Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

Le budget de l’État creusera le déficit et pourrait aggraver les problèmes d’inflation

Le Trésor maintient son plan visant à augmenter le budget de plusieurs milliards en 2023, semblant ignorer ses propres avertissements sur la diminution potentielle des recettes

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich présentant les plans économiques et budgétaires pour 2023-2024, le 28 février 2023. (Autorisation)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich présentant les plans économiques et budgétaires pour 2023-2024, le 28 février 2023. (Autorisation)

Le ministère des Finances a donné jeudi un premier aperçu du budget de l’État 2023-2024, en présentant à la Knesset une proposition de près de mille milliards de shekels sur deux ans et en respectant la première phase du délai serré qui lui était imparti pour présenter un plan budgétaire.

Retardé par les élections législatives de novembre dernier, le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu a jusqu’au 29 mai pour mener à bien trois votes sur le budget de l’État à la Knesset, sous peine d’entraîner automatiquement la dissolution du gouvernement.

Bien qu’il ait annoncé les grandes lignes du budget et les grandes orientations le mois dernier, c’est la première fois que le gouvernement se penche sur les affectations au niveau ministériel, les ministres n’ayant pas réussi à se mettre d’accord en février.

Avec une croissance de 7 % entre 2022 et 2023, le budget de base ne tient pas compte de l’inflation et des récents avertissements de hauts fonctionnaires des finances selon lesquels les recettes de l’État sont susceptibles de diminuer en raison des dommages économiques attendus, liés à l’effort continu de la coalition pour accroître son propre pouvoir aux dépens du système judiciaire.

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a présenté à la place un budget à la hausse, basé sur des chiffres de recettes dépassés. Smotrich a expliqué le mois dernier que le financement des promesses politiques, la hausse de l’inflation et les nouveaux accords salariaux des fonctionnaires ont compliqué le processus budgétaire et ont gonflé la proposition à 484,8 milliards de shekels en 2023 et à 513,7 milliards de shekels en 2024, contre 452,5 milliards de shekels en 2022. L’inflation est cependant une arme à double tranchant et l’augmentation des dépenses peut également exacerber le problème.

Un porte-parole du ministère des Finances a publié une déclaration accompagnant le budget, indiquant que parmi ses principaux objectifs figurent la réduction du coût de la vie, la réduction du monopole du marché et des barrières bureaucratiques dans le secteur des entreprises, le développement des infrastructures et du parc immobilier, et la lutte contre l’argent non déclaré.

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich, à gauche, présentant le budget de l’État à son ministère, à Jérusalem, le 28 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Cependant, les critiques maintiennent que le budget ne va pas assez loin pour réduire la flambée du coût de la vie, une promesse politique commune et la question la plus importante pour les électeurs des élections législatives de novembre.

Le site d’information Ynet a rapporté que la plupart des mesures relatives au coût de la vie ont été supprimées, y compris les politiques visant à lutter contre la concentration du marché en imposant des restrictions aux monopoles.

En outre, les familles qui travaillent ne bénéficieront pas d’un crédit d’impôt temporaire en 2023, et celui-ci ne reviendra qu’en 2024.

Ces derniers jours, plusieurs mesures politiques prévues pour augmenter les recettes, notamment la fin de l’exonération de la TVA pour les touristes et la réduction des avantages fiscaux pour les retraités, ont été supprimées de la proposition.

En outre, la forte augmentation des dépenses du gouvernement pourrait être doublement problématique, en contribuant à la hausse de l’inflation – qui s’élève actuellement à 5,2 % – et à l’augmentation de la dette nationale.

L’économiste en chef du ministère des Finances, Shira Greenberg, a récemment réduit de 10 milliards de shekels les prévisions de recettes pour l’année budgétaire 2023, les ramenant à 437 milliards de shekels, ce qui entraînera un déficit opérationnel de près de 52 milliards de shekels en 2023.

Dans le même ordre d’idées, Greenberg a prédit en début de semaine une contraction annuelle des recettes de l’État pouvant aller jusqu’à 100 milliards de shekels, liée à la dégradation potentielle du classement d’Israël en matière de démocratie et de gouvernance, à l’abaissement de sa note de crédit et à la frilosité des investisseurs si la réforme du système judiciaire est approuvée. Le gouverneur de la Banque centrale d’Israël, Amir Yaron, s’est fait l’écho de ces préoccupations sur CNN, déclarant que le remaniement judiciaire « hâtif » effrayait les investisseurs, qui sont l’âme du lucratif secteur high-tech israélien.

Shira Greenberg, économiste en chef du ministère des Finances en conférence de presse, à Jérusalem, le 23 septembre 2019. (Crédit : Flash90)

Le projet de budget du ministère des Finances devrait être soumis à la Knesset pour sa première lecture la semaine prochaine, quelques jours avant que le corps législatif ne prenne une pause d’un mois le 2 avril, avant Pessah.

Lundi, Greenberg a averti Smotrich que « les dommages causés aux recettes de l’État pourraient commencer à se manifester peu de temps après la mise en œuvre de la réforme » et, compte tenu du calendrier du gouvernement, elle a recommandé de réviser les prévisions de recettes sur lesquelles le budget 2023-2034 a été basé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.