L’ancien grand rabbin d’Israël Yona Metzger inculpé pour corruption
Rechercher

L’ancien grand rabbin d’Israël Yona Metzger inculpé pour corruption

L'ancien leader religieux ashkénaze est accusé d'avoir reçu 10 M de shekels en pots de vin, dont il aurait gardé la plupart pour lui

L'ancien grand Rabbin ashkénaze Yona Metzger, à gauche, devant le tribunal de Rishon Lezion, le 26 novembre 2013. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)
L'ancien grand Rabbin ashkénaze Yona Metzger, à gauche, devant le tribunal de Rishon Lezion, le 26 novembre 2013. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

L’ancien grand rabbin ashkénaze d’Israël Yona Metzger a été inculpé mardi pour de multiples accusations de corruption.

Dans l’acte d’accusation déposé par le bureau du procureur du district de Jérusalem, Metzger a été accusé de fraude, vol, conspitation, abus de confiance, blanchiment d’argent, infractions fiscales et corruption passive.

L’acte d’accusation fait suite à une audience dans laquelle l’avocat de Metzger a plaidé contre les accusations. Il avait été annoncé initialement en février, lorsque le procureur général Yehuda Weinstein lui a notifié qu’il allait être jugé.

Metzger est accusé d’avoir accepté quelque 10 millions de shekels (2,3 millions d’euros) en pots de vin – en gardant 7 millions de shekels (1,6 millions d’euros) pour lui tout en donnant le reste à des complices et à des organisations caritatives.

Chaim Eisenstadt, le chauffeur de Metzger, percevait les pots de vin, selon l’acte d’accusation.

Metzger est accusé d’avoir perçu des dons destinés à des causes charitables et d’avoir touché des pots de vin pour influencer son opinion sur des questions, sur lesquelles il devait statuer en tant que grand-rabbin.

Il a achevé son mandat de 10 ans de grand rabbin en juillet 2013. Metzger a été arrêté et interrogé un mois avant la fin de son mandat et libéré.

Metzger a été élu en 2003 à cette fonction prestigieuse, grâce à l’appui de la principale autorité rabbinique ultra-orthodoxe de l’époque.

En 2005, la police avait recommandé l’ouverture de poursuites judiciaires contre lui, une première dans l’histoire du rabbinat d’Israël, dans le cadre d’une enquête concernant des faveurs personnelles dont il aurait bénéficié de la part de la direction d’un grand hôtel de Jérusalem.

Le procureur général avait décidé de ne pas le poursuivre, faute de preuves, mais l’avait appelé à démissionner.

Au lieu de cela, il a écrit un rapport cinglant sur Metzger, l’accusant d’avoir menti à la police, et de recommander qu’il démissionne immédiatement.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...