Israël en guerre - Jour 148

Rechercher

L’agence de Susan Sarandon rompt son contrat après ses propos sur les Juifs américains

L'actrice américaine nommée aux Oscars est critiquée pour avoir accusé Israël de génocide, nié des preuves de l'attaque du Hamas et minimisé l'antisémitisme

Susan Sarandon au Festival international du film de Toronto, au Winter Garden Theatre, à Toronto, le 10 septembre 2018. (Crédit : Evan Agostini/Invision/AP)
Susan Sarandon au Festival international du film de Toronto, au Winter Garden Theatre, à Toronto, le 10 septembre 2018. (Crédit : Evan Agostini/Invision/AP)

L’agence artistique d’Hollywood UTA a rompu son contrat avec l’actrice Susan Sarandon en raison de ses propos tenus lors d’un récent rassemblement pro-palestinien, à savoir que les Juifs américains effrayés par le regain d’antisémitisme « avaient un aperçu de ce qu’est être musulman dans ce pays ».

Le porte-parole de l’agence a confirmé la décision à Deadline.

Lors d’un rassemblement à New York la semaine dernière, l’actrice nommée aux Oscars a déclaré que « beaucoup de gens ont peur, peur d’être juifs actuellement, et ils découvrent ce que l’on ressent quand on est musulman dans ce pays, où ils sont si souvent victimes de violences ».

Ses propos ont été vivement critiqués en ligne, et l’auteure Asra Nomani, une Indienne-Américaine d’origine musulmane, lui a répondu sur X : « Laissez-moi vous donner un petit aperçu de ce que l’on ressent lorsqu’on est musulman en Amérique : mon père n’a pas été contraint de devenir un serviteur de seconde classe de l’un des nombreux tyrans des pays musulmans… Quant à ma mère, le fait d’être musulmane en Amérique lui a permis de vivre librement, les cheveux au vent… Pensez-vous que la dictature musulmane du Qatar permette aux esclaves musulmans, aux serviteurs musulmans ou aux musulmans palestiniens d’accéder à la citoyenneté ? Bien sûr que non… »

« Ne minimisez pas l’expérience des Juifs américains en aseptisant l’enfer que vivent les musulmans dans les pays musulmans et en vilipendant l’Amérique pour la vie – et les libertés – qu’elle offre aux musulmans comme ma famille », lui a-t-elle écrit.

Dans son discours, dont la vidéo a été publiée en ligne par le New York Post, Sarandon exhorte les participants « s’interroger » et à « écouter les faits » sur la situation à Gaza, ajoutant « qu’il n’était pas nécessaire de connaître toute l’histoire de cette région » pour comprendre le conflit israélo-palestinien.

« Il suffit de regarder les bébés qui meurent dans les couveuses et l’amour que les gens portent à leurs proches lorsqu’ils sont réduits en miettes », a-t-elle ajouté. « Ces images suffisent à montrer que quelque chose ne tourne pas rond du tout. »

Lors du même rassemblement, Sarandon, qui n’est pas Juive, a affirmé à la foule que se montrer critique à l’égard d’Israël n’était pas synonyme d’antisémitisme.

« L’antisémitisme a été confondu avec le fait de s’élever contre Israël, ce qui est terrible », a-t-elle déclaré. « Je suis contre l’antisémitisme. Je suis contre l’islamophobie. »

L’actrice s’est montrée particulièrement critique à l’égard d’Israël depuis le début de la guerre avec le Hamas à Gaza, qui a commencé le 7 octobre lorsque 3 000 terroristes du Hamas ont envahi le sud d’Israël en traversant la frontière, tuant pas moins de 1 200 personnes et prenant quelque 240 otages.

En réponse, Israël a lancé une campagne aérienne suivie d’une offensive terrestre, jurant d’éliminer le Hamas de la bande de Gaza, que le groupe terroriste dirige depuis 2007. Les combats se sont concentrés principalement dans la partie nord de la bande de Gaza et le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, a déclaré que plus de 14 000 personnes avaient été tuées. Ce chiffre ne peut être vérifié de manière indépendante et inclurait les terroristes du Hamas ainsi que les victimes civiles des tirs de roquettes palestiniens.

Après l’assaut du 7 octobre, le compte de Sarandon, habituellement actif sur X, est resté silencieux, et ce n’est qu’un jour plus tard qu’elle a recommencé à publier, et ce uniquement pour partager des articles condamnant Israël et l’armée israélienne, sans jamais mentionner les atrocités commises par le Hamas.

Tout au long de la guerre, elle a continué à propager des accusations de génocide et de crimes de guerre qui selon elle auraient été commis par Israël, à diffuser des informations mensongères niant les preuves du massacre perpétré par le Hamas à l’intérieur de l’État juif, et à qualifier le Hamas « d’organisation de résistance » et non pas de groupe terroriste.

Ses propos de vendredi dernier sont les derniers d’une série de discours controversés tenus par l’actrice, qui a participé à divers rassemblements pro-palestiniens.

Lors d’un rassemblement organisé au début du mois de novembre, elle a déclaré aux participants qu’il était important d’examiner les événements du 7 octobre dans le contexte de l’histoire d’Israël, ce qui a été perçu par certains comme une façon de blâmer les Israéliens pour les attaques du Hamas qu’ils avaient subies.

« Beaucoup de gens ne comprennent pas le contexte dans lequel s’est déroulé l’assaut du 7 octobre », a-t-elle déclaré. « Beaucoup de gens ne comprennent pas ce qui est arrivé au peuple palestinien au cours des 75 dernières années. C’est l’occasion d’éduquer les gens s’ils ont l’esprit ouvert. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.