L’Agence juive exhorte Israël à accorder l’asile à 500 jeunes migrants africains
Rechercher

L’Agence juive exhorte Israël à accorder l’asile à 500 jeunes migrants africains

Le conseil d'administration de l'Agence juive pour Israël demande "d'accorder un statut légal" aux jeunes migrants arrivés en Israël en tant que mineurs non accompagnés

Natan Sharansky, président de l'Agence juive pour Israël, avant la réunion hebdomadaire du cabinet dans les bureaux du Premier ministre, à Jérusalem, le 25 juin 2017. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)
Natan Sharansky, président de l'Agence juive pour Israël, avant la réunion hebdomadaire du cabinet dans les bureaux du Premier ministre, à Jérusalem, le 25 juin 2017. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, le conseil d’administration de l’Agence juive pour Israël lui demande instamment « d’accorder un statut légal aux plus de cinq cents jeunes migrants arrivés en Israël il y a des années en tant que mineurs non accompagnés et qui ont été intégrés dans le système éducatif des villages de jeunes exploités par l’Agence juive et le ministère de l’éducation ».

« Ces jeunes ont grandi dans un environnement éducatif israélien, parlent couramment l’hébreu, sont imprégnés de la culture israélienne et sont fidèles à l’État d’Israël », affirme le conseil d’administration.

« Il est donc juste qu’ils aient un statut légal. »

Israël a récemment lancé une campagne pour expulser les migrants non mariés d’origine érythréenne et soudanaise vers les pays africains (largement désignés comme étant le Rwanda et l’Ouganda) et emprisonner ceux qui refusent de partir.

Environ la moitié des 38 000 demandeurs d’asile pourraient être expulsés en vertu du plan. Les femmes, les hommes mariés et les enfants ne seront pas expulsés dans le cadre de la « première étape » des expulsions, a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

L’Agence juive a également demandé au gouvernement de veiller à ce que « chaque migrant ait la possibilité de demander l’asile et de bénéficier d’une procédure régulière et transparente dans l’examen de sa demande ».

Israël affirme que la plupart des demandeurs d’asile ne sont pas persécutés chez eux et qu’ils se sont rendus en Israël à la recherche d’un emploi et d’un niveau de vie plus élevé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...