Rechercher

La Roumanie va indemniser des survivants de la Shoah installés en Israël

Selon l'accord entre Jérusalem et Bucarest, bloqué par la bureaucratie depuis six ans, quelque 7 000 survivants devraient recevoir des centaines de shekels en plus par mois

Un survivant de l'Holocauste allume une torche lors d'une cérémonie qui s'est tenue au musée commémoratif de l'Holocauste Yad Vashem lors de la journée annuelle de commémoration de l'Holocauste en Israël, Jérusalem, le 7 avril 2021. Illustration (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Un survivant de l'Holocauste allume une torche lors d'une cérémonie qui s'est tenue au musée commémoratif de l'Holocauste Yad Vashem lors de la journée annuelle de commémoration de l'Holocauste en Israël, Jérusalem, le 7 avril 2021. Illustration (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les survivants israéliens de la Shoah qui avaient la nationalité roumaine pendant la Seconde Guerre mondiale vont bénéficier d’indemnités de la part de Bucarest, a annoncé le gouvernement lundi.

Ce développement est le résultat d’un accord signé entre Israël et la Roumanie et devrait permettre à environ 7000 survivants de la Shoah en Israël de recevoir des centaines de shekels supplémentaires par mois, selon le Centre des organisations des survivants de la Shoah en Israël, un organisme non gouvernemental qui représente 55 groupes similaires.

Le Centre a entamé des négociations avec le gouvernement roumain il y a environ six ans, après que Bucarest a adopté une loi reconnaissant les citoyens qui ont quitté le pays au lendemain de la Seconde Guerre mondiale comme étant éligibles à une indemnité. Depuis la fin de la guerre et jusqu’à l’adoption de cette loi, les Roumains qui avaient quitté le pays avaient perdu leur statut de citoyen et donc leur droit à la retraite.

Toutefois, l’élément central de ces négociation – et la percée annoncée lundi – a été de supprimer les formalités administratives.

Colette Avital, ancienne membre de la Knesset et actuelle présidente du Centre des organisations, a déclaré au quotidien Israel Hayom que le gouvernement roumain demandait une « liste inacceptable de documents qu’il n’est plus possible d’obtenir » pour prouver l’éligibilité d’une personne à une indemnité roumaine.

Colette Avital, à droite, présidente du Centre des organisations des survivants de la Shoah en Israël, arrive pour une audience au tribunal de première instance de Tel Aviv, le 16 novembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

En 2020, le Centre des organisations avait conclu un accord avec le gouvernement roumain permettant aux survivants de présenter des documents officiels israéliens attestant qu’ils ont survécu à la Shoah. Cependant, l’agence nationale d’assurance roumaine avait refusé de reconnaître l’accord, provoquant l’intervention du ministère israélien de l’Égalité sociale.

« Aujourd’hui, après un an et demi de négociations, l’accord a été signé et nous pouvons délivrer les permis nécessaires aux survivants », a déclaré Avital.

La ministre de l’Egalité sociale, Meirav Cohen, a noté qu’il s’agissait du dernier d’une série d’accords conclus pour augmenter le soutien financier à la population vieillissante des survivants de la Shoah en Israël. En plus de l’augmentation des subventions extérieures – dont une grande partie provient des paiements allemands aux survivants de divers pays – le gouvernement israélien a alloué 300 millions de shekels pour augmenter le soutien financier aux survivants de la Shoah en difficulté.

Dans l’ensemble, a-t-elle déclaré, « ces mesures ont permis à certains survivants de la Shoah d’augmenter leurs revenus mensuels de plusieurs milliers de shekels. Nous continuerons à déployer toute notre énergie au nom des survivants de la Shoah, et de la population âgée en général, en Israël ».

Le Premier ministre Lapid s’est également félicité de cette décision.

« En tant que fils d’un survivant de la Shoah, je suis ému par la signature de cet accord important… Aujourd’hui, nous corrigeons une injustice de longue date. Nous avons là une obligation fondamentale en tant que société – veiller à ce que les survivants puissent vivre leur vie de la meilleure façon possible. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...