Le chauffard ivre qui a tué l’ado peut aller à la synagogue pour Yom Kippour
Rechercher

Le chauffard ivre qui a tué l’ado peut aller à la synagogue pour Yom Kippour

Eli Bar Zakai est accusé d’avoir renversé Eylon Shalev-Amsalem, un adolescent de 13 ans et d'avoir menti sur son état d'ivresse

Eli Bar Zakai, le chauffeur soupçonné d'avoir causé la mort d'Ayalon Shalev-Amsalem, à la cour des magistrats de Tel Aviv, le 29 juillet 2018 (Crédit : Flash90)
Eli Bar Zakai, le chauffeur soupçonné d'avoir causé la mort d'Ayalon Shalev-Amsalem, à la cour des magistrats de Tel Aviv, le 29 juillet 2018 (Crédit : Flash90)

Lundi, la Cour Suprême a autorisé Eli Bar Zakai, qui a renversé un adolescent de 13 ans alors qu’il était ivre, à se rendre à la synagogue la plus proche pour pouvoir prier à l’occasion de Yom Kippour. La cour a cependant rejeté son appel visant à mettre totalement fin à son assignation à résidence, selon Ynet.

Le résident de Jérusalem, âgé de 23 ans, avait bu une bouteille de vodka avant de prendre sa voiture et de renverser mortellement Eylon Shalev-Amsalem, âgé de 13 ans, dans la soirée du 26 au 27 juillet. Il est accusé d’homicide involontaire, de blessures physiques graves, d’obstruction à une enquête, de falsification de preuves, de conduite en état d’ivresse et d’excès de vitesse.

Le juge Noam Solberg a rejeté la plupart des appels déposés par l’avocat de Bar Zakai pour assouplir les conditions d’assignation à résidence de Bar Zakai alors qu’il attend son procès. Solberg a déclaré à Bar Zakai que ses conditions auraient pu être pires.

« Les actes pour lesquels il est accusé sont extrêmement graves, aussi bien avant qu’après l’incident, a déclaré Solberg. La gravité des actes pourrait en principe justifier une détention en prison jusqu’à la fin du procès ».

Il a ajouté que Bar Zakai devrait être conscient qu’il n’était pas évident du tout que l’assignation à résidence soit suffisante dans son cas.

Eylon Shalev-Amsalem, qui a été tué dans un accident de voiture, le 28 juillet 2018 (Autorisation)

Kobi Shalev-Amsalem, le père d’Eylon, a dit au tribunal qu’il ne comprenait pas pourquoi Bar Zakai devrait faire l’objet de clémence, a rapporté Ynet.

« Il n’y a aucune raison que l’accusé, qui a assassiné notre fils, puisse aller prier dans une synagogue », a-t-il dit.

« Nous avons affaire à une personne qui passe [seulement] pour un dévot ; quelqu’un qui a transgressé les commandements ‘Tu ne tueras point’ et ‘Tu ne feras pas un faux témoignage contre ton voisin’… il ne mérite aucune récompense’, a-t-il dit. Aujourd’hui, on a déjà fait preuve de clémence à son encontre puisqu’il bénéficie d’une assignation à résidence et qu’il n’est pas en prison. Il n’y a pas de raison de lui faciliter les choses et de le laisser prier dans une synagogue pour Yom Kippour ».

La famille et des amis allument des bougies en mémoire d’Eylon Shalev-Amsalem à Tel Aviv, le 30 juillet 2018 (Crédit : Flash90)

Le document d’inculpation détaille le déroulé des événements qui se sont produits dans la nuit du 26 au 27 juillet.

Cette nuit-là, Bar Zakai et son ami Hillel Davis ont quitté la capitale pour se rendre chez un autre ami à Petah Tikva. Ils se sont arrêtés en chemin pour acheter de l’alcool et des cigarettes.

Une fois arrivés à Petah Tikva, ils ont commencé à fumer et à boire. Bar Zakai a ensuite téléphoné à un ami pour fixer une rencontre au club Shalvata situé au port de Tel Aviv. Lors de la conversation, le suspect a indiqué qu’il avait « déjà descendu une bouteille de (vodka) Beluga ».

Le groupe est ensuite parti à une fête d’anniversaire en banlieue de Tel Aviv à Givatayim, avec un des amis de Bar Zakai qui a été désigné pour conduire la voiture du suspect. Mécontent de la fête d’anniversaire, le suspect a demandé à Davis et au conducteur désigné de partir avec lui pour se rendre à Tel Aviv.

Après que les deux amis lui ont dit qu’ils voulaient rester, Bar Zakai s’est énervé et s’est rendu seul à son véhicule.

S’étant rendu compte que son ami était ivre, Davis l’a appelé avant qu’il ne se mette à conduire et a essayé de le convaincre de ne pas y aller.

« Tu vas arriver au Shalvata en ayant perdu ton permis de conduire à vie », a-t-il dit à son ami, sans parvenir à le persuader de ne pas conduire.

Bar Zakai a téléphoné à l’autre ami pour l’informer qu’il partait de Givatayim et qu’il arriverait au bar dans 20 minutes. Lors de la conversation le suspect a de nouveau mentionné qu’il avait « descendu une bouteille de Beluga ».

La voiture qui a frappé Eylon Shalev-Amsalem, le tuant et blessant l’un de ses amis à Tel Aviv, le 27 juillet 2018 (Crédit : MDA)

Juste avant une heure du matin, Bar Zakai était dans la rue Shai Agnon au nord de Tel Aviv quand il est arrivé à hauteur de l’intersection avec la rue Ibn Gabirol. Bar Zakai n’a pas réussi à ralentir avant de tourner ; il a alors percuté Shalev Amsalem, 13 ans et un ami, qui attendaient de traverser au passage piétons.

Shalev Amsalem a été projeté à 25 mètres en l’air et son ami s’est retrouvé à 15 mètres du point d’impact. Les adolescents ont été emmenés en urgence à l’hôpital où Shalev Amsalem a été déclaré mort peu après. Le deuxième adolescent a subi des blessures modérées dans le haut du corps.

En sortant de sa voiture détruite et voyant les corps des victimes, Bar Zakai, en panique, a appelé Davis. « Ecoute Hillel, je suis défoncé. Apporte-moi de l’eau », a-t-il déclaré, pour essayer de réduire les effets de l’alcool avant d’être testé par la police.

Eli Bar Zakai, le chauffeur soupçonné d’avoir causé la mort d’Ayalon Shalev-Amsalem, à la cour des magistrats de Tel Aviv, le 29 juillet 2018 (Crédit : Flash90)

Quand il a compris que Davis ne viendrait pas, Bar Zakai a demandé de l’eau à un employé municipal présent sur les lieux. Il a bu en vitesse la bouteille d’eau d’1,5 litre.

Le suspect a immédiatement demandé une autre bouteille, éveillant alors les soupçons de l’employé qui a refusé.

A ce moment-là, Bar Zakai a de nouveau appelé Davis pour lui demander de ne dire à personne qu’ils avaient bu ensemble plus tôt cette nuit.

Et il a ensuite essayé de se forcer à vomir afin de diminuer encore davantage les effets de l’alcool dans son organisme. Puis le suspect a téléphoné à Davis qui lui a conseillé de manger des bonbons Mentos.

C’est alors que Bar Zakai s’est rendu compte que ses appels avaient été enregistrés par une application sur son tétéphone, qu’il a tout de suite effacée.

Arrivée sur les lieux de l’accident, la police a fait passer un éthylotest à Bar Zakai. Le test a révélé qu’il était en état d’ivresse. Le test a établi que son taux d’alcool dans le sang était à 600 migrogrammes par litre, plus de deux fois le taux autorisé pour un conducteur âgé de moins de 24 ans.

Etant donné que le test réalisé n’est souvent pas suffisant devant un tribunal, la police a demandé à effectuer une prise de sang afin d’avoir un résultat plus précis, mais Bar Zakai a refusé. Selon la loi israélienne, un tel refus implique que le suspect est considéré, d’un point de vue légal, comme ayant été en état d’ivresse.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...