L’armée perquisitionne des ateliers de fabrication d’armes en Cisjordanie
Rechercher

L’armée perquisitionne des ateliers de fabrication d’armes en Cisjordanie

Les troupes israéliennes ont découvert plusieurs ateliers et de grandes caches d’armes dans deux villes palestiniennes

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Soldats israéliens pendant un raid contre des ateliers de fabrication d'armes illégales dans la ville palestinienne de Jénine, au nord de la Cisjordanie, le 26 septembre 2016. Illustration. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Soldats israéliens pendant un raid contre des ateliers de fabrication d'armes illégales dans la ville palestinienne de Jénine, au nord de la Cisjordanie, le 26 septembre 2016. Illustration. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)

Les soldats israéliens ont découvert des caches d’armes et des ateliers de fabrication d’armes à feu dans trois villes de Cisjordanie tôt lundi matin, dans le cadre d’une répression en cours des armes illégales, a annoncé l’armée.

Des ateliers de fabrication et de réparation d’armes à feu ont été fermés à Jénine, et un autre à Dahariya, dans le sud de la Cisjordanie, pendant une vaste opération, selon l’armée.

Pendant les opérations à Jénine, « deux ateliers de fabrication d’armes à feu ont été fermés, et quatre pistolets ont été saisis, ainsi que des chargeurs, des munitions et des éléments d’armes à feu », a annoncé l’armée.

Cinq personnes ont été arrêtées à Jénine en lien avec les armes confisquées, ainsi qu’une autre personne suspectée d’un autre crime, a annoncé un porte-parole de l’armée.

Pistolets et éléments d'armes à feu saisis pendant un raid contre des ateliers de fabrication d'armes illégales dans la ville palestinienne de Jénine, au nord de la Cisjordanie, le 26 septembre 2016. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Pistolets et éléments d’armes à feu saisis pendant un raid contre des ateliers de fabrication d’armes illégales dans la ville palestinienne de Jénine, au nord de la Cisjordanie, le 26 septembre 2016. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

Une arme semi-automatique de type Carlo a également été trouvée et saisie à Surif, à l’ouest du Gush Etzion, et une personne, qui serait membre du Hamas, a été arrêtée pour ses liens avec le groupe terroriste, a annoncé l’armée.

Les armes saisies, ainsi que des équipements de fabrication d’armes à feu, ont été remises au Shin Bet et à la police pour la suite des enquêtes.

L’année dernière, l’armée et la police israéliennes avaient intensifié leurs efforts pour combattre la création et la distribution d’armes illégales en Cisjordanie.

Jusqu’à présent, la plus grande opération de 2016 en Cisjordanie a été une série de perquisitions d’ateliers de fabrication d’armes à feu à Hébron et Bethléem, pendant laquelle des dizaines d’armes à feu avaient été saisies et de multiples installations fermées. (Vidéo ci-dessous.)

Cependant, la tâche de retrait des armes à feu illégales de Cisjordanie reste digne de Sisyphe, a déclaré la semaine dernière un responsable de l’armée israélienne anonyme.

« Nous ne pourrons pas saisir toutes les armes de Cisjordanie en une semaine », a déclaré l’officier.

Les armes à feu ont un statut dans la culture palestinienne, a-t-il noté. Elles sont utilisées pendant les mariages et d’autres fêtes, ainsi que pour la protection personnelle et le crime.

Pièce de machinerie qui serait utilisée pour fabriquer des armes illégales saisie par l'armée israélienne à Dahariya, village palestinien du sud de la Cisjordanie, le 26 septembre 2016. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Pièce de machinerie qui serait utilisée pour fabriquer des armes illégales saisie par l’armée israélienne à Dahariya, village palestinien du sud de la Cisjordanie, le 26 septembre 2016. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

« Mais dans le même temps, je ne veux pas que des enfants mettent la main sur ces armes. Et nous ne voulons pas que ces armes soient peu coûteuses et que quiconque veut en acheter une puisse le faire pour 1 000 shekels [environ 238 euros] », a-t-il déclaré.

« Je vous rappelle que pour l’attentat de Sarona, les deux attaquants ont payé plus cher les costumes qu’ils portaient que les armes qu’ils ont utilisées », a déclaré l’officier qui parlait de la fusillade en juin qui a coûté la vie à quatre Israéliens quand deux terroristes ont ouvert le feu dans un restaurant de Tel Aviv.

En plus des arrestations à Surif et à Jénine, les troupes ont arrêté 12 Palestiniens pendant la nuit, a annoncé l’armée.

La majorité d’entre eux est soupçonnée d’avoir participé à des jets de pierres et des manifestations violentes contre les forces de sécurité. Quatre des suspects seraient membres du Hamas, selon l’armée israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...