100 km de tunnels du Hamas bombardés et 225 terroristes tués – Tsahal
Rechercher

100 km de tunnels du Hamas bombardés et 225 terroristes tués – Tsahal

Les écoles dans les zones visées par les roquettes restent fermées ; aucun tir de Gaza ni frappe israélienne n'a été signalé depuis 2 heures du matin

  • Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, visite un bâtiment à Petah Tikva touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, le 20 mai 2021. (Crédit : Miri Shimonovitch).
    Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, visite un bâtiment à Petah Tikva touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, le 20 mai 2021. (Crédit : Miri Shimonovitch).
  • L'envoyé israélien à l'ONU, Gilad Erdan prononce un discours le 20 mai 2021, en montrant une photo de la mosquée Al Aqsa remplie de pierres et de munitions. (Autorisation)
    L'envoyé israélien à l'ONU, Gilad Erdan prononce un discours le 20 mai 2021, en montrant une photo de la mosquée Al Aqsa remplie de pierres et de munitions. (Autorisation)
  • Un immeuble touché par une roquette à Ashkelon, le 20 mai 20210. (Crédit : Magen David Adom)
    Un immeuble touché par une roquette à Ashkelon, le 20 mai 20210. (Crédit : Magen David Adom)
  • Des Palestiniens célèbrent l'accord de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas en passant devant les décombres d'un bâtiment détruit dans la ville de Gaza, le 21 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Adel Hana)
    Des Palestiniens célèbrent l'accord de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas en passant devant les décombres d'un bâtiment détruit dans la ville de Gaza, le 21 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Adel Hana)
  • Des étudiants passent une épreuve du bac dans un abri dans le village de Tzafria, dans le centre d'Israël, le 20 mai 2021. (Crédit : Gil COHEN-MAGEN / AFP)
    Des étudiants passent une épreuve du bac dans un abri dans le village de Tzafria, dans le centre d'Israël, le 20 mai 2021. (Crédit : Gil COHEN-MAGEN / AFP)

La sœur de Goldin outrée que l’accord n’intègre pas le retour des captifs

Ayelet Kaufman, la sœur du soldat israélien Hadar Goldin, dont le corps est détenu par le Hamas à Gaza, a déploré que le cessez-le-feu ne prévoie pas la restitution de la dépouille de son frère et des autres captifs.

« Cela fait sept ans que nous attendons un appel téléphonique qui aurait dû arriver à 2 heures du matin », a-t-elle dit à la radio de l’armée, en faisant référence à l’heure à laquelle le cessez-le-feu est entré en vigueur.

« Ils ne nous ont pas parlé, ils n’ont même pas dit « nous avons essayé » », a ajouté Kaufman, estimant que les dirigeants du pays sont « indignes ».

« J’ai l’impression que nous avons perdu la tête, que la vérité est sortie – et qui osera le dire ? »

100 km de tunnels du Hamas bombardés et 225 terroristes tués – Tsahal

L’armée israélienne a déclaré avoir détruit plus de 100 kilomètres de tunnels dans la bande de Gaza au cours des 11 derniers jours de combat et tué quelque 225 membres du Hamas et du Jihad islamique palestinien, dont 25 hauts-commandants.

Dans un bilan quantitatif de la campagne, baptisée Opération Gardien des murs, l’armée affirme qu’elle a également détruit des centaines de lance-roquettes et d’infrastructures connexes et porté un « coup sérieux » aux capacités de production de roquettes du Hamas et du Jihad islamique.

Selon l’armée israélienne, l’armée a également détruit des dizaines d’installations utilisées par l’aile armée du Hamas, dont neuf tours, y compris une utilisée par l’Associated Press, Al-Jazeera et d’autres médias internationaux, ainsi qu’un certain nombre de bâtiments utilisés par le groupe terroriste dans sa gestion quotidienne de la bande de Gaza.

Il s’agissait notamment de 10 bureaux gouvernementaux, de 11 succursales du ministère de l’intérieur et de cinq banques, « qui géraient l’argent des terroristes », précise l’armée israélienne.

Sur le plan défensif, l’armée affirme avoir déjoué un certain nombre de tentatives de raids, détruit des dizaines d’équipes de missiles guidés antichars et intercepté sept attaques de drones et deux attaques navales.

L’armée a également indiqué que le système de défense antimissile du Dôme de Fer a intercepté environ 90 % des roquettes tirées.

Les chiffres derrière les 11 jours de combats entre Israël et le Hamas

Après 11 jours de tirs de roquettes et de frappes aériennes, Israël et le groupe terroriste Hamas ont convenu d’arrêter les combats. Voici quelques chiffres résumant l’opération Gardien des murs :

Environ 4 000 roquettes ont été tirées par des groupes terroristes palestiniens sur des villes, des communautés et des bases militaires israéliennes, dont des centaines ont atterri à l’intérieur de la bande de Gaza. Selon l’armée israélienne, 90 % des roquettes visant des zones habitées en Israël ont été interceptées par le système de défense aérienne du Dôme de Fer.

12 personnes ont été tuées en Israël, dont neuf Israéliens et trois travailleurs étrangers – deux de Thaïlande, un d’Inde. Deux des victimes sont décédées des suites de blessures subies lors de leur course vers un abri anti-bombes, tandis que les autres ont succombé à l’impact direct d’une roquette ou à des éclats d’obus. En outre, plus de 350 personnes ont été blessées.

Côté palestinien, le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a fait état d’un bilan de 232 morts, dont plus de 66 mineurs, et plus de 1 600 blessés dans les milliers de frappes aériennes israéliennes. Mais certains analystes pensent qu’il s’agit d’un sous-comptage et que davantage de membres du Hamas et du Jihad islamique palestinien ont été tués. L’armée affirme avoir tué 225 membres de groupes terroristes.

L’armée israélienne affirme également que certaines des victimes civiles de Gaza ont été tuées par les roquettes des groupes terroristes qui ont manqué leur cible et ont explosé à Gaza.

Tsahal dit avoir averti le Hamas de ne pas tirer de barrage avant la trêve

Le porte-parole de l’armée israélienne Hidai Zilberman a déclaré qu’avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu à 2 heures du matin, l’armée a transmis un message au Hamas selon lequel, en cas d’attaque à la roquette de grande envergure de la part du Hamas sur le centre d’Israël, l’armée riposterait par une frappe aérienne massive sur des dizaines de cibles terroristes.

Selon Zilberman, l’aviation israélienne est restée dans les airs, en vol stationnaire au-dessus de Gaza dans les heures précédant le cessez-le-feu, afin de mettre cette menace à exécution si nécessaire.

« Mais nous n’avons pas eu besoin de le faire. Il n’y a pas eu de barrage final », a dit Zilberman.

Levée des restrictions sécuritaires dans le Sud

Le porte-parole de Tsahal Hidai Zilberman a annoncé que le commandement de la défense passive devrait lever dans les prochaines heures certaines des restrictions imposées aux habitants du sud et le centre d’Israël, en vigueur pour certaines depuis le début des combats le 10 mai.

Toutefois, les troupes terrestres et les renforts déployés à la frontière de Gaza resteront en grande partie en place pendant le week-end, a précisé Zilberman.

La police rouvre les autoroutes près de Gaza fermées pendant les combats

La police israélienne a commencé à rouvrir les routes autour de la bande de Gaza qui avaient été fermées par crainte que des terroristes ne tirent des missiles guidés antichars sur les voitures qui les empruntent.

La police a fait savoir que la route 4 reliant Zikim à Yad Mordechai a été rouverte dans les deux sens, ainsi que la route 34 reliant Niram à Yad Mordechai.

L’armée lève toutes les restrictions après 7 heures de cessez-le-feu respecté

L’armée israélienne a annoncé qu’elle levait la quasi-totalité des restrictions de mouvement dans tout le pays, y compris dans les communautés adjacentes à la frontière de Gaza, alors que le cessez-le-feu semble se maintenir, sept heures après son entrée en vigueur.

Tsahal a toutefois précisé que les écoles et autres établissements d’enseignement resteront fermés aujourd’hui dans le sud et le centre d’Israël.

« Nous vous demandons d’être prudents autour des fragments de roquettes dans les zones ouvertes », a demandé l’armée.

Le cessez-le-feu n’est soumis à aucune condition, répète Jérusalem

La radio de l’armée a cité des responsables anonymes impliqués dans les négociations pour le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, selon lesquels l’accord qui est entré en vigueur à 2 heures du matin ne comporte aucune condition.

Ce reportage intervient après que le groupe terroriste a indiqué que l’accord comprenait des concessions israéliennes à Jérusalem concernant le mont du Temple et/ou les expulsions prévues à Sheikh Jarrah.

Les responsables ont ajouté que des médiateurs égyptiens arriveront dans les prochains jours pour tenter de faire baisser les tensions à Jérusalem.

Blinken se rendra au Moyen-Orient « dans les prochains jours »

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken au département d'État à Washington, le 5 avril 2021. (Al Drago / Pool via AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken au département d'État à Washington, le 5 avril 2021. (Al Drago / Pool via AP)

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken se rendra au Moyen-Orient « dans les prochains jours », a-t-il annoncé jeudi sur Twitter, après l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas à Gaza.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken se rendra au Moyen-Orient « dans les prochains jours », a-t-il annoncé jeudi sur Twitter, après l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas à Gaza.

« Je me rendrai dans la région dans les prochains jours et je suis impatient de rencontrer le ministre (israélien) des Affaires étrangères et d’autres responsables israéliens, palestiniens et régionaux », a-t-il tweeté.

Ces rencontres auront pour but de « travailler ensemble à la construction d’un avenir meilleur pour les Israéliens et les Palestiniens », a indiqué le département d’Etat dans un communiqué.

Antony Blinken a échangé avec son homologue israélien Gabi Ashkenazi, avec qui il avait déjà parlé dans la matinée, et s’est « félicité » de l’accord de cessez-le-feu.

Lors de leur conversation, les deux responsables ont « exprimé leur gratitude pour les efforts de médiation de l’Egypte », dont le rôle avait été salué par le président américain Joe Biden depuis la Maison Blanche jeudi après-midi.

Ashkenazi remercie Blinken pour le soutien « sans compromis » de Washington

Le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi a déclaré qu’il s’est entretenu avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken et l’a remercié pour le « soutien sans compromis » de Washington à Israël pendant les combats à Gaza.

Il a également confirmé que Blinken est attendu prochainement dans la région.

Les politiciens critiquent le gouvernement et jugent l’accord « embarrassant »

Plusieurs personnalités politiques ont critiqué le gouvernement au sujet du cessez-le-feu conclu avec le Hamas.

Le chef du parti Tikva Hadasha Gideon Sa’ar, le qualifie « d’embarrassant ».

« Avec les meilleurs renseignements et la meilleure force aérienne du monde, Netanyahu a réussi à arracher au Hamas un ‘cessez-le-feu inconditionnel’ – embarrassant », a tweeté le rival de droite du Premier ministre.

Le chef de l’opposition Yair Lapid, qui est actuellement chargé de former un gouvernement mais dont les chances ont été balayées par les combats, a tweeté que « l’armée a réussi dans les tâches qui lui ont été confiées, le gouvernement a échoué. »

Le chef du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich, qui a exigé que tout cessez-le-feu ne comprenne aucune concession relative à Jérusalem, a déclaré que si le cessez-le-feu n’était effectivement pas assorti de conditions, le lieu saint du mont du Temple, théâtre d’embrasements, devrait être rouvert immédiatement aux Juifs.

« Tout le reste prouverait tristement que le Hamas dit la vérité et que les sources diplomatiques ont menti », a-t-il écrit.

Le député extrémiste du Parti sioniste religieux Itamar Ben Gvir a déclaré que « le cessez-le-feu embarrassant est une grave capitulation devant le terrorisme et les exigences du Hamas. C’est une nuit difficile pour l’État d’Israël et son pouvoir de dissuasion. »

Le maire d’Ashkelon aurait voulu que le Hamas soit éliminé

Le maire d’Ashkelon, Tomer Glam, dont la ville a été bombardée presque sans interruption par des roquettes en provenance de Gaza pendant les 11 jours de combats, a exprimé sa déception face au cessez-le-feu, déclarant au radiodiffuseur public Kan que « nous aurions voulu que le Hamas soit éliminé, mais nous savons que cela n’arrivera pas ».

« Pour l’instant, ce qui est important, c’est qu’Ashkelon obtienne ce qui lui a été promis par le gouvernement, et que les lacunes concernant les espaces sécurisés soient supprimées », a demandé Glam. « Je vais m’assurer que cela se fasse. »

Le mouvement terroriste du Hezbollah salue son confrère palestinien

Des partisans du groupe terroriste du Hezbollah tiennent des portraits de son chef Hassan Nasrallah (droite) et son ancien chef militaire Imad Mughniyeh lors d'une manifestation à Beyrouth le 11 décembre 2017. L'histoire de l'assassinat ciblé de Mughniyeh par Israël est le sujet de la nouvelle série télévisée HBO/Keshet (AFP Photo/Joseph Eid)
Des partisans du groupe terroriste du Hezbollah tiennent des portraits de son chef Hassan Nasrallah (droite) et son ancien chef militaire Imad Mughniyeh lors d'une manifestation à Beyrouth le 11 décembre 2017. L'histoire de l'assassinat ciblé de Mughniyeh par Israël est le sujet de la nouvelle série télévisée HBO/Keshet (AFP Photo/Joseph Eid)

Le Hezbollah a salué vendredi une « victoire historique » des groupes terroristes palestiniens à Gaza après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu.

« Le Hezbollah félicite le peuple palestinien héroïque et sa vaillante résistance pour la victoire historique remportée (…) contre l’ennemi sioniste », a indiqué dans un communiqué le mouvement chiite armé, poids lourd de la politique libanaise mais considéré comme un groupe « terroriste » par Israël et les Etats-Unis.

Le Hezbollah « salue en particulier les résistants, les martyrs, les blessés et leurs familles » tout comme « la direction des factions de la résistance palestinienne, qui étaient à la hauteur de cette bataille », en référence aux groupes terroristes palestiniens de la bande de Gaza.

Un membre du Hezbollah a été blessé par les soldats israéliens alors qu’il tentait de saboter la barrière frontalière. Il a ensuite succombé à ses blessures. Il a été enterré dans des funérailles organisées par le Hezbollah.

Les groupes terroristes ont détourné le sens du mot « résistance ».

Des personnes en deuil portent le cercueil de Mohamad Kassem Tahan, membre du mouvement Hezbollah soutenu par l’Iran, tué un jour plus tôt à la frontière avec le Liban, lors de ses funérailles dans le sud du Liban village d’Adloun, le 15 mai 2021. – Des centaines de personnes brandissant des drapeaux palestiniens et les couleurs jaunes du Hezbollah se sont rassemblées pour les funérailles. (Crédit : Anwar AMRO / AFP)

Le chef de l’ONU appelle à « soutenir le peuple palestinien et renforcer ses institutions »

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, à l'ouverture du sommet de la COP24 à Katowice, en Pologne, le 3 décembre 2018. (Crédit : Janek SKARZYNSKI/AFP)
Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, à l'ouverture du sommet de la COP24 à Katowice, en Pologne, le 3 décembre 2018. (Crédit : Janek SKARZYNSKI/AFP)

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, se félicite du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

« Je salue le cessez-le-feu entre Gaza et Israël, après 11 jours d’hostilités meurtrières. J’adresse mes plus sincères condoléances aux victimes de la violence et à leurs proches », a déclaré Guterres, sans évoquer le nom du groupe terroriste palestinien à la tête de l’enclave – à l’instar du Premier ministre français Jean Castex dans une récente intervention à l’Assemblée nationale.

« Je félicite l’Égypte et le Qatar pour les efforts qu’ils ont déployés, en étroite coordination avec l’ONU, pour aider à rétablir le calme à Gaza et en Israël. J’appelle toutes les parties à respecter le cessez-le-feu. »

Il appelle la communauté internationale à « travailler avec les Nations Unies à l’élaboration d’un dispositif d’aide intégré et conséquent, pour la reconstruction et la réhabilitation rapides et durables, afin de soutenir le peuple palestinien et renforcer ses institutions ».

Le groupe terroriste du Hamas estime avoir remporté « la victoire » sur Israël

Les Palestiniens célèbrent dans les rues à la suite du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, à Gaza, le 21 mai 2021. (Photo : MAHMUD HAMS / AFP)
Les Palestiniens célèbrent dans les rues à la suite du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, à Gaza, le 21 mai 2021. (Photo : MAHMUD HAMS / AFP)

Un haut responsable du Hamas revendique la victoire dans le conflit avec Israël, lors d’un discours prononcé devant des milliers de personnes qui célébraient dans la ville de Gaza, après la mise en place d’un cessez-le-feu.

« C’est l’euphorie de la victoire », a déclaré Khalil al-Hayya, second membre en importance au bureau politique du groupe terroriste islamiste dans la bande de Gaza.

Il a également promis de reconstruire les maisons détruites par les frappes aériennes israéliennes.

Berlin : il faut « s’attaquer aux causes profondes » du conflit

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, visite un bâtiment à Petah Tikva touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, le 20 mai 2021. (Crédit : Miri Shimonovitch).
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, visite un bâtiment à Petah Tikva touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, le 20 mai 2021. (Crédit : Miri Shimonovitch).

Le chef de la diplomatie allemande a salué vendredi le cessez-le-feu, en soulignant qu’il fallait désormais « s’attaquer aux causes profondes » du conflit.

« C’est bien qu’un cessez-le-feu intervienne » et qu’il n’y ait « plus de victimes », s’est réjoui sur Twitter Heiko Maas, tout juste rentré d’une visite en Israël et dans les territoires palestiniens.

Le ministre du gouvernement d’Angela Merkel a adressé un « grand merci à l’Egypte pour sa médiation » qui a abouti au cessez-le-feu.

« Il est maintenant temps de s’attaquer aux causes profondes, de rétablir la confiance et de trouver une solution au conflit du Proche-Orient », a conclu M. Maas.

Maire de Sderot : « Je ne comprends pas pourquoi nous avons un cessez-le-feu »

Alon Davidi, maire de la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 27 mars 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Alon Davidi, maire de la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 27 mars 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le maire de Sderot, très touché par les tirs de roquettes, Alon Davidi, s’est fait l’écho des attaques généralisées contre le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu par les responsables des communautés frontalières de Gaza au sujet du cessez-le-feu avec le Hamas.

« Je ne comprends pas pourquoi nous avons un cessez-le-feu, il n’y a aucune raison d’avoir un cessez-le-feu », a déclaré Davidi à Radio 103FM.

« Le Premier ministre et le gouvernement ont eu notre soutien, il y a eu des accomplissements, mais rien de tout cela ne change l’équilibre des forces ».

« Il semble que personne ne veuille vaincre le Hamas », a-t-il ajouté. « Israël se limite à utiliser les frappes aériennes et l’artillerie, qui ne permettent jamais de remporter une victoire décisive. Nous ne cherchons pas la guerre à tout prix, mais le travail du gouvernement et du Premier ministre est de trouver la formule qui permettra de rétablir une vie normale. »

Les habitants du sud d’Israël ont « l’impression d’avoir traversé tout ça pour rien »

Un Israélien constate les dégâts causés à sa maison après une attaque à la roquette depuis la bande de Gaza, dans la ville de Sderot, le 15 mai 2021. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Un Israélien constate les dégâts causés à sa maison après une attaque à la roquette depuis la bande de Gaza, dans la ville de Sderot, le 15 mai 2021. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Certains habitants du sud d’Israël ont critiqué le cessez-le-feu conclu par le gouvernement avec le Hamas, affirmant que l’opération à Gaza aurait dû se poursuivre.

« Nous avons l’impression d’avoir traversé tout cela pour rien », déclare un homme au micro de la Douzième chaîne. « Il y a eu des accomplissements grâce à l’armée, mais il n’y a pas de stratégie. Quel genre de cessez-le-feu est-ce là ? »

Mais d’autres ont fait part de leur optimisme. À Ashkelon, la ville qui a été ciblée par le plus de roquettes, un homme raconte à la Douzième chaîne que lui et sa famille de quatre enfants sont sortis aujourd’hui de chez eux pour la première fois en 10 jours.

Il dit que la famille avait trop peur de sortir chez elle, même pour jeter les poubelles et a exprimé l’espoir que la vie normale puisse maintenant reprendre.

Israël rouvre le passage de Kerem Shalom, renouvelant l’entrée de marchandises

Israël a rouvert le point de passage de Kerem Shalom, autorisant de nouveau le transfert de marchandises dans la bande de Gaza après 11 jours de combats qui se sont terminés par un cessez-le-feu.

De nombreux membres de la communauté internationale ont demandé la réouverture rapide du point de passage afin de permettre l’acheminement de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Seulement 33 nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués hier

Selon le ministère de la Santé, seulement 33 nouveaux cas de coronavirus ont été diagnostiqués hier, ce qui porte à 839 281 le nombre total de cas en Israël depuis le début de la pandémie.

Il y a 565 cas actifs en Israël, dont 61 personnes dans un état grave.

Plus de 5,4 millions de personnes ont maintenant reçu les deux doses du vaccin contre le coronavirus.

L’UE salue un cessez-le-feu « mettant fin à la violence à Gaza et dans ses environs »

Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, s'exprime lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le lundi 22 mars 2021. (Crédit : Aris Oikonomou, Pool via AP)
Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, s'exprime lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le lundi 22 mars 2021. (Crédit : Aris Oikonomou, Pool via AP)

L’Union européenne s’est félicitée vendredi du cessez-le-feu entré en vigueur entre Israël et le groupe terroriste du Hamas palestinien au pouvoir dans la bande de Gaza et s’est engagée à soutenir les efforts en vue d’une « solution politique » à long terme.

« L’Union européenne se félicite du cessez-le-feu annoncé mettant fin à la violence à Gaza et dans ses environs. Nous félicitons l’Égypte, le Qatar, les Nations unies, les États-Unis et d’autres qui ont joué un rôle de facilitateur à cet égard », a déclaré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans un communiqué, sans dire les mots Israël, ni le Hamas.

« Nous sommes consternés et regrettons les pertes de vies humaines de ces 11 derniers jours. Comme l’UE n’a cessé de le répéter, la situation dans la bande de Gaza est depuis longtemps intenable », a-t-il ajouté.

« Seule une solution politique apportera une paix durable et mettra fin une fois pour toutes au conflit israélo-palestinien. Rétablir un horizon politique vers une solution à deux États reste de la plus haute importance », a poursuivi le chef de la diplomatie européenne.

Il a assuré que « l’UE est prête à soutenir pleinement les autorités israéliennes et palestiniennes dans ces efforts ».

« L’UE renouvelle à cette fin son engagement avec les principaux partenaires internationaux, notamment les États-Unis, et d’autres partenaires dans la région, ainsi qu’avec le Quartette pour le Proche-Orient », a-t-il poursuivi.

Netanyahu : Israël a atteint ses objectifs à Gaza, a « changé la règle du jeu »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en conférence de presse après le cessez-le-feu avec le Hamas, à Tel Aviv, le 21 mais2021. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en conférence de presse après le cessez-le-feu avec le Hamas, à Tel Aviv, le 21 mais2021. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a remercié le peuple israélien pour sa « résilience » pendant les combats, dans une déclaration spéciale depuis le quartier général militaire de la Kirya à Tel Aviv. Il a affirmé que les objectifs de l’opération de Gaza ont été « extraordinairement » atteints.

Il a également remercié tous les responsables impliqués dans les efforts militaires, civils et de relations publiques pendant les combats. Tous ont travaillé de concert pour assurer la sécurité d’Israël, a-t-il souligné.

Il a ajouté que la « seule considération » qu’il a eue dans l’opération était de « préserver la sécurité d’Israël » et de « défendre la vie de ses citoyens et de ses soldats », et que tout ce qui concerne le résultat et l’impact des frappes israéliennes n’est pas encore connu du public, ni même du Hamas. « Nous avons fait des choses audacieuses et innovantes, sans nous laisser entraîner dans des mésaventures inutiles ».

Il a souligné ne pas avoir ordonné d’opération terrestre à Gaza parce qu’il estimait que ce n’était pas nécessaire. « Si je l’avais jugée nécessaire, je l’aurais ordonnée », a-t-il précisé. « Il y aura aussi des critiques mais nous avons agi avec détermination, avec sagesse et avec une responsabilité suprême… Je considère qu’il est de ma responsabilité de protéger les mères, les fils, nos soldats et d’éviter les pertes de vie inutiles. »

De gauche à droite : le chef du Shin Bet Nadav Argaman, le chef d’état-major de TsahaI Aviv Kohavi, le ministre de la Défense Benny Gantz et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, lors d’une conférence de presse après le cessez-le-feu avec le Hamas, à Tel Aviv, 21 mai 2021. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

« Par conséquent, nous avons causé un maximum de pertes au Hamas tout en minimisant les pertes israéliennes », a-t-il déclaré, exprimant sa tristesse pour chaque vie civile perdue.

Il a ajouté qu’Israël a atteint son objectif de porter au Hamas un « coup inimaginable » en détruisant le « métro », le réseau de tunnels terroristes qu’il a construit à Gaza et qui, selon lui, s’est transformé en « piège mortel », ainsi qu’en recevant des « coups massifs » en surface et sous terre.

Il a ajouté que le groupe terroriste avait voulu mener de nombreuses attaques transfrontalières – y compris à la fin de l’opération – mais qu’il a été contrecarré par la barrière souterraine d’Israël autour de Gaza, son « mur de fer ».

« Chaque fois qu’ils s’approchaient », les capteurs de la barrière souterraine détectaient les terroristes, « ils étaient détruits sous terre ».

Il a affirmé qu’Israël a détruit « une proportion considérable » des itinéraires de tunnels internes du Hamas, son « métro« , dans lequel le Hamas avait investi de vastes ressources. « Nous avons endommagé plus de 100 kilomètres » de ce réseau, qui s’est transformé en « un piège mortel pour les terroristes ».

En surface, il affirme qu’Israël a tué plus de 200 terroristes, dont 25 hauts responsables. « Et ceux qui ne sont pas morts savent aujourd’hui que nous pouvons les atteindre partout – au-dessus ou au-dessous du sol », dit-il, en parlant d’un « exploit qu’aucune armée n’a jamais réalisé ».

Il a énuméré différentes cibles terroristes – dont « neuf tours terroristes » – qu’Israël a frappées. « Aucun de ces bâtiments n’était innocent », a-t-il dit, faisant allusion à la controverse suscitée par la démolition d’une tour où de nombreuses agences de presse avaient leurs bureaux, mais plutôt « des bureaux du Hamas, des centres de commandement du Hamas, des dépôts d’armes du Hamas. Nous avons frappé des usines de roquettes, des laboratoires d’armes, des magasins d’armes. Et nous l’avons fait avec un minimum de dommages pour les civils non impliqués » – en faisant des « efforts extrêmes » pour ne pas blesser les civils, des mesures qui, selon lui, n’ont été prises « par aucun pays dans le monde ».

« Tsahal est l’armée la plus morale du monde. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en conférence de presse après le cessez-le-feu avec le Hamas, à Tel Aviv, le 21 mais2021. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Selon Netanyahu, l’ensemble de l’opération, y compris la neutralisation des drones du Hamas et de la plupart des tirs de roquettes – grâce à un Dôme de fer amélioré – et la neutralisation des tentatives du Hamas d’attaquer depuis la mer, a « changé la règle du jeu » et incité le Hamas à être plus prudent à l’avenir avant d’attaquer Israël.

« La plupart des capacités du Hamas ont été mises à mal – bien plus sérieusement que ce que les commandants du Hamas imaginaient. Le Hamas pensait qu’il pouvait tirer sur Jérusalem et les villes d’Israël, et que nous réagirions en faisant comme d’habitude. » Au lieu de cela, le Hamas a été pilonné pendant 11 jours. « Les règles du jeu ont été modifiées… Nous avons changé la règle du jeu non seulement en ce qui concerne l’opération, mais aussi en ce qui concerne l’avenir. Si le Hamas pense que nous tolérerons une ‘bruine’ de roquettes, il se trompe. Nous répondrons avec un tout nouveau niveau de force à chaque cas d’agression contre les communautés de l’enveloppe de Gaza ou de tout autre endroit en Israël. Le passé est révolu, le futur sera différent ».

Le Hamas peut se vanter en sortant des tunnels, dit-il, « mais ils se rendent bien compte de la destruction qu’ils ont provoquée à l’intérieur de Gaza… ils savent que nous les avons fait reculer des années en arrière. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en conférence de presse après le cessez-le-feu avec le Hamas, à Tel Aviv, le 21 mais2021. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Il a adressé ses remerciements au président américain Joe Biden et a déclaré que leurs six récentes conversations ont toutes été amicales et chaleureuses. Il a fait valoir qu’à côté des critiques et des pressions internationales, y compris dans les médias, Israël a également reçu un soutien international remarquable de la part de dizaines de pays et a mené des efforts diplomatiques fructueux avec de nombreux dirigeants mondiaux. Il affirme avoir assuré à Biden que l’opération s’arrêterait lorsque ses objectifs seraient atteints, que Biden « l’a compris » et que c’est précisément ce qui s’est passé. « Nombreux sont ceux dans le monde qui sont capables de faire la distinction entre Israël, un État démocratique qui sanctifie la vie et possède l’armée la plus morale du monde, et une organisation terroriste sanguinaire qui sanctifie la mort et commet un double crime de guerre : tirer délibérément sur [nos] civils tout en utilisant leurs civils comme boucliers humains. »

Dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir du haut à gauche : Avera Mengistu, Hisham al-Sayed, Hadar Goldin et Oron Shaul. (Flash 90/Times of Israel)

Il a assuré qu’Israël n’oubliait pas les civils captifs Avera Mengistu et Hisham al-Sayed et les corps des soldats de Tsahal Hadar Goldin et Oron Shaul, et s’est engagé à les ramener chez eux, suite aux critiques selon lesquelles la question n’a pas été discutée dans le cadre du cessez-le-feu.

Il a également promis l’allocation d’aides supplémentaires pour Ashkelon et d’autres communautés du sud meurtries, supérieures à celles qu’elles ont reçues après la guerre de 2014. « Ashkelon a été touchée par 1 000 roquettes », note-t-il, et a besoin de plus de protection, et de plus d’avantages économiques. La zone sud a prospéré après la guerre de 2014, et prospérera à nouveau maintenant, encore plus rapidement. »

« Nous avons arrêté 1 300 personnes et traité les émeutiers d’une main lourde », a-t-il dit à propos de l’éruption de violence arabo-juive à l’intérieur d’Israël. Il a réitéré ses demandes aux dirigeants arabes de condamner les émeutes, affirmant qu’il s’agit d’une « minorité significative » au sein de cette communauté. « Personne ne prendra la loi entre ses mains – ni les Arabes, ni les Juifs. Personne. Nous sommes un État respectueux de la loi. Et nous sommes un seul État… Nous améliorerons la coexistence… afin que tous les Israéliens, sans exception, fassent partie de l’étonnante réussite de notre pays. »

Arrestation de suspects juifs après l’agression d’un Arabe la semaine dernière

Le Shin Bet a annoncé avoir arrêté un certain nombre de suspects juifs en relation avec l’agression au couteau d’un homme arabe à Jérusalem la semaine dernière.

La victime a été grièvement blessée lors de l’attaque du 13 mai.

Selon le Shin Bet, l’agression au couteau a été motivée par le nationalisme.

Un embargo a été imposé sur l’identité des suspects et les détails de l’enquête.

Les tensions entre les communautés juive et arabe d’Israël se sont aggravées ces derniers jours, avec de multiples incidents violents – dont un mortel – alors que la police ne semble pas équipée pour gérer les troubles internes les plus graves que le pays ait connus depuis des années.

Après sa comparaison osée avec les Ouïghours, Pékin donnera de l’argent à Gaza

Illustration : Un assistant médical prépare une dose du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 dans un centre de vaccination de l'Université du Nevada, Las Vegas, le 22 janvier 2021. (AP Photo / John Locher, File)
Illustration : Un assistant médical prépare une dose du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 dans un centre de vaccination de l'Université du Nevada, Las Vegas, le 22 janvier 2021. (AP Photo / John Locher, File)

La Chine s’est félicitée vendredi du cessez-le-feu entré en vigueur entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, et a annoncé l’envoi d’une aide humanitaire à destination des Palestiniens.

« La Chine salue le cessez-le-feu entre les deux parties et espère que les deux camps respecteront sérieusement le cessez-le-feu et la fin des violences », a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

« La communauté internationale doit promouvoir le retour des discussions de paix entre la Palestine et Israël, et trouver une solution à deux Etats juste, durable et complète », a-t-il poursuivi.

La Chine s’est engagée à envoyer une aide d’urgence d’un million de dollars aux Palestiniens, puis un deuxième don du même montant à destination de l’UNRWA, l’agence onusienne controversée d’aide aux réfugiés. La Chine va aussi expédier 200 000 doses de vaccins contre le Covid-19 aux Palestiniens.

« La Chine apprécie la médiation de l’Egypte, des Nations unies et des autres parties », a ajouté Zhao Lijian.

En marge du conflit, la Chine s’est largement opposée à ce qu’elle a appelé « l’obstruction » américaine pour faire adopter une déclaration appelant à la fin des hostilités au Conseil de sécurité de l’ONU.

« Les Etats-Unis répètent qu’ils se préoccupent des droits des musulmans (…) mais ils ignorent la souffrance des Palestiniens », a récemment martelé la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

La porte-parole chinoise osait faire ainsi le rapprochement avec l’intérêt porté par Washington aux Ouïghours, une ethnie musulmane du nord-ouest de la Chine.

Dans une longue enquête publiée le mois dernier, la BBC a rapporté des allégations de viols systématiques, d’abus sexuels et de torture dont des viols à l’aide de bâtons électrifiés, sur des femmes détenues au Xinjiang, région de l’ouest de la Chine où les Ouïghours constituent le principal groupe ethnique.

A LIRE – Israël/Hamas : Quand la TV chinoise et Erdogan recourent à l’antisémitisme

Dans une vidéo publiée mardi sur Twitter, le service anglophone de la chaine d’info publique chinoise CGTN mettait effectivement en avant ce qu’elle a appelé le « lobby puissant » des Juifs aux Etats-Unis, tout en estimant que « les Juifs dominent les secteurs de la finance, des médias et de l’internet » dans ce pays.

L’ambassade d’Israël en Chine a critiqué mardi « l’antisémitisme flagrant » d’une vidéo de la télévision chinoise publique CGTN, mettant en avant le « lobby puissant » des Juifs aux Etats-Unis.

La Chine, qui préside ce mois-ci le Conseil de sécurité à l’ONU, utilise fréquemment son droit de véto pour bloquer les motions visant ses alliés, comme la Syrie…

Toutes les écoles pourront rouvrir dès dimanche

Des étudiants passent une épreuve du bac dans un abri dans le village de Tzafria, dans le centre d'Israël, le 20 mai 2021. (Crédit : Gil COHEN-MAGEN / AFP)
Des étudiants passent une épreuve du bac dans un abri dans le village de Tzafria, dans le centre d'Israël, le 20 mai 2021. (Crédit : Gil COHEN-MAGEN / AFP)

Le commandement de la défense passive a annoncé que tous les établissements d’enseignement du pays seront autorisés à fonctionner à partir de dimanche.

Cette annonce intervient quelques heures après que l’armée a levé la majorité des restrictions sur les déplacements et les rassemblements.

Les enfants du sud et du centre du pays ont été déscolarisés pendant plusieurs jours car ces zones ont été la cible de tirs de roquettes en provenance de Gaza.

Gantz : Il faut une solution diplomatique à Gaza et renforcer les modérés

Le ministre de la Défense Benny Gantz lors d'une déclaration publique, le 21 mai 2021. (Capture d'écran)
Le ministre de la Défense Benny Gantz lors d'une déclaration publique, le 21 mai 2021. (Capture d'écran)

Le ministre de la Défense Benny Gantz s’est exprimé après le Premier ministre Netanyahu à la Kirya de Tel Aviv, saluant, comme l’a fait aussi le Premier ministre, l’opération à Gaza – et ajoutant que l’armée israélienne avait « pris par surprise » le Hamas par l’intensité de ses frappes.

« Une mission est accomplie mais le travail n’est pas encore terminé », a-t-il noté, évoquant le défi posé par le Hamas à Gaza.

« Nous avons atteint tous nos objectifs opérationnels », a-t-il continué, et « fait reculer l’ennemi de nombreuses années ».

Le Hamas « regrette profondément ce qu’il a choisi de faire » en initiant le conflit et la riposte militaire, a-t-il précisé, s’était préparée pendant des mois, voire des années. Le front intérieur israélien, a-t-il affirmé, s’est avéré être « dur comme de l’acier ».

Mais maintenant que « la phase militaire est terminée, il est temps de passer à l’action diplomatique », a-t-il poursuivi.

« Sur les décombres des maisons des leaders du Hamas et sur plus de cent kilomètres de tunnels terroristes, nous devons construire une nouvelle réalité », a-t-il dit. « Cela ne signifie pas de conclure des accords à la hâte mais il est indispensable d’amorcer des processus à long-terme qui affaibliront les extrémistes et qui renforceront et rassembleront les modérés… La paix a une chance », a-t-il indiqué.

« Nous devons conditionner le développement et la reconstruction à Gaza non seulement au calme » mais également à la restitution des dépouilles des soldats et des civils qui sont retenus en otage à Gaza, et aussi à de nouvelles initiatives créatrices « d’espoir, de croissance et de modération ».

Le ministre de la Défense Benny Gantz, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et, derrière eux, le chef du Shin Bet Nadav Argaman, lors d’une conférence de presse après le cessez-le-feu à Gaza, à Tel Aviv, le 21 mai 2021.

« Si nous ne passons pas à l’action diplomatique, rapidement et de manière avisée », a-t-il continué, cette opération restera « simplement une nouvelle série de conflit qui sera suivie d’une autre ».

Il a appelé Netanyahu à ne pas « transformer une victoire militaire sans précédent en opportunité diplomatique manquée, Dieu nous en préserve », ajoutant que le dossier de la bande devait être appréhendé aux niveaux stratégique et diplomatique à long-terme.

Il a ajouté que les citoyens d’Israël, en particulier dans le sud du pays, méritaient le calme. Et le calme est dans l’intérêt également, a-t-il expliqué, des résidents de Gaza – « un calme susceptible de donner lieu à un travail productif plutôt qu’à des usines de production de roquettes », un calme qui viendrait remplacer la haine et l’hostilité nourries par les dirigeants de l’enclave côtière. Ainsi, ces derniers tiennent en otage la population de Gaza, « dans la pauvreté et dans la désespérance », a-t-il insisté. « Cela serait une bonne chose qu’ils puissent bénéficier de soins de santé modernes, d’eau, d’infrastructures de traitement des eaux usées et d’hôpitaux qui ne servent pas de refuges aux terroristes et d’entrepôts pour les roquettes ».

Concernant les émeutes qui ont opposé Arabes et Juifs dans un grand nombre de villes mixtes, Gantz a lancé un message en faveur de la coexistence, disant que l’éducation à l’acceptation de « l’autre » devait être renforcée.

Pakistan : 6 morts dans une explosion lors d’un rassemblement pro-Palestiniens

Au moins six personnes ont été tuées et 14 autres blessées dans l’explosion d’une bombe pendant un rassemblement en faveur de la cause palestinienne vendredi dans une ville du Pakistan frontalière de l’Afghanistan, ont annoncé des responsables locaux.

« Un engin explosif artisanal a explosé au moment où les participants commençaient à se disperser », a déclaré Tariq Mengal, un haut responsable de l’administration de la ville de Chaman, au Baloutchistan pakistanais.

Un second responsable a confirmé ce bilan.

Des milliers de personnes se sont rassemblées en soutien aux Palestiniens dans différentes villes du Pakistan vendredi, quelques heures après l’annonce du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza.

Le ministre des Affaires étrangères avait proféré des insultes ouvertement antisémites à la télévision, lors d’une interview en direct avec la chaîne CNN.

Liberman : « Cessez-le-feu ? Et si on cessait aussi [le flux] d’argent ? »

Le président d'Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, fait une déclaration à l'ouverture de la réunion hebdomadaire de son groupe à la Knesset, le 7 septembre 2020. (Yisrael Beytenu)
Le président d'Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, fait une déclaration à l'ouverture de la réunion hebdomadaire de son groupe à la Knesset, le 7 septembre 2020. (Yisrael Beytenu)

Avigdor Liberman, chef du parti Yisrael Beytenu, a critiqué Benjamin Netanyahu en évoquant le flux d’argent en espèces presque mensuel que le Qatar fournit à Gaza.

« Cessez-le-feu ? Et si on cessait aussi [le flux] d’argent ? » a tweeté Liberman.

Avec l’approbation d’Israël, le Qatar, depuis 2018, a régulièrement fourni des millions de dollars en espèces aux dirigeants du Hamas de Gaza pour payer le carburant de la centrale électrique de l’enclave, permettre au groupe terroriste de payer ses fonctionnaires, et fournir une aide à des dizaines de milliers de familles pauvres.

Le chef de Tsahal : le Hamas a commis une “erreur” en attaquant

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, a déclaré dans un communiqué depuis la base de Kirya à Tel Aviv, que la dernière opération s’était terminée avec des résultats « très différents » des flambées de violence précédentes, et que le Hamas « avait commis une erreur grave et profonde en tirant sur Israël ».

Kohavi, tout comme Netanyahu et Gantz avant lui, a réaffirmé que le groupe terroriste palestinien avait subi un coup plus dur que prévu.

Le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi, lors d’une conférence de presse après le cessez-le-feu avec Gaza, le 21 ma1 2021. (Capture d’écran)

« Le Hamas nous a mal perçus et a été confronté à une force à laquelle il ne s’attendait pas », a-t-il expliqué, ajoutant que l’armée « a fait d’énormes efforts pour ne pas nuire aux civils » en dépit du fait que le Hamas opère dans des zones civiles.

Il a affirmé que ce n’est pas un hasard si les tirs de roquettes du Hamas se sont raréfiés vers la fin des combats, une insinuation que le coup porté à la capacité de lancement de roquettes du Hamas a été considérable.

Le chef du Shin Bet Nadav Argaman, lors d’une conférence de presse après le cessez-le-feu à Gaza, le 21 mai 2021. (Capture d’écran)

Le chef du Shin Bet, Nadav Argaman, a également pris la parole, affirmant que le résultat de l’opération pourrait changer la réalité du conflit, « en fonction de ce qui va se passer à partir de maintenant ».

« Les règles du jeu ont changé et ce qui fut n’est pas ce qui sera », a déclaré Argaman. « Le Hamas à la veille de ce conflit n’a rien à voir avec le Hamas du lendemain. »

À l’abri depuis le Qatar où il vit, le chef du Hamas proclame la « victoire » du Hamas

Illustration : Le chef politique du Hamas Ismail Haniyeh lors d'une cérémonie d'inauguration du complexe médical de Rafah à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 23 novembre 2019. (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)
Illustration : Le chef politique du Hamas Ismail Haniyeh lors d'une cérémonie d'inauguration du complexe médical de Rafah à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 23 novembre 2019. (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)

Le chef du groupe terroriste du Hamas, Ismail Haniyeh, salue la « victoire » du Hamas lors des récents affrontements avec Israël, affirmant que cela aura des conséquences importantes sur les relations de la région du Moyen Orient avec l’État juif.

« Nous avons détruit le projet de ‘coexistence’ avec Israël, de ‘normalisation’ avec Israël », a affirmé Haniyeh.

Le chef du groupe terroriste promet que le Hamas bénéficiera d’un soutien régional croissant après ces 11 jours de conflit.

« Ce qui suivra après cette bataille sera différent de ce qui l’a précédée… vous allez encore assister à de nombreux contacts et succès [diplomatiques] », a annoncé Haniyeh.

« Nous avons vu comment notre nation s’est levée… pour soutenir Jerusalem, la Palestine et la résistance. »

La Jordanie signale des pannes de courant généralisées dans tout le royaume

La compagnie électrique jordanienne a signalé des pannes de courant de grande ampleur dans tout le royaume hachémite, qui seraient dues à un dysfonctionnement en Égypte, selon l’agence de presse officielle Petra.

Le Premier ministre du pays est arrivé au siège de la société pour suivre de près la situation, indique l’agence de presse.

Une résolution classant le Hamas comme terroriste soumise au Parlement ukrainien

Une résolution reconnaissant le Hamas comme une organisation terroriste a été soumise au Parlement ukrainien, rapporte l’Agence ukrainienne d’information indépendante.

La mesure a été présentée par environ 80 membres de diverses factions, dont David Arakhamia, le dirigeant du parti au pouvoir Serviteur du Peuple.

Michaeli accuse Netanyahu d’utiliser le cessez-le-feu pour renforcer son pouvoir

La nouvelle dirigeante du parti Avoda Merav Michaeli prononce un discours après avoir remporté les primaires à la présidence du parti, le 24 janvier 2021. (Capture d'écran : Facebook)
La nouvelle dirigeante du parti Avoda Merav Michaeli prononce un discours après avoir remporté les primaires à la présidence du parti, le 24 janvier 2021. (Capture d'écran : Facebook)

Merav Michaeli, chef du parti Avoda, affirme que le Premier ministre a instrumentalisé la flambée de violence avec Gaza à son profit, et condamne les transferts de fonds du Qatar au groupe terroriste du Hamas à Gaza.

« Alors quel était le but de cette opération ? Cessez-le-feu ? Retour au calme ? Et que fera-t-on pendant ce silence ? Netanyahu va-t-il à nouveau autoriser les transferts d’argent pour que le Hamas ait encore plus de missiles à nous lancer lors de la prochaine flambée de violence ? » a tweeté Michaeli.

« Il est temps d’arrêter d’être dans le déni : une fois de plus, Tsahal a agi de manière professionnelle, le public a fait preuve de résilience, et Netanyahu a utilisé tout cela pour renforcer le Hamas et renforcer [sa position].»

Tamar Zandberg accuse Netanyahu de renforcer le Hamas

La députée Meretz Tamar Zandberg participe à une conférence du parti à Tel Aviv, le 14 janvier 2020. (Miriam Alster/Flash90)
La députée Meretz Tamar Zandberg participe à une conférence du parti à Tel Aviv, le 14 janvier 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Tamar Zandberg, du parti de gauche Meretz, a salué le cessez-le-feu. Mais elle a également déclaré que le gouvernement devait cesser de renforcer le Hamas aux dépens de l’Autorité palestinienne, et affirmé sa conviction qu’il ne pourrait y avoir de solution militaire au conflit.

« C’est bien que les combats se soient arrêtés, mais c’est dommage qu’ils n’aient pu être évités avant d’avoir commencé », a tweeté Zandberg.

« La seule question qui importe est de savoir comment éviter le prochain cycle  de violence, et la seule réponse, c’est de mener des pourparlers de paix. Il n’y a pas de solution militaire à ce conflit. La politique du gouvernement qui consiste à renforcer le Hamas et à tourner le dos à l’Autorité palestinienne a pour but d’empêcher un règlement politique, qui serait pourtant la seule issue pour vivre dans la paix et la sécurité. »

La COGAT ouvre temporairement les points de passage de Gaza à l’aide humanitaire

La Coordination des Activités gouvernementales dans les Territoires (CAGT) a ouvert les points de passage d’Erez et de Kerem Shalom pour permettre l’entrée à Gaza de l’aide humanitaire des Nations Unies, notamment des médicaments, de la nourriture et du carburant pour les générateurs.

Le fonctionnement des points de passage dépendra du respect ou non du cessez-le-feu, rapporte la Treizième chaîne, qui ajoute que l’armée israélienne rouvrira probablement la zone de pêche la semaine prochaine.

Lorsqu’Israël a rouvert les points de passage cette semaine pour laisser passer l’aide humanitaire, le Hamas a tiré des obus de mortier sur ceux qui apportaient cette aide, forçant ainsi Tsahal à fermer à nouveau la frontière.

Réaction de Jean-Yves Le Drian – sans prononcer le mot Hamas

Jean-Yves Le Drian lors d'une session de travail pendant la rencontre des ministres des Affaires étrangères du G7, à Dinard, le 6 avril 2019. (Crédit : AFP / POOL / STEPHANE MAHE)
Jean-Yves Le Drian lors d'une session de travail pendant la rencontre des ministres des Affaires étrangères du G7, à Dinard, le 6 avril 2019. (Crédit : AFP / POOL / STEPHANE MAHE)

« Je salue la cessation des hostilités intervenue cette nuit, qui interrompt un cycle de violences dont le bilan humain est lourd pour les populations civiles.

Cette cessation des hostilités sans condition et d’effet immédiat est le fruit des efforts diplomatiques collectifs des Européens, des Américains et de plusieurs pays arabes. Nous y avons pris toute notre part, en coordonnant nos efforts bilatéraux, notamment avec les Etats-Unis, l’Egypte et la Jordanie, et en contribuant aux pressions pour parvenir à ce résultat, notamment au Conseil de sécurité. Je salue en particulier le rôle fondamental de l’Egypte pour permettre aux armes de se taire.

La cessation des hostilités était, comme nous l’avons dit publiquement et dans toutes nos démarches diplomatiques des derniers jours, la priorité absolue pour protéger les populations civiles et pour éviter une aggravation et un élargissement du conflit. La trêve, pour l’heure respectée, doit être pérennisée à travers des arrangements durables de cessez-le-feu. Elle doit permettre un réengagement humanitaire pour répondre aux besoins de la population, notamment à Gaza. Et elle doit s’accompagner d’un apaisement des tensions dans l’ensemble des Territoires palestiniens et en Israël.

Enfin, l’escalade des derniers jours souligne la nécessité d’une relance d’un véritable processus politique entre les Parties avec le soutien international approprié, sans laquelle nous savons que les cycles de violences se répèteront. La France est déterminée à jouer pleinement son rôle dans ces efforts, en lien avec ses partenaires internationaux. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...