours satisfaits de la manière dont les gouvernements gèrent la crise, mais si l’on regarde les choses sous un angle comparatif, ce qu’Israël a fait en termes de politiques n’est pas inhabituel : les autorités ont réagi assez rapidement en apportant un soutien fiscal et monétaire important à l’économie, et il y a de bonnes raisons de penser que ce type de mesures devrait aider l’économie à se redresser. Ne pas soutenir l’économie maintenant pourrait nécessiter plus de dépenses à l’avenir.

« On peut toujours reprocher au gouvernement d’être trop lent ou myope. En tout cas, deux mois de plus montreront si ces mesures extraordinaires ont été efficaces et ont permis à l’économie de se redresser. Je pense qu’il est probablement trop tôt pour juger », a-t-il déclaré.

Dans la conversation, M. Vartapetov a souligné que les développements géopolitiques négatifs continuent à être un facteur « très important » pour le profil de risque de crédit d’Israël.

« La notation d’Israël est limitée par ces risques, ce qui est très inhabituel pour une économie avancée », a-t-il déclaré. « S’il y a une escalade des tensions au niveau national, ou une guerre au niveau international, cela pourrait également mettre la cote sous pression ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...