Le chancelier autrichien se rendra en Israël sur fond de tensions avec le FPÖ
Rechercher

Le chancelier autrichien se rendra en Israël sur fond de tensions avec le FPÖ

Le chef du Parti de la liberté, Heinz-Christian Strache, ne participera pas au voyage le mois prochain, son parti étant boycotté par le gouvernement israélien

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, rencontre le ministre autrichien des Affaires étrangères, Sebastian Kurz, à Jérusalem, le 16 mai 2016. (Kobi Gideon / GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, rencontre le ministre autrichien des Affaires étrangères, Sebastian Kurz, à Jérusalem, le 16 mai 2016. (Kobi Gideon / GPO)

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz se rendra en Israël en juin,pour sa première visite dans l’Etat juif depuis que son parti populaire a conclu un accord de coalition avec le parti d’extrême droite, la Liberté.

Kurz a annoncé le voyage sur son compte Twitter dimanche matin.
Le vice-chancelier Heinz-Christian Strache, chef de la faction controversée, ne rejoindra pas la délégation autrichienne.
Israël boycotte actuellement le Parti de la liberté, connu sous son acronyme allemand FPÖ, en raison de son passé néo-nazi et de ses positions xénophobes, bien que Jérusalem se soit déclarée prête à réévaluer cette politique.

Le chancelier Sebastian Kurz, à droite, du Parti du peuple autrichien et le vice-chancelier Heinz-Christian Strache du Parti de la liberté donne une conférence de presse à Vienne après leur première réunion du Cabinet, le 19 décembre 2017. (Crédit : Joe Klamar / AFP / Getty Images via JTA)

Certains membres du parti au pouvoir de Benjamin Netanyahu, le Likud, prônent la normalisation des liens avec le parti de Strache, un mouvement auquel s’opposent catégoriquement le ministère israélien des Affaires étrangères et la communauté juive locale.

En Israël, M. Kurz, qui sera accompagné du ministre autrichien des Sciences et de l’Education Heinz Fassmann, rencontrera le Premier ministre Benjamin Netanyahu et d’autres hauts responsables. Il visitera également le musée de l’Holocauste de Yad Vashem à Jérusalem et rencontrera des survivants autrichiens de l’Holocauste, a-t-il annoncé dans une série de tweets tôt dimanche matin.

Netanyahu et Kurz, qui s’est rendu en Israël à deux reprises en tant que ministre des Affaires étrangères, se sont rencontrés pour la dernière fois à la mi-février en marge de la conférence de Munich sur la sécurité.

« L’Autriche a la responsabilité historique spéciale de ne jamais oublier les horribles crimes de l’Holocauste et s’engage pour la sécurité d’Israël et de ses citoyens », écrit Kurz. « Nous soutenons activement la vie juive dans notre pays et luttons contre toute forme d’antisémitisme. Si seulement les juifs pouvaient vivre sans restriction dans la paix, la liberté et la sécurité [le slogan] « n’oublie jamais » peut aussi se transformer en « plus jamais ».

Dimanche également, Kurz et Strache ont assisté à un événement à l’occasion du 73e anniversaire de la libération du camp de concentration de Mauthausen.

Rejoints par le président Alexander Van der Bellen, ils ont déposé une couronne au Mémorial de Vienne contre la guerre et le fascisme, « en souvenir des victimes de l’Holocauste, l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire de l’Autriche ».

« C’est notre responsabilité et notre détermination profonde de lutter contre toutes les formes d’antisémitisme et à faire en sorte qu’un « n’oublie jamais »devienne un » plus jamais », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Peter Launsky. « Surtout pendant l’année commémorative qu’est l’année 2018, il est important de promouvoir une culture active de la commémoration. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...