La police enquête sur une possible corruption au bureau du Premier ministre
Rechercher

La police enquête sur une possible corruption au bureau du Premier ministre

Les enquêteurs vérifient si des responsables de haut-rang ont influencé l'octroi d'appels d'offres en faveur de leurs fournisseurs de service favoris

Une vue générale du bureau du Premier ministre à Jérusalem (Crédit :Orel Cohen/Flash90)
Une vue générale du bureau du Premier ministre à Jérusalem (Crédit :Orel Cohen/Flash90)

La police enquête sur une corruption possible au sein du bureau du Premier ministre. Les agents ont vérifié quels appels d’offres ont pu être influencés en faveur de fournisseurs de service favorisés par des responsables de haut-rang, a fait savoir la Dixième chaîne mardi.

Les enquêteurs soupçonnent que des appels d’offres lancés pour certains services ont pu être une supercherie, a fait savoir le reportage, et qu’ils n’ont été créés que pour donner des missions aux contractants choisis.

Des sources proches du bureau du Premier ministre auraient témoigné sur le dossier devant les enquêteurs de police.

Le directeur-général du bureau du Premier ministre, Eli Groner, a nié avoir connaissance d’une enquête.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu fait lui-même l’objet de deux enquêtes dans des affaires criminelles distinctes.

La police se préparerait à recommander la tenue d’un procès suite aux soupçons portant sur des cadeaux illégaux et des faveurs accordées au Premier ministre par des hommes d’affaires, dont il aurait fait en échange avancer les intérêts.

Dans un second dossier, la police s’intéresse à un accord de compromis entre Netanyahu et l’éditeur en chef du journal Yedioth Ahronoth.

Netanyahu a nié toute malversation dans les deux cas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...