Le chef de la diplomatie de l’UE presse l’Iran de « préserver » l’accord nucléaire
Rechercher

Le chef de la diplomatie de l’UE presse l’Iran de « préserver » l’accord nucléaire

Borrell a rencontré Zarif et insisté sur "l'intérêt de l'Union européenne à préserver l'accord, compte tenu des escalades au Moyen-Orient et dans la région du Golfe"

Le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borell, s'exprime lors d'un débat au Parlement européen le 14 janvier 2020 à Strasbourg. (Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP)
Le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borell, s'exprime lors d'un débat au Parlement européen le 14 janvier 2020 à Strasbourg. (Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP)

Le chef de la diplomatie de l’UE, l’Espagnol Josep Borrell, a rencontré jeudi son homologue iranien Mohammad Zavad Zarif à New Delhi pour presser l’Iran de préserver l’accord nucléaire et revenir sur les violation de ses engagements.

Il s’agit de la première rencontre entre les deux responsables depuis le regain de tensions provoqué par l’exécution du général iranien Qassem Soleimani, tué début janvier dans une frappe américaine à Bagdad.

Elle intervient deux jours après la décision des trois pays européens signataires de l’accord nucléaire d’une procédure contre Téhéran pour violation des ses engagements.

Josep Borrell a insisté au cours de la rencontre sur « l’intérêt constant de l’Union européenne à préserver l’accord, qui est maintenant plus important que jamais, compte tenu des dangereuses escalades au Moyen-Orient et dans la région du Golfe », selon un communiqué publié par ses services à Bruxelles.

La centrale nucléaire de Bouchehr, en Iran, le 10 novembre 2019. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)

L’entretien a porté sur « les derniers développements autour du Plan d’action global conjoint (JCPOA, accord sur le nucléaire) » et il a été qualifié de « franc » par les services de Josep Borrell.

« Les deux partenaires sont convenus de rester en contact étroit et de poursuivre leur engagement au cours des prochaines semaines », d’après le communiqué.

Josep Borrell rendra compte lundi de sa rencontre avec Mohammad Zarif au cours d’une réunion avec les ministres des Affaires étrangères de l’UE à Bruxelles.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, lors d’une conférence de presse à Téhéran, Iran, le 10 juin 2019. (Ebrahim Noroozi/AP)

A la suite du déclenchement de la procédure contre Téhéran pour violation des ses engagements, Mohammad Javad Zarif a accusé les Européens d’être en violation de l’accord de 2015.

Le chef de la diplomatie iranienne a énoncé une longue liste de griefs contre les Européens dans une série de messages sur son compte twitter. Il a également averti qu’il était « exclu pour l’Iran de renégocier un accord conclu avec six gouvernements et qui fait l’objet d’une résolution des Nations Unies ».

« E3 a vendu les restes du #JCPOA pour éviter les nouveaux tarifs de Trump. Ça ne marchera pas mes amis. Vous ne faites qu’aiguiser son appétit (…). Si vous voulez vendre votre intégrité, allez-y. Mais n’invoquez pas la morale et le droit », a-t-il accusé dans son dernier message posté depuis New Delhi.

L’accord de 2015 vise à empêcher l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire. Il a été conclu entre l’Iran et les États-Unis, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Russie et la Chine. Ce texte, qui met le programme nucléaire iranien sous le boisseau en échange d’une levée des sanctions, est formellement resté en place malgré le retrait en 2018 des États-Unis, mais se détricote depuis.

Les États-Unis ont rétabli des sanctions contre l’Iran. En réponse, Téhéran s’est peu à peu affranchi de ses obligations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...