La piste terroriste privilégiée dans une tentative de fusillade en Cisjordanie
Rechercher

La piste terroriste privilégiée dans une tentative de fusillade en Cisjordanie

L'armée a déclaré qu'un suspect palestinien avait sorti son pistolet et tenté de tirer sur une voiture transportant des passagers israéliens

Des soldats israéliens dans la ville cisjordanienne d'Hawara après une fusillade dans une tentative suspectée d'attentat le 20 mai 2020. (Conseil régional de Shomron)
Des soldats israéliens dans la ville cisjordanienne d'Hawara après une fusillade dans une tentative suspectée d'attentat le 20 mai 2020. (Conseil régional de Shomron)

Mercredi, l’armée israélienne a indiqué qu’elle privilégiait la piste terroriste dans une tentative de fusillade qui s’est déroulée plus tôt dans la journée en Cisjordanie.

Citant des témoins oculaires, l’armée a rapporté qu’un suspect palestinien avait sorti son pistolet et tenté de tirer sur une voiture transportant des passagers israéliens à proximité de la ville de Hawara dans le nord de la Cisjordanie.

« Le conducteur du véhicule a repéré la menace et s’est lancé à la poursuite du suspect en tirant des coups de feu. Le suspect a pris la fuite », a ajouté Tsahal.

Un communiqué du Conseil régional de Shomron, qui est juridiquement responsable des implantations dans la zone, a précisé que le conducteur était sorti de son véhicule et avait tiré deux coups de semonce pour faire fuir le suspect.

Deux randonneurs israéliens, âgés de 14 et 15 ans, étaient aussi dans la voiture, notait le communiqué. L’un des randonneurs a décrit comment le suspect « a armé son pistolet et appuyé sur la détente à plusieurs reprises », ce qui laisse penser que l’arme s’est enrayée.

Tsahal a déclaré que personne n’avait été blessé dans l’incident et n’a annoncé aucune arrestation.

Cette tentative d’attaque intervient en pleine recrudescence des violences en Cisjordanie au cours de la semaine dernière, après une relative accalmie pendant l’épidémie de coronavirus.

Le sergent de première classe Amit Ben-Yigal a été tué lorsqu’une pierre lui a été jetée à la tête lors d’un raid d’arrestation dans le village de Yabed, au nord de la Cisjordanie, le 12 mai 2020. (Crédit : réseaux sociaux)

La semaine dernière, le sergent Amit Ben-Yigal a été tué lors d’un raid dans la ville de Yabed. Il a été touché à la tête par une pierre lancée depuis un immeuble de trois étages.

Les soldats israéliens ont procédé à de nombreuses arrestations à Yabed après le meurtre de Ben-Yigal, mais l’armée n’a toujours pas annoncé l’interpellation du suspect présumé.

Quelques jours plus tôt, un soldat israélien avait été blessé dans une attaque à la voiture-bélier dans le sud de la Cisjordanie. Le conducteur du véhicule a été abattu par un autre soldat présent sur place, avait indiqué l’armée.

Des soldats israéliens cherchent l’individu qui a lancé une brique sur le sergent Amit Ben-Yigal, provoquant sa mort, dans le village cisjordanien d’Yabed, le 13 mai 2020. (Crédit : armée israélienne)

La semaine dernière également, un jeune émeutier palestinien a trouvé la mort lors d’affrontements avec les soldats israéliens dans le camp de réfugiés d’al-Fawar.

Des officiels israéliens de la défense ont prévu une flambée potentielle de violence en réaction aux projets du gouvernement israélien d’annexer unilatéralement des pans de la Cisjordanie. Les problèmes économiques de l’Autorité palestinienne liés à la Covid-19 compliquent encore plus la situation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...