Rechercher

Lapid propose une nouvelle vie aux habitants de Gaza : travail, dignité et paix

Pour le Premier ministre, les accords d’Abraham peuvent être un modèle pour Gaza : « Il y a une autre vie possible ». Israël mènera des frappes préventives nécessaire

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le Premier ministre Yair Lapid s'exprime le lendemain de la fin de l’Opération Aube, au quartier général de l'armée israélienne à Tel-Aviv, le 8 août 2022. (Crédit : Amos Ben Gershom / GPO)
Le Premier ministre Yair Lapid s'exprime le lendemain de la fin de l’Opération Aube, au quartier général de l'armée israélienne à Tel-Aviv, le 8 août 2022. (Crédit : Amos Ben Gershom / GPO)

Dans sa première déclaration publique depuis la fin de l’opération militaire de trois jours contre le Jihad islamique palestinien dans la bande de Gaza, le Premier ministre Yair Lapid s’est adressé aux Gazaouis en ces termes : « Il y a une autre vie possible », évoquant les accords d’Abraham comme possible référentiel de paix, plutôt que de guerre.

« Je me tourne vers les habitants de Gaza pour leur dire qu’il y a une autre vie possible. Nous savons nous protéger de ceux qui nous menacent, mais nous savons aussi comment fournir du travail, des moyens de subsistance et une vie digne à quiconque souhaite vivre en paix à nos côtés », a déclaré Lapid à la télévision, depuis le quartier général de l’armée israélienne, à Tel Aviv.

« Il y a une autre vie possible. Celle que dessinent les Accords d’Abraham, le Sommet du Neguev, l’innovation et l’économie, le développement régional et les projets communs. La décision vous appartient. Votre avenir dépend de vous », a déclaré le Premier ministre, s’adressant directement aux habitants de Gaza, plutôt qu’à ceux qui les dirigent, le groupe terroriste du Hamas.

Son message intervient à l’issue de l’Opération Aube, lancée par Israël pour faire face à la menace terroriste posée par le Jihad islamique contre les résidents du sud d’Israël.

La bande de Gaza est sous contrôle du Hamas, qui a pris part aux derniers combats. Le Jihad islamique est un autre groupe terroriste soutenu par l’Iran, plus petit que le Hamas mais doté de roquettes – il en a tiré plus d’un millier sur Israël entre vendredi et dimanche soir, lorsqu’un cessez-le-feu a été conclu.

Au cours de l’opération, Israël a tué deux hauts dirigeants du Jihad islamique qui commandaient les sections nord et sud de l’appareil militaire du groupe terroriste. Lapid s’est félicité qu’Israël ait éliminé « la direction militaire du Jihad islamique à Gaza » au cours des trois derniers jours.

Des roquettes sont lancées de la bande de Gaza vers Israël, dans la ville de Gaza, le 7 août 2022. (Crédit : Hatem Moussa/AP)

Un sévère coup a été porté au Jihad islamique, mais Lapid a déclaré qu’Israël « ne présenterait pas d’excuses » pour s’être protégé, rappelant que l’armée avait veillé à minimiser les pertes civiles à Gaza.

« Pendant l’opération, tout a été fait pour éviter que des civils étrangers au conflit soient touchés. L’État d’Israël ne s’excusera pas d’avoir protégé ses habitants en utilisant la force, mais la mort de personnes innocentes, en particulier d’enfants, est épouvantable », a déclaré Lapid.

L’armée israélienne estime que sur les 51 personnes tuées à Gaza au cours de l’opération, 24 étaient des terroristes du Jihad islamique, 16 des Gazaouis tués par des roquettes du Jihad islamique qui se sont écrasées à Gaza et 11 des non-combattants tués lors des frappes israéliennes.

Le ministère de la Santé de Gaza, sous tutelle du Hamas, a déclaré que 45 Palestiniens au moins avaient trouvé la mort, parmi lesquels 15 enfants, et que 360 personnes avaient été blessées depuis vendredi. Israël assure que 12 des enfants tués l’ont été par des roquettes défectueuses du Jihad islamique palestinien.

Des Israéliens ont été légèrement blessés par des éclats d’obus au cours des combats, ou alors qu’ils couraient se mettre à l’abri lorsque les sirènes anti-aériennes ont retenti.

Sur une note d’apaisement, Lapid a remercié le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu d’avoir mis la politique de côté et « soutenu le gouvernement » pendant ces événements.

Il a ensuite salué l’action des forces de l’ordre et de leurs chefs, puis les médiateurs égyptiens, avant de déclarer à nouveau qu’il voulait « également remercier le chef de l’opposition Netanyahu, qui a fait preuve de responsabilité et soutenu le gouvernement tout au long de l’opération. »

Le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu (à gauche) assiste à un briefing sur le conflit entre Israël et Gaza avec le Premier ministre Yair Lapid, le 7 août 2022. (Crédit : Haim Zach/GPO)

En dépit des polémiques inhérentes à la campagne électorale en cours, les rivaux politiques de tous blocs ont su s’unir pour soutenir l’État et son armée, comme c’est souvent le cas en pareilles circonstances.

Dimanche, Netanyahu a ainsi mis fin au boycott des briefings de sécurité donnés par le Premier ministre, auxquels son rôle de chef de l’opposition l’autorise. Il a apporté son soutien à l’armée dès le lancement de l’opération.

Dans une manifestation d’unité assez rare pour être soulignée, Netanyahu a publié un discours vidéo lundi soir – en même temps que la conférence de presse de Lapid – adressant ses félicitations à un gouvernement dont il a pourtant régulièrement critiqué la supposée faiblesse face au terrorisme, affirmant que « nous sommes tous unis » contre le terrorisme.

« Je félicite le gouvernement, le Shin Bet et nos bien-aimés soldats pour cette nouvelle opération réussie contre les terroristes de Gaza. Dans la lutte contre le terrorisme, nous sommes tous unis. Il n’existe ni opposition, ni coalition », a déclaré le chef de l’opposition.

Sur une note tout aussi conciliante, Lapid a fait siens les appels à l’unité entendus lors de la précédente campagne, invitant les citoyens israéliens fortement polarisés à « se rappeler que nos ennemis se trouvent à l’extérieur, et non à l’intérieur ».

« La meilleure manière de faire face aux défis est de rester unis », a ajouté le Premier ministre.

Le ministre de la Défense Benny Gantz prend la parole au quartier général militaire de Kirya, le 5 août 2022. (Crédit : Elad Malka)

S’exprimant après Lapid lors d’une conférence de presse conjointe, le ministre de la Défense Benny Gantz a rappelé les trois objectifs atteints par Israël à la faveur de cette opération : éliminer la « menace immédiate » envers les habitants de la zone frontalière de Gaza, « maintenir la liberté d’action opérationnelle » et dissuader les ennemis qui menacent les habitants et la souveraineté d’Israël.

« À l’avenir, si nécessaire, nous mènerons des frappes préventives afin de protéger les habitants d’Israël, sa souveraineté et ses infrastructures. C’est vrai sur chacun des fronts, de Téhéran [Iran] à Khan Yunis [Gaza] », a ajouté le ministre de la Défense.

Bien que le Hamas ait empêché une nouvelle escalade en s’abstenant de prendre part au conflit – dans l’intérêt du groupe terroriste comme celui d’Israël – Gantz a indiqué qu’Israël le tiendrait responsable de ce qui se passe à Gaza.

« Le Hamas porte la responsabilité du territoire dans la bande de Gaza. S’il ne prend pas ses responsabilités en la matière, nous agirons avec force et utiliserons tous les moyens à notre disposition – militaires et civils », a expliqué Gantz.

En prévision des combats, Israël avait fermé les points de passage frontaliers avec Gaza, privant 15 000 Gazaouis titulaires d’un permis de travail de se rendre en Israël la semaine passée. En outre, Israël a ralenti l’approvisionnement en carburant, ce qui a rapidement paralysé les centrales électriques sous-alimentées de Gaza et conduit à des pénuries d’électricité généralisées.

Sur un ton plus en phase avec la campagne électorale, Netanyahu a déclaré que, si la coalition comprenant le parti islamiste Raam n’était pas tombée en juin, le gouvernement n’aurait pas été en mesure de « combattre le terrorisme » dans la bande de Gaza.

« Ce n’est qu’après la chute de ce gouvernement avec Raam, et seulement après la dispersion de la Knesset, qu’il a été possible de mener cette opération », a déclaré Netanyahu dans son message vidéo.

« Seul un gouvernement stable, indépendant de Raam et de la Liste arabe unie [majoritairement arabe], peut combattre le terrorisme », a-t-il poursuivi.

Netanyahu fait campagne contre Lapid et Gantz en vue des élections du 1er novembre. L’essentiel du message de son parti, le Likud, explique qu’aucun des deux hommes ne sera en mesure de rassembler les 61 sièges nécessaires (sur les 120 que compte la Knesset) à la formation d’une coalition sans parti arabe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...