L’Allemagne va inclure Israël dans l’accord européen sur le vaccin
Rechercher

L’Allemagne va inclure Israël dans l’accord européen sur le vaccin

Le ministre allemand des Affaires étrangères aurait dit à Gabi Ashkenazi qu'Israël obtiendra le vaccin d'AstraZeneca contre la Covid-19 lorsqu'il sera vendu aux pays européens

Les locaux de la multinationale pharmaceutique et biopharmaceutique suédo-britannique AstraZeneca PLC à Macclesfield, Angleterre, le 21 juillet 2020. (Paul Ellis/AFP)
Les locaux de la multinationale pharmaceutique et biopharmaceutique suédo-britannique AstraZeneca PLC à Macclesfield, Angleterre, le 21 juillet 2020. (Paul Ellis/AFP)

JTA – L’Allemagne s’est engagée à inclure Israël dans l’accord européen pour un futur vaccin contre le coronavirus, en accord avec la « relation spéciale » de l’Allemagne avec Israël résultant de la Shoah.

Selon les médias israéliens, lundi, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas et le ministre de la Santé Jens Spahn se sont engagés auprès du ministre israélien des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi et de l’ambassadeur d’Israël en Allemagne Jeremy Issacharoff lors de discussions tenues le 11 octobre.

Un article du site web Ynet a affirmé que l’Allemagne a utilisé son influence dans l’UE pour faire plier la règle selon laquelle une vaccination produite en Europe serait d’abord donnée aux pays européens. L’Allemagne a justifié cette décision en partie par son engagement historique à soutenir Israël.

Le porte-parole de l’ambassade, Shir Gidon, a déclaré au site d’information économique Globes que « l’Allemagne considère Israël comme faisant partie de l’Europe pour ce qui est de l’approvisionnement en vaccins et qu’elle sera donc autorisée à y acheminer le vaccin lorsqu’il sera approuvé ».

La décision, qui faisait suite à une réunion antérieure entre les deux chefs de la diplomatie à Berlin, permettrait à Israël – membre associé de l’Union européenne – d’acheter une partie des 400 millions de vaccins que la société suédo-britannique AstraZeneca est chargée de produire pour l’UE, si le vaccin, actuellement en phase III d’essais sur l’homme, est jugé sûr et efficace.

Le ministre israélien des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi (à droite) salue son homologue allemand Heiko Maas avec un « coup de coude », en raison de la pandémie de coronavirus COVID-19, au ministère à Jérusalem le 10 juin 2020. (Menahem KAHANA / AFP)

Gabi Ashkenazi a indiqué à Ynet qu’un éventuel vaccin « permettrait à l’économie de retrouver sa pleine activité en Israël », et a remercié Jeremy Issacharoff et le personnel de l’ambassade pour leur rôle dans la conclusion de l’accord.

En 2008, la chancelière allemande Angela Merkel, premier chef du gouvernement allemand à avoir été invité à s’exprimer à la Knesset, a décrit la « responsabilité historique particulière de l’Allemagne pour la sécurité d’Israël » comme faisant partie de la « raison d’être » du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...