L’association juive de Francfort rompt avec le Habad suite à des “insultes” et du “mépris » de leur part
Rechercher

L’association juive de Francfort rompt avec le Habad suite à des “insultes” et du “mépris » de leur part

Le mouvement Loubavitch n’a pas répondu au “comportement agressif” présumé contre les rabbins de la ville lors des évènements communautaires

La synagogue Westend de Francfort, en Allemagne. (Crédit : Wikimedia Commons)
La synagogue Westend de Francfort, en Allemagne. (Crédit : Wikimedia Commons)

L’association représentant la communauté juive de Francfort, en Allemagne, s’éloigne du Habad-Loubavitch de la ville après que ceux-ci aient montré du « mépris » à l’égard des rabbins locaux n’appartenant pas au Habad.

Dans une lettre ouverte publiée le 20 mars, la communauté juive de Francfort a écrit que les synagogues de la ville ne fourniraient plus de salles aux évènements du Habad. La lettre cite un « comportement de plus en plus agressif » et des « insultes » des rabbins du Habad à l’égard de deux rabbins de la ville, Avichai Apel et Julian Chaim-Soussan.

Apel a été engagé pour remplacer le rabbin Menachem Halevi Klein, qui a pris sa retraite en 2015 après avoir dirigé la synagogue orthodoxe Westend pendant 21 ans. Le Habad de Francfort organisait des services et hébergeait sa yeshiva dans cette synagogue.

« [Il] semble que, malheureusement, l’une des parties [en conflit] attendait de pouvoir demander de nouveaux rôles dans la communauté après la retraite du rabbin Klein », pouvait-on lire dans un éditorial publié sur le site internet de Honestly Concerned, une association de défense d’Israël à Francfort.

Entre autres, les dirigeants du Habad sont accusés d’avoir interdit à Apel et Chaim-Soussan d’accéder à la bimah pour Pourim, et d’avoir ignoré la demande d’Apel pour un allumage de ménorah public lors de la dernière fête de Hanoukka.

L’éditorial de Honestly Concerned décrit également « l’interruption d’un office de Shabbat, des cris totalement inappropriés, une scène qui a choqué les membres de la communauté et a entraîné l’accroissement des fossés dans la communauté. »

La direction du Habad n’a pas répondu à la lettre.

« La vie juive et religieuse était possible à Francfort avant le Habad, et nous ferons en sorte qu’elle continue à être possible sans l’implication du Habad », a déclaré l’association dans sa lettre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...