Rechercher

L’AP organise un événement pour les lycéens pour soutenir les terroristes condamnés

Aux côtés de responsables de l’AP, des adolescents ont brandi des photos de terroristes palestiniens emprisonnés pour participation à des attentats lors de la deuxième Intifada

Illustration. Des écolières palestiniennes, le  jour de la rentrée scolaire, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 25 août 2013. (Crédit : Issam Rimawi/FLASH90/File)
Illustration. Des écolières palestiniennes, le jour de la rentrée scolaire, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 25 août 2013. (Crédit : Issam Rimawi/FLASH90/File)

Les responsables de l’Éducation de l’Autorité palestinienne, dans le gouvernorat de Tulkarem en Cisjordanie, ont organisé la semaine dernière un événement à destination des lycéennes en soutien aux prisonniers de sécurité palestiniens incarcérés en Israël. Certains des prisonniers célébrés à cette occasion sont responsables d’attentats terroristes meurtriers contre des Israéliens.

Des responsables politiques locaux se sont rendus au lycée de filles Adawiya pour y fonder un jardin en l’honneur des prisonniers palestiniens. Des adolescentes ont reçu des affiches pour exprimer leur soutien aux Palestiniens emprisonnés.

Beaucoup, parmi les Palestiniens mis à l’honneur lors de cette journée, ont été reconnus coupables d’attentats meurtriers. L’une des adolescentes photographiées avec les fonctionnaires brandissait une affiche en soutien au terroriste palestinien Abbas Al-Sayed, qui purge 35 peines de prison à vie dans une prison israélienne pour son rôle dans la préparation d’attentats contre des Israéliens.

Al-Sayed est connu pour avoir aidé à préparer l’attentat suicide de l’hôtel Netanya Park en 2002 qui avait fait 30 morts et 140 victimes civiles. L’attentat a été l’un des plus sanglants de la seconde Intifada.

« Parce que vous êtes libres – soutenez leur liberté », pouvait-on lire sur l’affiche, à côté d’un portrait stylisé d’Al-Sayed.

D’autres lycéennes ont brandi des photos de terroristes condamnés, parmi lesquels Nasser Abu Hmeid, qui, aux yeux d’Israël, est responsable du meurtre de sept Israéliens dans plusieurs attentats.

L’activité a été révélée par Palestinian Media Watch, au titre de son activité de surveillance des incitations à la violence et des discours haineux dans les médias palestiniens.

Dans le cadre de l’événement parrainé par l’AP, les lycéennes de Tulkarem ont également rendu hommage aux six prisonniers de sécurité palestiniens qui ont pris part, l’an dernier, à une évasion de prison très médiatisée auprès des Israéliens et Palestiniens. Certains des fugitifs avaient avoué, sans repentir, leur implication dans des attentats contre des soldats et des civils israéliens.

Israël a dénoncé à plusieurs reprises ce qu’il considère être une incitation au terrorisme et des discours de haine propagés dans les médias et les manuels scolaires palestiniens. Députés américains et européens ont tenu des audiences sur la question.

L’Autorité palestinienne affirme que ses médias et le contenu de son enseignement reflètent le récit national, sans constituer pour autant un discours haineux.

L’Union européenne, principale donatrice de l’AP, se trouve dans une impasse bureaucratique depuis quelques mois sur la question de l’opportunité de conditionner une partie de son aide à Ramallah à des modifications du matériel éducatif de l’AP.

Bien que les responsables européens et palestiniens se soient rencontrés à plusieurs reprises ces derniers mois, aucune solution n’a pour l’heure été trouvée au gel de l’aide.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...